Site Internet : L@ Touche Féminine

13 mars 2009

Voilà qui est fait. Les Vins de pays charentais possèdent leur site internet – www.vindepayscharentais.fr. Un site très « féminin » par son équilibre, le soin apporté aux détails, le confort de navigation. Qui a dit que la femmea était l’avenir du vin !

 

page_internet_opt.jpegLe vert et le rouge sont les deux couleurs fétiches du site internet des Vins de pays charentais. Sur la page d’accueil, une animation réussie invite l’internaute à effeuiller la carte des vins. Se déroulent successivement l’univers de la production avec les deux couleurs de raisins puis, très vite, arrive l’ambiance de consommation, bouteille que l’on débouche, luminosité à travers les verres de vin. Une petite musique flâneuse et acidulée accompagne le tout. Le menu, très simple, se compose de cinq rubriques : Les vins – Producteurs – Espace pro – Le Syndicat – Le Comité. Car le site joue sur les deux tableaux. Il s’adresse à la fois aux clients potentiels du Vin de pays charentais, intéressés par la découverte du produit, le listing des opérateurs, les recettes de cuisine ou les conseils du sommelier et aux professionnels eux-mêmes. Grâce à un système intranet, ces derniers accèdent à une série d’informations et de services (prix des capsules-congés, des objets promotionnels, téléchargement des fiches agrément…). Créé par un homme – le web-designer Stéphane Charbeau, société RN 141 – et régulièrement mis à jour par Maud Basche-Gabrielsen, salariée du Comité, ce site sensible et intelligent dégage, assurément, un sens de l’équilibre très « féminin ».

Une conférence de presse a été organisée mi-septembre pour lancer le site. A cette occasion, Caroline Quéré-Jélineau, présidente du Comité de promotion des Vins de pays charentais, a voulu « remercier les producteurs de Vins de pays charentais pour la qualité des produits qu’ils mettent sur le marché ». A l’heure où le Cognac occupe le devant de la scène – et où il est parfois de bon ton d’en « rajouter » sur son caractère hégémonique – la présidente du Comité a tenu à rappeler que, dans la plupart des cas, la diversification était une « diversification voulue… et rentable ». « Le chiffre d’affaires d’un ha de Vin de pays commercialisé en vente directe à la propriété n’a rien à envier à celui d’un ha Cognac, même aujourd’hui. » Au chapitre des bonnes nouvelles, l’épisode pluvieux de l’été a valu aux viticulteurs de l’arrière-pays de connaître une excellente saison touristique. Quand on ne parle pas mildiou, la pluie peut se révéler une alliée précieuse.

Cognac : record d’expéditions

depuis la création de l’appellation
en 1936

Mieux qu’en 1989-1990 ! Avec des expéditions totales de Cognac de 446 374 hl AP (marchés étrangers + marchés français, hors utilisations autres), le Cognac dépasse en 2006-2007 (chiffres arrêtés à fin août) son précédent record établi il y a 17 ans, sur la période de juillet 1989 à août 1990 (437 625 hl AP expédiés à l’époque).

Une performance « remarquable » qui s’appuie sur une progression globale des quantités de Cognac vendues de 9,3 %. Toutes les qualités profitent de l’embellie et plus particulièrement les Cognacs haut de gamme, tirés par l’Asie (+ 16,4 % de progression sur l’Extrême-Orient). Ne reste plus à tomber qu’un dernier record, celui du chiffre de sorties (toutes utilisations confondues). De mars 1989 à février 1990, les sorties de Cognac s’étaient établies à 501 816 hl AP. A fin août 2007, ces sorties représentent sur l’année mobile 493 535 hl AP. Nous y sommes presque !

Vendanges déficitaires partout

France, Italie, Espagne, hémisphère sud : dans toutes les grandes zones viticoles mondiales, les vendanges mondiales seront déficitaires cette année. La baisse de rendement est estimé à environ 10 %, pour des raisons différentes selon les cas. Sécheresses et canicules expliquent le manque de récolte dans l’hémisphère sud ainsi que dans l’Est de l’Europe (Grèce, Bulgarie, Roumanie, Italie, extrême sud-est de la France)… L’Australie annonce des rendements en baisse de 30 % par rapport à 2006. Tout au contraire, dans la moitié ouest (et le quart nord-est) de la France, c’est l’excès de pluie qui a induit les baisses de production (entre 10 et
17 % selon le ministère de l’Agriculture).

(Source : Comité économique des vins du Sud-Est)

 

A lire aussi

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac organise 4 réunions d’information et une exposition pour présenter la traduction règlementaire du projet de PLUi, autrement dit les règles générales qui s’appliqueront à tout projet de construction, une fois ce futur document en vigueur. La première...

error: Ce contenu est protégé