Liqueurs et Vins de liqueur : ne pas confondre !

21 mars 2009

Si les vins de liqueurs appartiennent au domaine du vin, les liqueurs proprement dites se rangent parmi les boissons spiritueuses. Les liqueurs, un segment en pleine expansion, grâce notamment aux cocktails.

operateur_charentais.jpgPhénomène typiquement américain, la mode des cocktails gagne du terrain. De Londres à Paris en passant par Barcelone ou Athènes, peu de grandes villes y échappent. Dans les établissements branchés, les barmen assurent le spectacle en jonglant avec les bouteilles multicolores. Il faut dire que les liqueurs, de par leur richesse aromatique, leur diversité de couleurs, offrent une excellente base de cocktails. Liqueurs traditionnelles comme liqueurs dites « modernes » profitent de ce « printemps des liqueurs ». Aujourd’hui, les deux catégories de spiritueux à progresser le plus au niveau mondial sont celles des alcools blancs et des liqueurs. En terme de réglementation communautaire (R CEE 1576-89), la liqueur est la boisson spiritueuse qui titre plus de 15 % d’alcool et possède une teneur en sucre minimale de 100 g par litre. En fait, la liqueur se nourrit de trois ingrédients, alcool, substance aromatique et sucre. Si l’essentiel des alcools incorporés aux liqueurs sont des alcools neutres, type surfin d’origine agricole (à base de betteraves, de canne à sucre ou de céréales), certaines liqueurs accueillent des eaux-de-vie d’origine viticole. De par son potentiel aromatique, une eau-de-vie comme le Cognac se prête fort bien aux liqueurs. La liqueur Grand Marnier Cordon rouge en constitue un bel exemple. D’ailleurs Cognac est l’une des régions au monde à manifester le plus d’innovation et de créativité sur le créneau des liqueurs. Voir le récent succès d’Hpnotiq (distillerie Merlet) aux Etats-Unis ou celui plus ancien d’Alizé (L & L). A ce titre, quelqu’un a pu qualifier Cognac de « Spirit Valley ». A eux deux, le débouché Pineau et le débouché liqueur assurent 15 % des utilisations de Cognac, soit 20 000 hl AP pour le Pineau et 40 000 hl AP pour les liqueurs. Il faut dire que les ventes de liqueurs se soldent par des chiffres plus qu’honorables : 1,3 million de caisses (de 9 litres) pour Grand Marnier*, 1,2 million de caisses pour Cointreau*, 600 000 caisses pour Hpnotiq*, 650 000 caisses pour Alizé, 200 000 caisses (de 12) pour les liqueurs Louis Royer.

A lire aussi

L’appel à l’aide de l’US Cognac Rugby

L’appel à l’aide de l’US Cognac Rugby

C'est un constat qui a fait le tour des médias, sportifs ou non: l'US Cognac va très mal. Malgré les efforts de Jean-Charles Vicard pour tenter de redresser la barre, le club se retrouve dans une difficile situation financière.  La direction a de fait décidé d'envoyer...

error: Ce contenu est protégé