Une reboisement respectueux de la « biodiversité » implanté par les Domaines Jean Martell

8 novembre 2013

Les domaines Jean-Martell se sont engagés dans une démarche originale de préservation et de restauration de la biodiversité de peupleraies qui avaient été dévastées lors de la tempête de 1999. Les parcelles, situées dans la vallée de l’Antenne à Cherves-Richemont au cœur du site Natura 2000, ont fait l’objet d’une démarche de reboisement respectueuse de cette zone naturelle humide où vivent de nombreuses espèces protégées. Cette initiative est l’aboutissement d’une concertation constructive de tous les acteurs impliqués dans la préservation d’un milieu naturel fragile.

 

 

p26.jpgLe devenir de ce site a été abordé par l’équipe des domaines Jean-Martell avec la volonté de privilégier les aspects environnementaux à long terme plutôt que de s’engager dans une démarche plus économique en réimplantant une peupleraie. Bernard Pineau, le responsable des domaines Jean-Martell, ne cache pas que ce projet lui tient beaucoup à cœur car l’initiative a été riche d’enseignements sur le plan des collaborations et de la démarche environnementale : « Après l’exploitation des arbres suite à la tempête de 1999, le devenir de cette zone humide située à proximité de l’Antenne s’est posé. Deux alternatives étaient envisageables, soit une nouvelle peupleraie était implantée, soit les parcelles reprenaient leur évolution naturelle. L’équipe Martell a décidé de choisir cette deuxième solution car l’idée de contribuer à recréer de la biodiversité et l’écosystème de cette zone naturelle privilégiée a été jugée comme prioritaire. Des partenariats ont été noués avec le CRPF (le centre régional de la propriété forestière de Poitou-Charentes), le centre d’études technique et d’expérimentations forestières de la Charente et la LPO, pour monter un projet cohérent et adapté aux spécificités de la zone. »

La vallée de l’Antenne : Un milieu humide riche et fragile

Historiquement, la vallée de l’Antenne était bordée de zones boisées et de prairies qui représentaient un milieu naturel très riche en biodiversité au niveau des espèces animales comme de la flore. L’évolution de l’économie agricole depuis le début des années 60 a fait progressivement régresser l’élevage et les prairies, mais les zones les plus humides n’ont pas pu être mises en culture. Des boisements naturels (surtout à partir de frênes) et des peupleraies se sont progressivement implantés sur un vaste territoire qui est intégré aujourd’hui dans le périmètre Natura 2000. La zone de 1 205 ha (dont 663 en Charente) commence à la source de l’Antenne à Fontaine-Chalendray et se poursuit tout au long de la rivière (avec ses principaux affluents) jusqu’à la Charente aux portes de Cognac. Au sein de cette aire Natura 2000, l’inventaire du patrimoine écologique a permis de recenser une dizaine d’habitats naturels rares et menacés. Des boisements humides d’aulnes et de frênes hébergent 24 espèces animales rares dont certaines en voie de disparition telles que la rosalie des Alpes, le vison d’Europe, la loutre d’Europe, des chauves-souris, le milan noir, de nombreux insectes… La flore est également très spécifique avec la présence d’espèces particulières, certaines protégées : l’orchis odorant, l’orchis pourpre, l’homme pendu, la biscutelle de Guillon, l’astragale de Montpellier…

Quatre clairières plantées en aulnes glutineux

Les habitats de forêts alluviales résiduelles représentent environ 50 % de la surface totale (580 ha) répartis principalement entre Prignac et Javrezac. Ces zones humides jouent également un rôle sur la régulation du régime hydrique des divers bassins de productions adjacents. La parcelle de 3 ha de l’ancienne peupleraie des domaines J.-Martell est au cœur d’une petite forêt alluviale. Laissée en évolution libre depuis 2001, elle a été recolonisée spontanément par diverses espèces forestières comme le frêne, le saule pourpre et le saule osier. Mais une essence comme l’aulne, qui historiquement était présente, ne s’est pas développée. La volonté des domaines J.-Martell de tirer profit de ce territoire vierge pour préserver et restaurer la biodiversité d’un habitat forestier humide a débouché sur la mise en œuvre d’une réflexion collégiale pour valoriser le site. Les différents acteurs impliqués dans la gestion de ce territoire naturel, le CRPF, le CETEFC, la LPO, ont été associés dans le travail de restauration de la parcelle de 2 ha. Cela a débouché sur l’établissement d’un contrat de restauration d’un habitat forestier de type « Aulnaie-Frênaie ». Les travaux ont commencé à l’automne 2011 pour, dans un premier temps, marquer les arbres gênants, les abattre et créer des zones propices au reboisement. Quatre clairières, qui représentent une surface de 0,50 ha, ont été débroussaillées et plantées au printemps suivant. Les aulnes ont été implantés à forte densité (1 000 plants/ha), avec des manchons de protection pour éviter les destructions par les chevreuils. Ensuite, un débroussaillage a été effectué les premières années pour suivre le développement des arbres. Le financement de la plantation est pris en charge dans le cadre du contrat Natura 2000 (1). Il ne reste plus maintenant qu’à laisser pousser tranquillement les arbres et dans 30, 40, 50 ans, les ébénistes locaux viendront peut-être s’approvisionner en bois d’aulne dans la vallée de l’Antenne.
p26b.jpg

(1) Contact pour les aides : Natura 2000, Laurence Caud à Rochefort. Tél. 05 46 82 15 84.

 

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé