Domaine du Breuil à segonzac : Deux alambics de 150 ans « rajeunis »

28 août 2018

Dans la vie des constructeurs d’alambics Charentais, quelques installations marquent les hommes qui les fabriquent de par leurs spécificités et leurs exigences de qualité. Michel Brethenoux et l’ensemble du personnel de la Satif viennent de vivre un moment fort de leur carrière avec la réhabilitation complète de la distillerie historique du vignoble du Domaine du Breuil de Segonzac. L’entreprise avait invité le 7 juin dernier ses clients à découvrir une distillerie à la fois rare, raffinée » et agencée avec le souci de valoriser les potentialités du terroir de cette propriété de Grande Champagne.

 

La volonté du groupe Américain Sazerac, le propriétaire de ce domaine de 60 ha est d’élaborer des eaux-de-vie de terroir façonnées avec le savoir-faire historique de cette entité de production. Depuis deux ans, une stratégie de production ambitieuse fondée prioritairement sur des enjeux qualitatifs a été mise en œuvre. C’est un challenge qui concerne tous les éléments du sol à la barrique et la distillation y occupe une place importante.

 

Un patrimoine Viticole  riche qui retrouve sa pleine fonctionnalité

 

            Le passé prestigieux de cette propriété implantée au cœur de la Grande Champagne représente une valeur éthique qui est très présente partout dans l’agencement des bâtiments et tout particulièrement dans la distillerie datant de la période du pré-phylloxérique. Les deux petits alambics à l’arrêt depuis des décennies étaient  « dissimulés » derrière la nouvelle distillerie. Le bâtiment typique et vieillot abritait deux chaudières de 9 hl dans un piteux état implantées sur des massifs fissurés et «brûlés» par le bois. Elles semblaient vouer à disparaître jusqu’au jour ou les nouveaux propriétaires ont découvert ces vieilles « marmites ». Cette distillerie représentait l’âme d’un patrimoine viticole riche qu’ils ont décidé de faire revivre. Leur souhait a été de réhabiliter les deux alambics historiques non pas pour en faire un lieu de visite mais pour distiller dans les mêmes conditions qu’il y a 150 ans.

 

Refaire à l’identique la distillerie, un chantier qui a mobilisé des savoirs faire et des compétences  rares

            La remise en route de la distillerie historique du Domaine du Breuil de Segonzac a été confiée à la Satif avec un objectif précis : refaire l’unité à l’identique pour distiller à l’ancienne sans aucun apport de technologie hormis un brûleur à gaz pour remplacer le combustible bois. Un tel chantier est aujourd’hui totalement atypique au vu de la dimension des deux alambics et de l’absence d’automatismes pour piloter les coulages. Michel Brethenoux, le responsable de la Satif avoue que ce projet lui a permis de renouer avec les fondamentaux du métier de chaudronnier : « Pour notre entreprise qui généralement installe des alambics de 20 à 25 hl dotés d’automatismes de distillation de plus en plus sophistiqués, ce chantier nous a permis de nous réapproprier des principes de chaudronnerie cuivre qui sont en voie de disparition. C’est en quelque sorte un retour à la source ! Le cahier des charges du groupe Sazerac était simple, rendre les petits alambics de 9 hl opérationnels en les remontant à l’identique avec un souci de recherche de l’esthétique. Un projet aussi unique m’a séduit et tout le monde dans l’entreprise s’y est impliqué avec beaucoup de conscience. Les chaudronniers les plus expérimentés ont pu valoriser leurs savoirs faire et transmettre aux plus jeunes des connaissances parfois devenues rares. Cela a créé des échanges très enrichissants entre les générations et facilité les transferts de connaissances. D’ailleurs, lors de la découverte de distillerie terminée, tout le personnel a admiré la qualité du travail accompli ».

           

Deux belles chaudières de 9 hl démontées minutieusement rénovées

            Les alambics, l’un datant des années 1 830 et l’autre des années 1 870 qui ont été fabriqués par deux constructeurs locaux de Cognac et de Châteauneuf sur Charente inconnus, ont été  démontés minutieusement pour conserver toutes les belles pièces. Les plaques de foyers ont été conservées et les dimensions de chaque pierre des massifs et des supports des réchauffes vins et des pipes ont été relevées. L’une des principales curiosités des deux chaudières se situe au niveau de la conception des chapiteaux qui ne sont, ni des têtes de Maures, ni des oignons mais des formes cylindriques surmontées d’un cône. Les cols-de-cygne présentent une courbure assez forte pour des chaudières de cette capacité. Une fois le bâtiment vidé, l’agencement de la distillerie a été repensé pour implanter les brûleurs à gaz et les bacs inox de réception des distillats en dessous les pipes. Les chaudronniers se sont affairés pour changer les calandres des cucurbites trois parties rivetées, rénover les chapiteaux, les cols-de-cygne et remplacer les serpentins.

 

Le bâtiment et les massifs restaurés avec beaucoup de soin

 

            Le bâtiment a été complètement rénové avec beaucoup de soin en respectant le style d’origine assez épuré, des pierres apparentes, un sol recouvert de tomettes d’origine, diverses niches,….. . C’est, Aurélien Boureau, un jeune maçon fumiste de Viville a eu en charge tout l’aménagement du bâtiment et le montage des foyers. Deux foyers traditionnels ont été implantés avec une finition extérieure en pierre de taille dont    esthétique ne laisse pas indifférent. Les pieds octogonaux des deux réchauffes vins, les corniches des massifs et des supports des pipes, les angles coupés des foyers, l’implantation des plaques de foyers apportent à cette distillerie une identité forte, rare ou la notion du fait « main » est essentielle. L’installation est mise en valeur par des éclairages indirects qui accentuent les contrastes de couleurs entre les pierres et les cuivres rutilants.

Des pièces de chaudronnerie façonnée avec le souci du détail

            Toutes les pièces majeures des alambics, les chapiteaux, les cols-de-cygne, les réchauffes vins en oignon et les pipes en cuivre ont retrouvé un souffle de jeunesse et leur pleine authenticité. Tout a été réalisé avec le souci du détail pour mettre en valeur les accessoires en cuivre, les poignées, les colliers de chapiteaux et des cols-de-cygne, les tuyaux, les vannes de détours, les nombreux robinets et le porte alcoomètre. Les bacs de réception de sélection des distillations, les couvercles des citernes à brouillis et secondes sont intégré dans le massif. Enfin, aucuns câbles électriques ne sont apparents sur les belles pierres et les manomètres de réglages d’allures des brûleurs sont intégrés sur une face du massif. Les bonnes chauffes seront collectées dans deux magnifiques barriques fabriquées par la tonnellerie Sansaud de Segonzac.

 

Le distillateur est le seul décideur de la conduite des coulages

 

            Les premiers tests d’utilisation à l’eau réalisés par les techniciens de la Satif se sont avérés concluants et la distillerie historique du domaine du Breuil à Segonzac est en mesure de retrouver sa pleine fonctionnalité. Au mois de novembre prochain, l’allumage des brûleurs est attendu avec impatience. D’ailleurs, Clive Carpenter, le gérant du domaine a déjà trouvé un jeune distillateur qui conduira les chauffes sans aucuns automatismes. Il justifie ce choix de ne pas se doter de moyens d’assistance pour piloter le déroulement des coulages par la volonté toute simple de redonner à l’homme sa pleine capacité à gérer le feu pour distiller d’une façon authentique : « Dans tous les domaines viticoles de la région de Cognac, la distillation a été conduite pendant très longtemps uniquement grâce au savoir-faire des hommes qui possédait une grande connaissance de la gestion du feu sous les chaudières. Notre souhait est de renouer avec ce concept de travail en utilisant le gaz comme combustible. Le but est de donner au distillateur tout le pouvoir de décision pour que ce soit l’homme soit le seul décideur de la conduite des coulages. Cela s’inscrit dans une stratégie globale de production de lots d’eaux-de-vie de terroir très authentiques élaborés à partir de vins de cépages comme le colombard, la folle-blanche, le montils et même le sémillon. Nous avons introduit des surfaces significatives de tous ces cépages dans le vignoble depuis deux ans. La petite distillerie sera aussi utilisée pour des vins d’ugni blanc issus des meilleurs terroirs. Maintenant, nous attendons avec impatience de déguster les premières bonnes chauffes de nos alambics centenaires ».

 

Mutualiser les compétences et les efforts pour réaliser du « sur-mesure »

 

            Michel et François Brethenoux avouent humblement que la réalisation de cette distillerie a demandé une réflexion technique unique pour arriver à concilier la fonctionnalité et l’esthétique : « Si l’implantation de cette distillerie sans automatismes peut laisser penser que le montage des chaudières a été simple ; eh bien, c’est faux ! Nous avons dû faire appel à des méthodes de fabrication plus qualitatives au niveau de la chaudronnerie cuivre qui ont été une source de progrès pour tout le monde. La transmission des savoirs faire et l’apport de technicité représentent deux éléments indissociables dans notre métier de constructeur d’alambics. La réalisation de chaque installation petite au plus conséquente est toujours un chantier unique qui mobilise beaucoup de compétences. La Satif est une PME de 16 personnes au sein de laquelle, plusieurs corps de métiers, des chaudronniers, des fumistes, des spécialistes du gaz, des automatismes et de la maîtrise thermique doivent mutualiser leurs efforts pour aménager et monter des distilleries uniques et surmesures. Les hommes y jouent un rôle essentiel et la réalisation de la distillerie du Breuil en atteste ».

           

Les points clés de l’activité de la SATIF :

 

  • Un métier unique : constructeur d’équipements de distillation

  • Une volonté de disposer de toutes les compétences en interne

  • Une entreprise appartenant à Michel Brethenoux et à ses deux fils, François et Pierre-Etienne

  • 16 collaborateurs : 8 chaudronniers, 3 automaticiens, un commercial et 4 encadrants

               Des équipements et des savoir-faire  permettant de fabriquer toutes les pièces de             chaudronnerie, les automatismes et la maîtrise thermique.

                Une gamme d’automatisme complète et des

  • L’installation d’une vingtaine d’alambics par an dont 60 à 70 % de neuf

  • 75 % de l’activité est réalisée dans la région de Cognac.

  • Une expertise dans des domaines de distillation spécifiques comme la parfumerie, les alcools de grains, le Calvados, …

  • L’entreprise a obtenu  en 2017 le label  d’entreprise du Patrimoine Vivant après plus de deux ans d’audit.

     

               

                Le Groupe Sazerac investit             durablement à Cognac

               

     

                Le groupe Américain Sazerac a acquis la propriété du Domaine du Breuil de Segonzac depuis deux ans en ayant l’ambition d’en faire un pôle d’excellence de  production d’eaux-de-vie. La situation exceptionnelle de la propriété au cœur de la Grande Champagne et l’histoire de ce domaine représentent des valeurs fortes que les nouveaux propriétaires ont l’intention de valoriser. L’investissement de cette société Américaine dans le vignoble de Charentais s’inscrit dans une stratégie plus large et à long terme de création d’un pôle d’activité Cognac.

     

                Le Groupe Sazerac est une entreprise importante et détenu par une famille qui a des origines et vit actuellement à la Nouvelle Orléans en Louisiane. La société qui a connu un développement régulier de ses activités au cours des trois dernières décennies  a changé de statut en devenant un opérateur respecté de l’univers spiritueux en Amérique du Nord. L’entreprise était au début des années 70 un distributeur de spiritueux  local aux Etats-Unis mais ensuite au cours des décennies 80 et 90, elle est devenue un producteur et un développeur de marques incontournables.

     

    Un producteur et un metteur en marché important aux Etats Unis et au Canada

     

                L’une des premières acquisitions importante en 1992 a été la distillerie de Bourbon George T.Stagg dans le Kentucky ou est installée aujourd’hui le siège du groupe. Progressivement, l’entreprise s’est imposée comme un producteur et un metteur en marché de bourbons, de whisky, de téquila, de gin, de vodka important et est devenue un importateur incontournable aux États Unis et au Canada. L’acquisition de diverses unités de productions et le développement de stratégies marketing et commerciales ambitieuses ont dopé l’activité du Groupe.  Des marques locales et plus mondiales comme Buffalo-Trace, Benchmark, Fireball, Paddy, …. font partie du portefeuille de produits contrôlé par cette société. Le Cognac Meukow est distribué aux USA par le groupe Sazerac.

     

    Une volonté de s’internationaliser depuis 10 ans 

     

                Le groupe familial a franchi une nouvelle étape de son développement depuis 10 ans en ayant la volonté de s’internationaliser avec la création de plusieurs filiales de distribution en Angleterre, en Australie et en Inde. En France un accord de distribution a été conclu en 2016 avec le groupe Marie Brizard Wine & Spirit. Les débouchés d’exportation représentent actuellement plus de 20 % de l’activité totale. L’intérêt de Sazerac pour le Cognac est motivé à la fois par la forte demande aux Etats Unis et par  une stratégie de recherche de  produits à fortes valeurs ajoutées. La possibilité d’acquérir le Domaine du Breuil de Segonzac a été une opportunité que les décideurs du groupe n’ont pas laissée passer. Des ambitions fortes sont affichées pour construire un pôle d’activité Cognac structuré dans le long terme.

     

    Construire un pôle d’activité Cognac structuré dans le long terme

     

                La gestion du domaine viticole a été confiée à Clive Carpenter qui a accompli toute sa carrière dans l’univers commercial du Cognac. Ce projet représente pour lui un challenge ambitieux qui mobilise toute son expérience et sa connaissance de la filière : « L’acquisition du Domaine du Breuil s’inscrit dans une stratégie de développement d’un pool d’activité Cognac structuré dont ce vignoble sera le fleuron. Les racines Françaises du créateur du cocktail Sazerac élaboré dans les années 1 840 à la Nouvelle Orléans à base d’un Cognac produit par la maison Charentaise Sazerac de Forges et fils  ont joué un rôle non négligeable dans l’implantation du groupe au cœur des Charentes. C’est en quelque sorte un retour aux sources avec une ambition double, la création d’un vignoble de référence et le développement d’une activité de Négoce de Cognac ».

     

    Des investissements conséquents au niveau du vignoble, de chais et des hommes

     

                Des investissements conséquents sont réalisés au niveau du vignoble, des infrastructures de vinification,  dans les chais de vieillissement et la distillerie en ayant le souci de privilégier une recherche d’authenticité et d’excellence qualitative. La volonté d’intégrer et de s’entourer de compétences est aussi une préoccupation majeure de C Carpenter pour mener à bien  ce beau projet. La stratégie de production en viticulture biologique initiée par l’ancien propriétaire, Patrick Brillet, représente toujours un cap essentiel. Des plantations de surfaces significatives de cépages comme la folle-blanche, le montils, le colombard, le sémillon seront distillées d’ici quelques années dans les deux alambics de 9 hl « rajeunis ». Dans l’année qui vient un chai de vinification moderne et pensée pour élaborer des vins aromatiques va être construit. L’implantation de chais de vieillissement est également prévue pour valoriser les productions de la prochaine décennie.

     

    Les premières bouteilles de Cognac du domaine du Breuil de Segonzac en 2025 , 2030

     

                C Carpenter abordent la gestion du domaine  viticole en ayant une vision à long terme de toute la production : « Le groupe Sazerac est pleinement conscient que la commercialisation des productions de leur domaine viticole Charentais n’interviendra pas avant 10 15 ans. Leur souhait est de laisser le temps nécessaire pour que la  qualité des eaux de vie de cette propriété expriment les potentialités d’un terroir exceptionnel. Les premières bouteilles de Cognac du Domaine du Breuil de Segonzac devraient être commercialisées à partir de 2025 à 2030. Par contre, il est fort probable qu’une gamme de Cognacs Sazerac issue de l’activité de négoce voit le jour dans les toutes prochaines années».

                                                                    

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé