Patrimoine immatériel de l’UNESCO

10 avril 2018



L’idée a germé en 2011 et s’est affinée avec les années…en avril 2017, la démarche de reconnaissance au Patrimoine Culturel Immatériel était officiellement lancée, pour inscrire la culture du cognac à l’Inventaire National, première étape indispensable avant tout dépôt international. Depuis, sous l’impulsion de l’association Les savoir-faire du Cognac, l’ensemble des acteurs de la filière et du territoire se sont structurés pour définir la méthodologie qui est aujourd’hui mise en œuvre.


 

 

 

«L’UNESCO ne fournit pas de méthode toute faite pour les dossiers de candidature, explique Jérôme Sourisseau, président du Grand Cognac et co-président de l’association. Nous avons dû la mettre au point (voir encadré), avec la volonté d’adapter sa philosophie au territoire et à ses acteurs. Le ministère de la Culture qui est aujourd’hui notre interlocuteur pour cette première étape d’inscription à l’inventaire National d’ici deux ans, a apprécié ce souci de personnalisation, tout comme la co-présidence de l’association – Jean-Bernard de Larquier pour le monde du Cognac et moi-même pour le territoire – une co-présidence qui souligne l’existence d’une identité territoriale construite autour et par le cognac. »  

 

En ce début d’année, deux réunions d’une cinquantaine de professionnels ont permis de poser les préliminaires et de préparer les travaux à venir en définissant les thèmes à aborder en priorité. Le Comité Scientifique a sélectionné neuf d’entre eux qui seront travaillés en ateliers, lors de la première réunion « Grande Communauté » qui se tiendra le lundi 16 avril de 14H00 à 18h00, au Musée des Arts du Cognac. Tous les acteurs concernés et attachés à leur savoir-faire, peuvent s’inscrire (voir encadré) à l’un de ces ateliers qui seront animés par des spécialistes du patrimoine immatériel, pour décrire, de la manière la plus objective et la plus exhaustive possible, l’ensemble des facettes d’un savoir-faire et de ses spécificités dans le monde du cognac. « Pour viser l’exhaustivité, les ateliers doivent réunir l’ensemble des différents métiers concernés, explique Anne-Laure Jouannet, la chargée de mission de l’association. Imaginons un atelier sur la taille, il devra compter plusieurs générations de viticulteurs, des représentant des maisons de cognac, un fabricant de sécateur électrique, un pépiniériste, un spécialiste de la R&D viticole…ils travailleront ensemble autour du geste « taille dans l’univers du cognac » pour en donner une description qui devra faire consensus au sein de la communauté. Sur ce matériau de base viendront se greffer des éléments relatifs à l’histoire, à la culture…Le patrimonial viendra éclairer la pratique. » En 2018, trois réunions Grande Communauté sont d’ores et déjà programmées, pour travailler une trentaine de thèmes sur l’année.

 

« Il existe une volonté, une appétence réelle pour la démarche dans la communauté du cognac, se réjouit Jérôme Sourisseau. Au-delà même de l’UNESCO, ce travail d’inventaire de l’ensemble des pratiques relatives au cognac n’a jamais été réalisé, c’est une mission d’intérêt général au service du développement du vignoble charentais. Toutes ces fiches constitueront à terme une bibliothèque des savoir-faire liés au cognac. Bien plus que la seule inscription au patrimoine immatériel, la démarche en elle-même est importante parce qu’elle permet de se connaitre, de se reconnaitre de créer une cohésion. Cet engagement, cette volonté que nous voyons naître, il faut les accompagner au mieux, les utiliser comme agent d’entrainement, pour communiquer…Préserver et transmettre nos savoir-faire, c’est un challenge collectif. »

 

 

 

 

Une méthode « sur mesure » pour le monde du cognac

 

Créée en 2016, l’association Les savoir-faire du Cognac a pour mission de faire reconnaître les savoir-faire liés à « l’élaboration du cognac : du terroir à la production » au Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de l’UNESCO. Les savoir-faire doivent s’appréhender sous tous leurs aspects : le terroir, l’inscription dans le temps, les outils et les métiers associés, l’organisation, le contexte juridique, mais aussi toutes les actions qui portent l’identité cognac (événements culturels, patrimoine artistique, traditionnel…).

 

L’UNESCO définit le patrimoine comme un ensemble de pratiques vivantes qui se renouvellent en permanence afin d’améliorer la pratique et par extension la qualité du produit. Trois registres d’inscription sont proposés aux communautés par rapport à la nature de leur patrimoine : une liste des sauvegardes urgentes, une liste représentative et enfin un registre des bonnes pratiques. C’est pour ce dernier registre qu’a opté l’association, suite à l’audit du Ministère de la Culture de février 2017 (aucun projet n’a été déposé à ce jour par la France dans ce registre)

 

 

*******

La méthode élaborée s’articule autour de trois organes majeurs ;

°Le bureau est chargé de la stratégie, du lien politique et du budget. Il se compose de deux collèges :

°le collège « territoire » : Jérôme Sourisseau, Daniel Gillet, Yves Massias, Jacques Chabot suppléé par Loïc Deau

°le collège « interprofessionnel/BNIC » : Jean-Bernard de Larquier, Nicolas Tricoire, Patrick Raguenaud, Jérôme Royer.

 

°Le comité scientifique est l’organe de veille de la démarche. Il a autorité sur le contenu cognac de la démarche. Il est majoritairement composé de représentants de la viticulture et du négoce, mais aussi des savoir-faire associés.

-Famille du Négoce (6 voix) : Eric Forget, Benjamin Galais, Jean-Christian Lamborelle, Eric Morales -Rechou (bouilleur de profession), Olivier Paultes, Christophe Valtaud.

-Famille de la viticulture (6 voix) : Pascale Croc, Stéphane Denis, Amaury Firino-Martell, Olivier Fourcade, Marie-Christine Moyet-Mignaud, Christophe Véral.

-Famille des « savoir-faire associés » (3 voix) : François Bodin (pépiniériste), Thierry Doreau (tonnellerie) Philippe Tizon (alambic).

 

°La communauté cognac représente l’ensemble des acteurs cognac. Elle tient un rôle pivot et majeur dans la démarche. C’est elle qui a le pouvoir de définir les pratiques qu’elle souhaite voir figurer dans le dossier, car elle est en charge du contenu des fiches d’inventaire.

 

*******

 

Une fiche d’inventaire est un document, imposé par l’UNESCO, qui permet de décrire la pratique et/ou le savoir-faire selon certains critères d’objectivité.

1– Dans une première étape, chacune de ces fiches sera réalisée par la communauté du Cognac, qui devra pour chaque pratique :

°regrouper, la pluralité des acteurs en fonction de leurs domaines d’expertise °décrire la pratique avec objectivité

°rédiger la fiche

Ce travail peut être accompagné par une surveillance scientifique si la demande en est faite auprès de l’association.

2-Dans un deuxième temps, la fiche d’inventaire est vérifiée par le « comité scientifique » qui va filtrer, valider, enrichir, ou refuser les « fiches »

3– Enfin, le conseil d’administration et le bureau de l’association travaillent à l’inscription auprès du Ministère.

 

 

Participez à la réunion Grande Communauté du le lundi 16 avril de 14H00 à 18h00, au Musée des Arts du Cognac.

Inscrivez-vous à l’un des 9 ateliers auprès de l’association Les savoir-faire du cognac par mail  communauteducognac@gmail.com  ou par téléphone au 05.45.35.60.00.

 

Atelier N°1 : Les particularités de la rencontre cépages, crus, terroirs (alliance sol, climat, homme)

Atelier N°2 : Les procédés de la double-distillation à repasse

Atelier N°3 : L’alambic charentais (forme, méthode et impacts sur les eaux-de-vie)

Atelier N°4 : Les particularités de la tonnellerie charentaise

Atelier N°5 : L’expertise du logement sous-bois (volume, surface, bois)

Atelier N°6 : Les pratiques d’assemblage et de dégustation

Atelier N°7 : Les particularités du cognac dans la durée de vieillissement

Atelier N°8 : La parité viticulture / négoce dans la gouvernance du vignoble

Atelier N°9 : L’ouverture internationale du cognac

Merci d’indiquer vos noms et prénoms, votre téléphone et votre adresse mail, votre profession, ainsi que l’atelier auquel vous souhaitez participer.

                                                                       

 

A noter, la nouvelle adresse de l’association

Association Les savoir-faire du cognac, BNIC – 23 allées Bernard Guionnet – 16100 Cognac).

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Ce contenu est protégé