La fête du vin et des Cro

13 mars 2009

 

sornin_1_opt.jpeg

Henri Jammet et le président du Conseil général de la Charente.

Cro comme Cro-Magnon, ces « homo sapiens » qui squattèrent les terrasses de la Tardoire il y a 25 000 ans. Le 3e week-end d’octobre, ils seront associés à la Fête du Vin de Saint-Sornin, village de caractère et haut lieu viticole du nord-Charente.Port du verre fortement conseillé (bandoulière et gobelet fournis sur place).

 

 

 

 

 

Jean et Sophie Bardet, les célèbres restaurateurs tourangeaux (2 étoiles Michelin), apporteront leur caution gustative et amicale à la 4e édition de « Sornin et préhistoire ». Il faut dire que Jean Bardet est un « pays » qui, en sa jeunesse, fréquenta le lycée de Chasseneuil à peine distant d’une quinzaine de km. Avec de tels parrains, grands amateurs de vin de surcroît, la fête de Saint-Sornin va battre son plein et monter « encore d’un cran » comme l’espère Henri Jammet, président de la cave de Saint-Sornin et véritable inspirateur de la manifestation. Homme du Sud-Ouest – il est originaire de Limoux – H. Jammet sait ce que fête veut dire. Ne dit-on pas que dans sa ville, Limoux, le carnaval dure trois mois. Pas de telles extrémités à Saint-Sornin. Les festivités vont courir sur deux jours, les samedi 20 et dimanche 21 octobre. Au programme, animation des ruelles du village et notamment celles du faubourg des Michelots, épicentre de la fête, avec expositions d’artisanat (tonnelier, tailleur sur pierre, peintre, expo de silex, ferronnier, forgeron, musée du Sabotier…), groupes musicaux et vocaux, comédiens de rue et orgue de barbarie avec en prime cette année un écran géant pour la retransmission de la Coupe du monde de rugby (on n’est pas supporter du XIII et accessoirement du XV pour rien). A chaque édition, 200 bénévoles issus d’à peu près toutes les associations locales se mobilisent pour accueillir les visiteurs (3 000 l’an dernier, sans doute plus cette année). Une dizaine de points de restauration proposent qui des repas traditionnels, qui des tartines « sorninoises » ou des tables vigneronnes. Les réjouissances durent jusque tard dans la nuit. Pourtant, le dimanche matin, il faudra être frais et dispos pour participer à la désormais traditionnelle vente aux enchères des meilleures cuvées des coopérateurs de Saint-Sornin. Cette année, se retrouvent en lice sept cuvées rouges (Cabernet Sauvignon 2004 et 2005, Merlot 2004 et 2005, Gamay 2005 des susdits Bertrand Chollet, Philippe Roy et Henri Jammet) avec – en première – un vin blanc de passerillage, Chardonnay 2005 d’H. Jammet. En quoi consiste la technique du passerrillage ? Le raisin est mis à sécher sur des fils comme on suspend du linge. Une fois cette opération terminée (entre un et deux mois selon l’année) les raisins sont pressés puis vinifiés dans des fûts qui ont déjà reçu trois ou quatre vins. La fermentation dure environ un an et l’élevage autant. La mise en bouteille intervient quand le vin a acquis une stabilité naturelle. Son titre alcoométrique tourne alors autour de 12 % vol. d’alcool. Plus qu’à des liquoreux ou des moelleux, le vin de passerillage fait penser aux vins de paille du Jura, sauf que son goût est totalement différent. Avec ses notes de coing, de poire, de miel et de fruits confits, il accompagne bien une viande épicée et, bien sûr, fromages ou desserts. Il s’agit d’un vin rare, élaboré au compte-gouttes. Henri Jammet n’en a produit qu’un unique fût en six ans. A la vente aux enchères ne seront proposées que douze bouteilles de vins de passerrillage, d’une contenance unitaire de 37,5 cl. Mise à prix de départ de 20 e (15 e pour les vins rouges). Lors des éditions précédentes, le record obtenu pour une caisse de douze bouteilles s’est établi à 650 e. Les édiles locaux (député, conseiller général…) mettent en général un point d’honneur à faire emballer les enchères, sous le marteau du commissaire priseur Vincent-Gérard Tasset. Tous les bénéfices de la vente reviennent à l’association Saint-Sornin Préhistoire qui travaille à la mise en valeur de la préhistoire dans la vallée de la Tardoire. Un projet sur six ans consiste à doter les six communes du périmètre – Saint-Sornin, Rancogne, Vilhonneur, Vouthon, Orgedeuil, Montbron – d’une stèle préhistorique rappelant la trace de ces hommes qui, il y a 25 000 ans, s’installèrent sur les terrasses ensoleillées du Montbronnais.

 Fête « Sornin et préhistoire » le 3e week-end d’octobre. Entrée libre –
5 e le verre et la dégustation de 5 cuvées particulières – 4 e le carnet de dégustation supplémentaire de 5 vins. Vente aux enchères dimanche 21 – 10 h/11 h : dégustation des vins proposés aux enchères ; 11 h/12 h : vente aux enchères – 12 h : grand chapitre des « Vignerons pantouflards de Saint-Sornin » et intronisation « en grande pompe » des époux Bardet.

 

A lire aussi

Vinitech-Sifel 2022 : c’est parti !

Vinitech-Sifel 2022 : c’est parti !

C'est à 8h30 ce matin que les portes du salon Vinitech Sifel se sont ouvertes. Au programme pendant 3 jours : près de 850 exposants sur 65 000 m² présentent leurs solutions pour le monde vitinicole, maraîcher et arboricole.  Le salon est réparti en 4 pôles...

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac organise 4 réunions d’information et une exposition pour présenter la traduction règlementaire du projet de PLUi, autrement dit les règles générales qui s’appliqueront à tout projet de construction, une fois ce futur document en vigueur. La première...

error: Ce contenu est protégé