Xe Challenge Des Maîtres De Chai

18 mars 2009

photo_124.jpgPrenez 10 vins de Saint-Émilion, soumettez-les en dégustation à l’aveugle à un jury averti… il en sortira les meilleurs Saint-Émilion du lot. Prenez 10 vins du Médoc. Soumettez-les en dégustation à l’aveugle à un jury averti… il en sortira les meilleurs Médoc du lot. Prenez 5 Saint-Émilion et 5 Médoc… Quels vins seront sélectionnés ? Saint-Émilion ou Médoc ? Et si l’on ajoute un Bergerac, un Côtes de Duras ou un Tursan ? Ce genre de dégustation est tellement génératrice de surprises (ou de déceptions) qu’elle n’est pratiquement jamais réalisée, car elle pourrait bousculer les hiérarchies commmunément admises. C’est pourtant sur ce principe que s’est tenu le Xe Challenge des Maîtres de Chai, le 19 juin au Centre œnologique de Coutras.

Cette manifestation, unique et originale, lieu de rencontre de tous les maîtres de chais de la coopération d’Aquitaine, est la seule de dimension régionale à s’adresser spécifiquement aux techniciens des caves coopératives.

La dégustation organisée à cette occasion permet à chaque maître de chai de présenter sa sélection personnellle des meilleurs vins de sa cave. Elle est l’occasion, dans un esprit ludique, de déguster des vins d’AOC et de régions différentes de sa propre production ; de juger ses vins par rapport à ceux de ses confrères et de confronter ses goûts et ses idées. Elle s’avère un lieu de rencontre et d’échanges extrêmement enrichissants, tant d’un point de vue technique qu’humain.

Ainsi, 65 dégustateurs issus de coopération (maître de chais, ouvrier, technicien viticole, œnologue, directeur, président…) accompagnés des représentants des syndicats viticoles, de l’INAO, du négoce… ont dégusté 161 vins (blancs secs 2002, rosés 2002, rouge 2001, rouges boisés 2001) des cinq coins de l’Atlantique et d’ailleurs… Sur chaque table de dégustation pouvaient se côtoyer : un Saint-Estèphe, un Fronsac, un Irouléguy, un Pécharmant, un Vin de Pays Charentais ou un vin d’Afrique du Sud… Un vin de cave coopérative bien sûr ou un vin de propriétaire, du négoce ou encore une marque de distributeur de la GMS.

La dégustation s’est déroulée en deux tours.

Un premier tour de présélection où seuls 1/4 des vins sont sélectionnés. Un deuxième tour qui donne lieu au classement des meilleurs vins de chaque catégorie : blanc sec, rosé, rouge, rouge boisé.

On notera dans les divers classements que si l’on retrouve une majorité de vins de Gironde, la Dordogne, le Lot-et-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques sont également bien représentés. Hors Aquitaine se placent également un vin du Gers (blanc), un vin du Pays d’Oc (rosé) et surtout 3 Vins de Pays Charentais (blanc, rosé, rouge). Aucun des vins étrangers (Afrique du Sud, Chili, Californie) n’ont été sélectionnés.

La cave de Sigoules et Montravel réussit la prouesse d’être présente dans tous les classements et deux fois à la plus haute marche, en blanc et en rosé, mettant à l’honneur son maître de chai : Stéphane Cardona. Celui-ci livra ses « secrets de fabrication » en insistant sur le fait que tous ses vins sont en premier lieu le résultat d’efforts et de sélection au vignobles. Deux caves placent 3 vins parmi les meilleurs.

Les vignerons d’Unimedoc qui prennent les 8e, 6e et surtout 1re place dans la prestigieuse catégorie des vins rouges boisés. « Esprit d’Estuaire- Médoc » est une nouvelle étiquette créée à partir du millésime 2001. « Nous avons mis en commun le meilleur de 3 sites de vinification de Bégadan, Prignac et Queyrac, afin de créer un vin de très haute gamme, reflet de notre savoir-faire » nous explique Eric Tamisier, le maître de chai d’UNIMÉDOC. Une démontration de l’esprit coopératif qui permet d’aller plus haut, plus loin en mettant en commun ses moyens et ses objectifs.

La toute jeune cave coopérative Association Charente Vinicole se classe 7e en rosé, 6e en blanc et surtout 1er en rouge devant un Buzet, un Saint-Estèphe et un Bergerac ! Une fierté pour son maître de chai Laurent Lespinasse qui participait pour la première fois au Challenge. Cette cave créée en 2001 prouve que la coopération peut être une solution judicieuse aux difficultés du marché et affirme son ambition de refléter « les nouveaux vins de l’Ancien Monde ».

La parole donnée aux dégustateurs des différents jurys faisait unanimement ressortir la très bonne qualité d’ensemble des vins présentés. Au premier tour, les vins rosés étaient agréables, souples en bouche et aromatiques. Au second tour, le niveau est tellement élevé, il y a une telle maîtrise technique dans l’élaboration de ces vins, qu’il est difficile de choisir » nous confie Stéphane Xhauvet de la cave de Buzet.

« Les vins blancs sélectionnés au second tour sont tous bons : aromatiques et frais en bouche, mais l’un d’entre eux est au-dessus du lot » pour Marie Dubroca de la société de négoce PRODUCTA. Pour Lionel Jamet, directeur de la cave de Carsac en Dordogne, « le niveau des rouges boisés du second tour est très élevé. Ils méritent tous d’être premiers. On note une parfaite maîtrise de l’élevage en barrique pour ces vins, avec des styles différents ». Jean-Pierre Callende, œnologue et inventeur du concept de cette dégustation, il y a déjà 10 ans, nous fait remarquer : « Je suis époustouflé par les progrès réalisés par les caves coopératives ces 10 dernières années. Dès la présélection, les vins rouges que nous avons goûtés sont d’un très bon niveau. Pour la sélection finale, chacun des vins apporte son plaisir propre et donnera satisfaction au consommateur ».

Les débats étaient lancés et se prolongeaient au cours du repas convivial qui permettait à chacun d’échanger avec ses confrères.

A Pascal Henot, directeur du Centre œnologique de Coutras, de conclure : « Le grand vainqueur du jour c’est la coopération. Par son importante participation (2 caves sur 3 en Aquitaine), par la grande qualité des vins présentés, par son esprit d’ouverture et par la convivialité de cette journée. »

A lire aussi

L’appel à l’aide de l’US Cognac Rugby

L’appel à l’aide de l’US Cognac Rugby

C'est un constat qui a fait le tour des médias, sportifs ou non: l'US Cognac va très mal. Malgré les efforts de Jean-Charles Vicard pour tenter de redresser la barre, le club se retrouve dans une difficile situation financière.  La direction a de fait décidé d'envoyer...

error: Ce contenu est protégé