Des filets paragrêles adaptés à la récolte mécanique

13 novembre 2018

Les filets paragrêles peuvent-ils représenter d’ici quelques années une méthode de lutte préventive efficace ? Le vécu des producteurs de raisins de table dans la région de Moissac plaide en faveur de ces pratiques mais pratiquement aucunes autres régions viticoles Française produisant des raisins de cuves ne l’ont testé à grande échelle. Cette année, les domaines Jean-Martell ont mené un premier essai pour voir si des vignes équipées de filets paragrêles pouvaient être vendangées mécaniquement. Les résultats ont été concluants et la fonctionnalité des filets Paligrele paraît intéressante.

Comment se prémunir des dégâts occasionnés des dégâts occasionnés des sinistres de grêles puissants et de plus en plus fréquents ? Contracter une bonne assurance représente un moyen intelligent de compenser partiellement les pertes de revenu de l’année mais pas celles l’année suivante quand les ravages sont importants. Or, en présence de sinistres d’une intensité supérieure à 70 %, les pertes de production sont perceptibles pendant deux ans car la qualité des bois de taille s’avère souvent altérée. Les coûts directs liés au déficit de productivité et indirects initiés par une charge de travail supplémentaire (lors de la taille de l’attachage) sont malheureusement mieux appréhendés dans les zones qui ont été confrontées à plusieurs sinistres au cours de la dernière décennie. Dans ces secteurs à risques, ne serait-il pas possible d’implanter des systèmes préventifs de protection : les filets paragrêle.

           

Les filets paragrêle, un système préventif de protection

 

            D’un point de vue technique, des équipements existent pour se prémunir du risque grêle. Il est possible d’équiper le palissage de filets paragrêles qui protégeraient une fraction importante de la surface de la surface foliaire et bien sûr les grappes. De tels systèmes existent depuis longtemps dans les vignobles de raisins de table en France et aussi en Argentine ou les sinistres de grêle sont fréquents. Dans les deux situations, les filets paragrêles sont installés dès la plantation des parcelles et plusieurs constructeurs proposent des équipements. En France, des essais qui se sont déroulés en Bourgogne depuis 5 ans à la demande des professionnels, ont permis à L’INAO de donner un avis favorable sur utilisation des filets paragrêle en vigne. Élie Germaneau, le directeur adjoint  du CARC a perçu que certains viticulteurs commençaient à intéresser à ces technologies préventives. Il a mené une réflexion en contactant deux fournisseurs de filets paragrêle et à la demande des Domaine Jean Martell, un premier test de faisabilité d’adaptation d’un équipement à la vendange mécanique a été mis en place.

 

Un premier essai piloté par le CARC  dans les vignobles Jean-Martell

 

            Après le nouvel épisode de grêle du 26 mai dernier Michel Gréau, le responsable des Domaines Jean-Martell, a souhaité mettre en place, un premier essai de filet paragrêle pour voir si de tels équipements seraient compatibles avec l’utilisation des machines à vendanger. Il s’est rapproché des équipes du CARC qui ont convaincu Jean-René Biele le concepteur des filets Paligrele de s’impliquer dans cette démarche. L’essai des Domaines Jean-Martell a été implanté dans le vignoble du Château de Lignières à Rouillac. Quelques rangs d’une parcelle de 6 ans de vignes haute palissée en arcure double ont été équipés de filets d’ 1 mètre de hauteur posés sur le palissage. L’installation a été réalisée le 20 août avec un équipement complet, les filets, les écarteurs, et les supports de relevage en tête du palissage. Les rangs ayant subi un sinistre de grêle d’environ 50 % présentaient une végétation tout de même assez abondante que les filets ont bien maintenu.

 

Un procédé utilisé depuis 20 ans dans les vignobles de raisins de table

 

             Les structures de palissage avec des piquets en fer sont bien adaptées au montage des filets paragrêles.  Des installations plus anciennes réalisées sur des piquets en pin injectés donnent aussi satisfaction. La société Paligrele garantit les filets une fois posés pendant 10 ans. Les premières installations réalisées dans les régions produisant des raisins de table (à Moissac et dans la vallée du Rhône) ont franchi le cap des 20 ans et les filets vieillissent bien. Depuis quelques années, des vignobles de raisins de cuves se sont équipés mais surtout dans des régions en France et à l’étranger (en Italie) qui vendangent à la main. Au total, la société Paligrêle a équipé environ 500 à 600 ha de filets protecteurs depuis 20 ans. J-R Bielle est à l’origine un producteur de raisins de table du Lot et Garonne qui a cherché un moyen de protéger son vignoble des sinistres de grêle. Son double statut de concepteur et d’utilisateur lui a permis de faire évoluer au fil du temps les produits.

 

Des filets en maille tricotée perméable à l’eau et à l’air

 

La particularité des filets de cette société réside dans la fonctionnalité de leur installation et de leur utilisation dans les parcelles. Les filets développés par la Sct Paligrêle sont en polyéthylène avec une maille tricotée de dimension régulière de 7 mm de hauteur et de 1,5 mm de largeur. Ce type maillage qui laisse passer l’air, la pluie et les flux de pulvérisation, facilite le maintien des filets lors des diverses manutentions au cours de l’année. Divers accessoires, des écarteurs des tiges de maintien, des crochets doivent être installés sur le palissage. Deux câbles en polyéthylène implantés aux extrémités inférieures et supérieures des filets maintiennent une tension régulière sur les plans de végétation. Le câble d’en bas est fixé sur des écarteurs et celui d’en haut sur des crochets d’accrochage. Le câble supérieur fait office de fil releveur.

 

Les filets assurent en théorie la fonction de palissage

 

            Durant tout l’hiver et jusqu’au moment du débourrement les filets sont repliés et remontés sur les crochets en tête du palissage pour ne pas gêner la taille, le tirage des bois et l’attachage. Dès que la végétation atteint une longueur de 4 à 5 cm, les filets sont déployés sur chaque plan de palissage et conduisent et canalisent la pousse des rameaux vers l’extrémité du palissage. La végétation est donc palissée sans aucune intervention humaine. Aussitôt la floraison, les écarteurs à la base des troncs sont ouverts afin de permettre aux grappes de trouver leur place au fur et à mesure qu’elles grossissent. Il est possible de remonter et de redescendre les filets en cours de saison pour effectuer par exemple un effeuillage.

 

La présence des filets enroulés n’a pas gêné la récolte mécanique

 

            Au moment des vendanges, les filets sont remontés et accrochés sur des crochets métalliques situés bien au-dessus la zone fructifère. Lors de l’essai au Château de Lignières, le remontage des filets s’est déroulé de manière rapide et leur positionnement enroulé sur la partie haute du palissage était bien au-dessus la zone de végétation explorée par les secoueurs des MAV. Le responsable des Domaines Jean-Martell, souhaitait voir comment se comportaient les filets au moment du passage des MAV avant d’engager une étude plus approfondie de la faisabilité d’utiliser ce genre de produit. L’utilisation de la vendangeuse Grégoire n’a pas été perturbée par la présence des filets enroulés et la récolte s’est déroulée normalement. Suite à ce premier essai concluant, une plateforme d’étude sur quelques hectares avec les produits des deux principaux fournisseurs sera implantée au printemps 2019.

 

Des études agro-économiques approfondies en 2019

 

            M. Gréau qui a été assez séduit par la fonctionnalité des filets Paligrele, souhaite maintenant tester le procédé de façon plus approfondie : « Cette année, nous voulions simplement voir si la présence des filets était en quelque sorte compatible avec l’utilisation des MAV. Il s’avère que cela n’occasionne aucune gêne particulière. L’année prochaine, notre souhait est de pousser plus loin la réflexion. Il faut voir si dans le contexte du vignoble Charentais, de telles installations sont réalistes sur les plans agronomiques et économiques. Le coût hors installation des filets se situe autour de 8 000 € ha dans une vigne à 3 m d’écartement. Les interrogations  restent nombreuses. Par exemple, comment la végétation des ugni blanc généreuses et rarement naturellement érigée va se développer à l’intérieur des filets ? Sera-t-elle bien canalisée vers le sommet du palissage ? Ensuite il faudra aussi apprécier la fonctionnalité du déploiement et du repliage des filets ? L’intervention de palissage  va-t-elle être totalement supprimée ? L’autre interrogation concerne la pénétration des flux de pulvérisation à travers les filets ? Le maillage des différents produits peut-il occasionner de moindres dépôts sur la végétation ? La structure plus confinée de la végétation n’amplifiera-t-elle pas les effets de microclimat dans le cœur de la végétation ?…… ».

                                                                            

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé