Rémy Martin : Nouvelles règles du jeu pour les Centaures de distillation

11 août 2015

Censés récompenser l’excellence selon Rémy Martin, les Centaures de distillation évoluent dans leur mode d’attribution. Moins centrés sur la distillation et les emblématiques primes de qualité à + 10, ils cherchent à distinguer l’ensemble de l’itinéraire technique du bouilleur de cru, du raisin à l’eau-de-vie en passant par la vinification.

 

 

On ne parlera pas de révolution culturelle, mais tout de même… c’est à une petite inflexion porteuse de sens que la maison de Cognac a convié cette année ses partenaires viticulteurs, ou en tout cas les habitués de cet instant célébratoire et un brin sélectif que sont les Centaures de distillation (mais après tout, ils sont faits pour ça).

Jusqu’à présent, les Centaures d’or, d’argent et de bronze étaient attribués à tous ceux qui avaient réussi à décrocher au moins un « + 10 » lors des séances de dégustation à l’aveugle de leurs lots d’eaux-de-vie nouvelles. Quant à la couleur du métal, elle variait en fonction du volume livré. Une règle belle et bonne, sauf qu’elle focalisait l’attention sur la distillation. Les « sages » de Rémy ont décidé de faire varier le curseur un peu différemment. Désormais, le classement se base sur la moyenne arithmétique de l’ensemble des primes de qualité obtenues au cours de la campagne de distillation, avec une péréquation prenant en compte le volume de chaque échantillon. Ainsi, un viticulteur qui alignerait des « + 5 » à tous ses échantillons pourrait très bien se rapprocher des Centaures d’or sans jamais avoir tangenté les + 10.

« Mieux valoriser l’ensemble de l’itinéraire »

p30.jpgQuand Baptiste Loiseau a expliqué ce point de règlement, il n’a pas caché la déconvenue de quelques viticulteurs, primés à + 10 cette année et malgré tout oubliés des Centaures. Mais entre-temps, les règles avaient changé. Le jeune maître de chai a justifié cette évolution par l’envie de la maison de mieux valoriser l’ensemble du parcours technique. « Ce mode de construction nous a semblé plus juste et de nature à mieux retranscrire nos attentes qualitatives. L’aspiration au meilleur passe par une remise en cause perpétuelle, de la taille à la distillation. » Par ailleurs, une certaine pondération à la note globale est introduite, pour intégrer l’engagement de livraison à Rémy Martin, raison technique à l’appui : « les viticulteurs fortement engagés chez nous ne peuvent pas trier leurs vins. »

L’an dernier, ils avaient été 48 exploitants à recevoir le précieux viatique. Cette année, la récompense touche 45 viticulteurs. Un différentiel pas si conséquent que ça. Et puis il faut bien reconnaître que le noyau dur est toujours là. Si le tableau 2015 intègre cinq nouveaux venus, tous les autres noms ont été cités au moins une fois au cours des six dernières éditions.

En présence de Dominique Hériard-Dubreuil, qui avait retardé son départ à Paris pour assister à la cérémonie, Eric Vallat, P-DG de Rémy Martin, a dit combien cette « recherche d’excellence » était en phase avec le positionnement et la stratégie de la maison de Cognac. « Notre produit tire son style des belles eaux-de-vie de Fine Champagne que votre savoir-faire nous livre. Mais le style Rémy repose aussi sur l’attractivité de la marque, capable de faire rêver et de s’identifier. Fin septembre, nous donnons rendez-vous à Alliance Fine Champagne pour lui présenter en avant-première notre nouvelle plate-forme de communication, révélatrice de la promesse de la marque. »

Les centaures en chiffres :
• 7e édition.
• En 7 ans, 132 exploitations primées, dont 77 plus de 2 fois.
• 1 viticulteur médaillé 6 ans d’affilée : l’EARL Poly-Viti à Pérignac (Stanislas Danjou)
• Viticulteurs récompensés en 2015 : 45, dont 21 de bronze, 15 d’argent et 9 d’or.
• Volume concerné : 6 % de l’approvisionnement eau-de-vie de Rémy Marin

 

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé