Une séparation à l’amiable

27 février 2009

Il y a cinq ans, le rapprochement s’était effectué dans la sérénité. Une même sérénité semble avoir présidé à la séparation, effective depuis mi-2005. La belle idée de complément de gamme et de partage de l’effort commercial – aux uns les blancs, aux autres les rouges, aux uns le marché français, aux autres les destinées export – semble avoir eu du mal à se concrétiser. « Personne n’y trouvait réellement son compte » a noté J.-Y. Marilleau lors de l’AG du Liboreau. « A ce stade, poursuit-il, nous aurions dû franchir l’étape suivante et aller vers la fusion, mais les structures et les hommes n’y étaient visiblement pas prêts. Par ailleurs, le fait d’être dans ou hors de la région délimitée Cognac entraînait des problématiques complètement différentes. » Le président du Liboreau a indiqué que sa coopérative et celle de Saint-Sornin continuaient de collaborer. La Cave du Liboreau fournit du vin blanc en vrac à Saint-Sornin qui réalise l’embouteillage des vins de pays de Siecq et commercialise Pineau et Cognac de la coopérative dans son magasin. Parce qu’il y a accroissement des surfaces rouges et parce que les engagements de couleurs n’existent plus, le Liboreau envisage pour 2006 des investissements en cuves de vinification rouge.

A lire aussi

La montée en force des cognacs mono-cépages

La montée en force des cognacs mono-cépages

Le cognac est traditionnellement un assemblage d’eau-de-vie ; pendant des siècles, les Maisons ont ainsi mélangé différents cépages afin d’obtenir un profil gustatif et olfactif désiré, et surtout consistant selon les années. Pourtant, on voit apparaître de plus en...

error: Ce contenu est protégé