Les tractées 8000 : Un apport de technologie et de performances

7 juin 2011

Pellenc est un constructeur qui s’est forgé une très belle image dans l’univers viticole en faisant preuve d’une capacité d’innovation exceptionnelle. Roger Pellenc, le fondateur de l’entreprise, et Jean-Pierre Pettavino, le directeur général, ont mis en place un bureau d’étude qui « cogite » depuis 30 ans avec la volonté d’apporter des solutions technologiques à des travaux viticoles fastidieux. Cela a débouché sur des innovations majeures comme, par exemples, la prétailleuse, la palisseuse, les rogneuses électriques, les sécateurs électriques, les attacheurs, les robots de cueillette d’olives, le tri embarqué de vendange ou au chai, la gamme de vendangeuses automotrices multifonctions… Seules les vendangeuses tractées ne semblaient pas bénéficier de réflexions technologiques majeures. Cette niche commerciale paraissait avoir peu d’avenir jusqu’au milieu des années 2000 mais, depuis, une demande plus soutenue est apparue. Pellenc a donc décidé d’investir sur les tractées en sortant à l’automne 2008 la nouvelle gamme de machines tractées 8000 qui bénéficient d’avancées technologiques spécifiques. Après deux campagnes de test au vignoble, les petites vendangeuses Pellenc ont fait leur preuve.

 

 

tractee_8000.jpgLe marché des MAV tractées connaissait en France un net déclin depuis le début des années 2000 alors qu’en Espagne et en Italie, il est resté beaucoup plus important. L’une des principales raisons de cette situation était liée aux efforts de recherches technologiques des trois principaux constructeurs, New Holland, Grégoire et Pellenc, qui ont longtemps concentrés leurs efforts sur les automotrices. La mise au point de systèmes de contrôles de fonctionnement plus automatisés de l’ensemble de récolte, de la stabilité des châssis porteurs et le développement de nouveaux systèmes de tri de la vendange n’ont pas été « pensés » pour être installés sur les tractées. Seule, la société Alma a continué de miser sur cette catégorie de vendangeuses en renouvelant régulièrement les produits. Néanmoins, les chiffres des ventes en France montrent que le marché de la tractée n’est pas mort et, dans certaines régions viticoles, ces machines continuent d’intéresser des propriétés viticoles d’une surface variant entre 25 et 60 ha (et parfois plus si l’encépagement est diversifié). Depuis 3 ans, le rebond du marché est perceptible dans le Gers, à Cahors, à Gaillac, à Fronton et en Charentes. Une partie des acheteurs d’automotrices d’occasion préfère acquérir des tractées neuves en raison d’une part du coût d’entretien moindre et d’autre part de la présence beaucoup plus fréquente de tracteurs de fortes puissances dans les exploitations. Les responsables de la société Pellenc, après avoir poussé fortement le développement des automotrices avec la multifonctions, le développement de système de tri embarqué, ont décidé de concentrer leurs efforts pour développer une tractée à hautes performances.

Des tractées « repensées » autour d’un nouvel ensemble de récolte

Serge Maire, l’inspecteur technico-commercial Sud-Ouest, considère que sur sa zone d’activité les tractées représentent une part de marché en nette hausse depuis quelques années : « Pellenc a concentré ses efforts de recherche au niveau des automotrices depuis 15 ans en poussant le développement de la multifonctions et en développant plus récemment un concept de tri de la vendange innovant. Le créneau des tractées était considéré comme un marché de niche assez stable en Italie, en Espagne mais qui avait chuté en France. Le regain d’intérêt récent des viticulteurs du Sud-Ouest et des Charentes pour les tractées a incité la société Pellenc à faire évoluer la technologie des matériels existants. Le projet est apparu encore plus fondé avec l’introduction des moteurs
Tiers 4 sur les automotrices qui en renchérissent les coûts de fabrication. Au cours de la campagne 2008, la technologie des nouvelles tractées 8000 a été totalement remise en cause et les premiers modèles ont été commercialisés en Italie pour les vendanges 2009. La conception de cette gamme a été repensée autour d’une cellule de récolte dotée de bras cueilleurs et d’un convoyage nouveau. L’objectif était de proposer aux clients une machine performante, d’un fonctionnement simple et dont les coûts d’entretien soient les plus faibles possibles. Comme ces trois éléments s’avèrent déterminants pour les clients adeptes des machines tractées, on se devait de satisfaire leurs attentes. »

Une motricité modulée en permanence par rapport à la demande d’effort

Dans la définition du projet technologique de MAV tractée, Pellenc a associé ses concessionnaires pour mieux cerner les attentes des viticulteurs. Le groupe Guenon, qui distribue la marque dans le Bordelais et en Charentes, a participé à la définition de la nouvelle machine. La tractée 8000 est véritablement une nouvelle machine conçue autour d’un ensemble de récolte pensée par rapport aux exigences pratiques des machines tractées. La structure du châssis permet d’utiliser la vendangeuse dans des vignes de 1,80 m et de vider les bennes jusqu’à une hauteur de 3 m. La centrale hydraulique est positionnée sur le relevage du tracteur et l’attelage de la MAV s’effectue sur la chape. Un nouveau système de transmission hydraulique, l’auto-torque, a été mis au point spécifiquement par la société Pellenc pour moduler en permanence les besoins de motricité à l’effort de traction (nécessaire au bon fonctionnement de l’ensemble tracteur-MAV). La propulsion de la machine est à la fois freinée dans les décentes et accentuée dans les montées ou en présence de terrains lourds. La transmission auto-torque, qui reste opérationnelle jusqu’à une vitesse de 7 km/h, contribue à réduire les consommations de carburant des tracteurs. L’installation d’un timon coulissant permet d’apprécier en permanence les besoins de motricité dans les rangs de vigne et également lors des manœuvres dans les tournières. La conception du timon avec un vérin de déport latéral et le positionnement de la centrale hydraulique indépendant du système d’attelage confèrent à la machine une grande maniabilité à droite comme à gauche dans les tournières. Dans des conditions normales d’utilisation, la machine nécessite une puissance de traction de 60 à 85 CV (selon le niveau d’équipement).

De nouveaux secoueurs animés par l’arrière

secoueurs.jpgLe tunnel de récolte long (2,50 m) et large (1 m) permet de s’adapter au port de végétation palissé haut, aux cordons retombants et aux arcures hautes. De nouveaux secoueurs en forme de crosse ont été développés pour rendre le ramassage optimal au niveau des piquets. La transmission des mouvements s’effectue par l’arrière, ce qui confère au secouage une grande efficacité et de la souplesse. L’ensemble des réglages, de fréquence, de pincement, d’amplitude, sont commandés par un système centralisé, l’Easy Smart, permettant la mémorisation de 10 sélections de mode de fonctionnement. Les consignes de réglages adaptés à des vignes basses palissées, des vignes hautes, des cordons, des arcures hautes, des cépages très différents… sont préenregistrées. Ce pupitre de commandes installé dans la cabine du tracteur simplifie la conduite de la machine à chaque fois que l’on quitte une parcelle. Le chauffeur rappelle les réglages correspondant aux types de vigne et la machine est immédiatement opérationnelle. D’ailleurs, l’ensemble des commandes sont regroupées sur une seule poignée multifonctions associée à un écran de contrôle qui permet de visualiser en temps réel les réglages de la machine.

Un convoyage à claire-voie de fort débit

L’autre innovation importante se situe au niveau du convoyage de la vendange qui s’effectue de manière continue (sans reprise de vendange) grâce à une chaîne à claire-voie supportant des godets souples. Le principe du convoyeur repose sur des modules de 40 cm de longueur constitués d’une grille à claire-voie sur laquelle se fixe un petit godet souple.

systeme_convoyage.jpgL’ensemble de cet élément est fabriqué en polyuréthane alimentaire et des maillons en kevlar permettent de les relier pour constituer le convoyeur continu performant en débit. Le changement d’un seul module, voire d’un godet peut être réalisé avec facilité, ce qui limite les frais d’entretien. Au moment de la chute de la récolte sur le convoyeur, les baies libres passent à travers la grille à claire-voie et tombent directement sur le convoyeur inférieur qui les remonte directement vers les bennes. Cela permet d’éviter les phénomènes d’entassement de récolte sur le convoyeur qui rendent beaucoup plus difficile le nettoyage et provoquent une libération des jus précoce liée à des phénomènes d’écrasement. La chaîne de convoyage emmène la vendange vers l’arrière où deux extracteurs éliminent les feuilles et les corps étrangers. Un réglage de la hauteur de travail des extracteurs au-dessus le convoyeur permet instantanément d’adapter l’intensité du nettoyage à la quantité de feuilles à éliminer et d’éviter les phénomènes de bourrage. Dans les conduites à port libre comme les cordons, les arcures hautes, ce réglage du niveau d’aspiration représente un avantage. La vitesse de rotation des extracteurs est modulable depuis la cabine à partir du pupitre Easy Smart. En option, il est possible d’installer deux extracteurs supplémentaires juste au-dessus des bennes, mais leur utilité n’est pas réellement justifiée si les extracteurs inférieurs sont bien réglés. L’étanchéité au niveau des souches est réalisée avec des écailles sans silentblocs, ce qui permet de pouvoir les changer sans aucun outil. La conception du train d’écailles rend possible la récolte des raisins à 20 cm au-dessus le sol.

Deux modèles à la gamme pouvant être équipés du Sélectiv Process

La machine peut être équipée en option d’un système de mesure en continu de l’inclinaison. La correction de dévers s’effectue automatiquement durant toutes les phases de récolte et les manœuvres. Cela permet au tunnel de récolte d’être positionné dans les meilleures conditions pour assurer le décrochage des raisins dans les pentes, dans les terrains à fort dénivelé et dans les vignes très basses. A l’intérieur du tunnel de récolte, il est également possible d’installer (en option) un détecteur de piquets qui limite le débattement des secoueurs et ralentit leur fréquence juste avant le repérage. En Italie, ce système est monté pratiquement en série car la présence de piquets en ciment est encore fréquente dans beaucoup de parcelles. La vendange est collectée dans deux bennes inox de 15 hl situées sur chaque côté de la machine et leur déversement s’effectue par l’arrière. Le constructeur a standardisé la gamme de tractées autour de deux modèles, la 8050 et la 8090.

A la demande de certains viticulteurs du Sud-Ouest soucieux de pouvoir opérer un tri de vendange sur la MAV (comme sur les automotrices), le constructeur a équipé le modèle 8090 du Sélectiv Process (l’égreneur linéaire et la table de tri à rouleaux). La nouvelle gamme Pellenc est commercialisée depuis deux ans et les remontées d’informations des viticulteurs confirment ses bonnes performances et la fiabilité du matériel. Les chauffeurs apprécient particulièrement la maniabilité et la facilité de conduite de la machine. Freddy Mondy, le responsable commercial de la société Guenon qui distribue les MAV Pellenc, estime que le rapport performances/prix de vente des tractées 8000 est attractif. Depuis deux campagnes, une dizaine de tractées 8000 fonctionne dans la région sur des propriétés de 25 à 60 ha.

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé