Une nouvelle formation diplômante en pépinière

21 août 2019

De Richemont à Carpentras, le souci de la santé et de la livraison des plants

 

Dans cette mouvance énergique du vignoble charentais, et même français pourrait-on dire, le milieu des pépinières vit, peu ou prou, les mêmes atermoiements au niveau de son corps professionnel. Besoin de main-d’œuvre qualifiée, de techniciens, de « s’ancrer dans le territoire », mais « très peu de formations continues spécifiques à la pépinière viticole, et ce, malgré un métier qui nécessite de solides bases techniques ». Ainsi, de l’Institut Richemont au CFPPA de Vaucluse, la formation de la pépinière viticole française trace une ligne directrice à travers la France pour la nourriture sainement de plants viticoles.

Dans la même tendance que les domaines viticoles, les pépinières ont vu leurs effectifs se concentrer, passant de 4 000 en 1980 à 979 en 2015. Ajouté à cela, les demandes croissantes de production (les fameux 14,84hl AP/ha en 2018 puis 11,77hl AP/ha, pour le moment, en 2019 demandés par l’interprofession) demandent, nécessairement, plus de bras, plus de cadres, plus de personnel qualifié.

En partenariat avec l’IFV (Institut Français de la Vigne et du Vin), la FFPV (Fédération Française de la Pépinière Viticole Gironde Sud-Ouest) et la SPRC (Syndicat des Pépiniéristes de la Région du Cognac), l’institut de Richemont a finalement acté, à partir de novembre 2019, une formation diplômante de Responsable technique pépinière viticole de niveau III (équivalent BTS ou DUT).

À cela s’accole un nouveau partenaire, Vitipep’s La marque Collective Pépinière Viticole Française propose un « plant de vigne garanti et contrôlé ‟origine France” qui fédère les professionnels du plant sur l’ensemble des bassins viticoles français », « ayant un très haut niveau qualitatif, produits et distribués au plus proche de la viticulture. »

 

Formation continue ou en alternance

 

La formation est actée autour de six modules : « production de la pépinière viticole, gestion d’entreprise pépinière, réglementation en lien avec la pépinière viticole, approche technico commerciale de la pépinière viticole, qualité en relation avec le plan de compétitivité de la filière, communication autour du métier. »

La carence de professionnalisation pousse donc l’interprofession a se mobiliser et redynamiser la formation. Sébastien Julliard, directeur du CVC, l’explique : « Il n’y a quasiment plus d’enseignement de la pépinière au sein de la formation viticole classique, et peu de formation continue spécifique à la pépinière viticole, et malgré tout, nous sommes sur métier très technique, notamment en connaissance de la plante. »

Les promotions pourront accueillir une douzaine d’élèves chacune. Comme dans toute aventure, les pionniers vont déblayer, et la profession démarche afin de démocratiser la formation. « Nous avons commencé la promotion dans les 32 lycées agricoles, déjà au lycée d’Orange », David Amblevert.

Pour Yannick Laurent, directeur de l’institut de Richemont, la formation est une « réponse à une demande car l’institut Richemont veut garder ses étudiants sur le territoire. Un BTS a le choix de partir, les statistiques montrent que lorsqu’il part, il ne revient pas. L’idée est de développer un parcours dans un milieu porteur, garder les gens sur le territoire car il y a une demande, et au niveau national en ce qui concerne les pépinières. »

Entre émulation et ébullition, toutes les strates de l’interprofession s’animent jusqu’aux fondements de la production des eaux-de-vie et autres flacons, partant du plan, de la terre-mère. Toute maison solide, même battu par les vents, tiendra par la force de ses fondements solidement enracinés.

Fiche technique

 

Lieux de formation, institut de Richemont à Cherves-Richemont et le CFPPA de Vaucluse, à Carpentras (84).

Effectif : 10 à 12 élèves par session de formation.

 

Objectifs :

  • conduire une entreprise « pépinière viticole » et maîtriser le processus de production ;

  • maîtriser les techniques et les aspects pratiques liés à la production d’un plant de vigne ;

  • analyser la filière bois et plants et son évolution ;

  • maîtriser la réglementation liée à la pépinière viticole ;

  • conseiller le viticulteur dans ses choix de plantation et avoir une démarche technico-commerciale ;

  • maîtriser les éléments liés aux aspects qualitatifs et environnementaux de la pépinière viticole ;

  • communiquer autour du métier.

     

    Conditions d’admission

    Titulaire d’un Bac ou BTS en alternance, 7 à 8 mois en entreprise, 210 heures de formation en centre, pour une semaine en cours et trois semaines en entreprise.

    En parcours de perfectionnement pour les pépiniéristes ou les salariés en poste, possibilité de VAE ou de parcours modulaire (prise en charge possible avec OCAPIAT ou VIVEA).

     

    Renseignements

    Institut de Richemont

    12 route de l’Ancien Séminaire

    16370 Cherves-Richemont

    05.45.83.16.49

    sebastien.julliard@cvccharentes.fr

    www.institut-richemont.fr

     

    CFPPA de Vaucluse

    310 chemin de l’Hermitage

    84200 Carpentras

    Ludovic Clémenson

    04.90.60.80.90

    cfppa.carpentras@educagri.fr

    cfppadevaucluse.fr

     

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé