SITEVI 2013 : Des innovations utiles et diversifiées

13 décembre 2013

les évolutions technologiques du sitevi

Le Sitevi est une vitrine des évolutions technologiques de la filière viti-vinicole. Cette année, plus de 1 000 fournisseurs ont participé au salon. Les principales innovations touchent des domaines essentiels, le respect des démarches de production à la vigne et au chai, les aspects environnementaux et la recherche de productivité dans les travaux. Les attentes des viticulteurs deviennent à la fois précises, de plus en plus diversifiées et toujours connectées aux enjeux économiques de chaque région viticole. La notion de rationalisation de l’organisation des travaux doit aujourd’hui concilier la recherche de résultats technico-économiques à court terme et préserver la pérennité de la vigne et des diverses filières de produits. L’introduction de technologies de pointe, l’apport de connaissances nouvelles et la valorisation d’idées simples et concrètes contribuent à rendre les équipements de plus en plus performants.

La 26e édition du Sitevi, qui s’est tenue à Montpellier du 26 au 28 novembre, a été marquée par une volonté de mettre en avant l’innovation. Indéniablement, les petits et les grands fournisseurs de la filière viti-vinicole ont eu à cœur de proposer des animations, des équipements et des prestations de services à la fois utiles et qui ouvrent de nouveaux horizons aux professionnels dans de nombreux domaines. Les principales ten-
dances des évolutions concernent la simplification et la sécurisation des travaux, l’introduction de technologies de haute précision, la qualité des produits et le développement durable. Le palmarès des innovations et la sélection des nouveautés qui sont présentés dans les pages 6 à 17 attestent à la fois de la diversité des innovations et de l’investissement technologique dans la filière vigne et vin.

Les médailles d’or

p6.jpgLe filtre tangentiel à disques céramiques tournants Dynamos de Liatech

Le Dynamos est le premier filtre tangentiel à disques tournants (rotation des disques dans le produit à filtrer), pour la filtration de produits très chargés en matières en suspensions (MES). La technologie du Dynamos permet d’éviter l’encrassement et procure une grande facilité de nettoyage. C’est une machine oenologique avec un haut rendement et des coûts de production limités. Le filtre parvient à récupérer 95 % du produit traité. Le Dynamos est une alternative aux filtres presse et aux filtres rotatifs sous vide. Le Dynamos a aussi le sérieux avantage de filtrer sans Kieselguhr (cellulose, perlite…). Sa polyvalence permet la filtration des lies mais aussi des vins, avec des résultats optimums. Des tests et installations ont montré un haut niveau de qualité de filtration qui permet une mise en bouteille sans nouvelle filtration, semblable à la filtration traditionnelle des vins. Ce processus permet de longs cycles de filtration (plus de 48 heures sans arrêt) en donnant un haut niveau de rendement sans réduire la couleur rouge (Abs à 520 nm) et pratiquement sans absorption d’oxygène.

Système de tri optimisé sur machine à vendanger Opti-Grape de New Holland

p7-1.gifDans un objectif d’amélioration de la qualité de vendange, les viticulteurs et œnologues sont à la recherche de la récolte parfaite (« 0 déchet » dans la récolte). Aujourd’hui, c’est chose faite avec l’Opti-GrapeTM, développé par New Holland Braud. Ce nouveau système est une réelle innovation et une prouesse technique, tant par l’ensemble des éléments qui le constitue que par la qualité de récolte qu’il procure. Pour arriver à cela, chaque élément de la récolte a été traité de manière séparée et optimisée. On compte 5 sous-ensembles travaillant les uns pour les autres et dans le respect de la récolte. Les deux plus notoires sont le pré-trieur et le séparateur. Le pré- trieur permet de séparer la récolte en deux ensembles sans forçage à l’aide de rouleaux, à savoir les grappes entières qui iront vers l’égreneur et les baies libres et déchets qui vont directement vers le séparateur. Sur le séparateur, on retrouve la totalité de la récolte (les baies, les baies issues de l’égrenage, les déchets, les pétioles, les bouts de feuilles issus du pré-tri). La séparation des baies et des déchets se fait grâce à un coussin d’air pulsé. Tout ce qui est rond (baies) roule sur le coussin d’air et tombe dans la benne. Les autres déchets (pétioles, bouts de feuilles, rafles, mais aussi baies flétries, botrytisées) sont soulevés par le coussin d’air et éjectés de la récolte. L’innovation Opti-GrapeTM offre une grande qualité de récolte (moins de 0,1% de déchets dans la récolte) en excluant les déchets qui ne le seraient pas par un tri manuel (bout de feuilles de 1 cm2, baies botrytisées). Il a l’avantage d’être embarqué et donc d’avoir une efficacité nettement supérieure au schéma de tri au chai, tout en conservant des débits de chantiers d’une machine Braud.

Les médailles d’argent

La solution automatisée de cartographie des bois de taille Physiocap de Force-A

p7-2.jpgLe produit présenté est une solution automatisée de cartographie des bois de taille. Il permet, dans un premier temps, la mesure automatique des bois de taille directement à la parcelle. Puis, dans un second temps, il assure une restitution automatique des données acquises sous forme de cartes intra et inter-parcellaires de 3 paramètres que sont :

ó le nombre de sarments au m2 ;
ó le diamètre moyen des bois en mm ;
ó la biomasse de bois en grammes par m2.

Un conseil agronomique peut être proposé au client, suite à une étude plus poussée des informations obtenues, dans le but de mettre en place des règles de décisions qui permettront au client la modulation d’itinéraires techniques. Le capteur Physiocap® a été inventé par le CIVC (Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne) et breveté conjointement avec la société E.RE.CA qui a développé l’électronique embarquée et industrialisé sa production. La société FORCE-A a développé une plateforme en ligne de traitement et de cartographie automatiques des données de bois de taille. Elle propose une prestation de ce service de mesures avec les traitements cartographiques et les analyses des données associées. Ce service proposé par FORCE-A avec le capteur Physiocap® est une avancée majeure dans le domaine de la viticulture, dite de précision, et de la recherche appliquée.

Le tunnel de traitement confiné Ecoprotect de Grégoire

p7-22.jpgCe nouveau pulvérisateur répond aux enjeux environnementaux à venir et permet de réaliser un traitement de qualité, sans dérive, à une vitesse élevée tout en réalisant de fortes économies de produits. L’air de la turbine de pulvérisation gonfle également des modules souples, qui en se rigidifiant forment deux caissons souples enveloppant la vigne. Le fond du caisson étanche est couvert d’un filet permettant de capter les embruns et de les diriger vers un dispositif de recyclage. Afin d’augmenter l’efficacité du dispositif et de limiter la dérive de produit, l’espace entre les deux caissons est fermé par un « film » d’air, formant une barrière, confinant ainsi la zone de traitement. Par ce moyen, une « bulle » de traitement est constituée où :

ó la concentration en produit est augmentée, permettant une vitesse de travail importante ;
ó les particules de produit en suspension sont récupérées, filtrées et réutilisées, d’où une consommation moindre en produit ;
ó le traitement reste confiné, donc moins de pollution et de risques pour l’utilisateur et son environnement.
Les modules, une fois gonflés, restent relativement souples, limitent la casse et respectent la vigne.

Le banc d’évaluation des performances des pulvérisateurs de l’Institut français de la vigne et du vin & Irstea

p7-3.jpgIFV et Irstea ont mis au point une vigne artificielle appelée « EvaSprayViti » modulable qui permet une mesure objective de la pulvérisation et ainsi de tester les performances de différents matériels de pulvérisation. L’objectif est d’évaluer la pulvérisation et les pertes de produits dans l’environnement. Ce banc d’essais reproduit artificiellement 4 rangs de vigne de 10 m de long chacun.

Il est composé de plusieurs parties distinctes :
ó des « bancs de collecte » constitués de collecteurs mimant les feuilles de vigne pour la quantification des dépôts sur la végétation ;
ó des « bancs de bordure » destinés à simuler une longueur de vigne suffisante pour limiter les effets de bordure et permettre notamment l’évaluation des dépôts sur le sol.

Trois configurations différentes du banc correspondant à trois stades végétatifs de la vigne (début, milieu et pleine végétation) permettent de tester les pulvérisateurs selon l’évolution de la végétation. En fonction des différents stades de développement de la vigne, les quantités de produit déposées sur les feuilles peuvent être mesurées ainsi que la répartition du produit sur le végétal et les dépôts au sol. EvaSprayViti permet de quantifier en conditions contrôlées et répétables la part de produit réellement déposée sur le végétal, sa répartition et les pertes environnementales. L’outil est modulable ; il est possible de simuler à la demande les différentes configurations du vignoble français (espacement entre rangs, épaisseur, surface foliaire…). Différents paramètres et techniques d’applications peuvent être testés (vent, température, types de pulvérisateurs et de diffuseurs, volumes/ha, précision des réglages…). La simplicité d’utilisation de ce banc permet de réaliser en routine un grand nombre d’essais de façon précise, fiable et répétable et d’acquérir ainsi de précieuses références. Un tel outil faisait défaut. Les données produites lors des tests seront valorisables sous plusieurs formes :

ó conseils pour l’amélioration des pratiques d’utilisation des pulvérisateurs en service et pour le choix des investissements ;
ó développement et promotion en partenariat avec les industriels de nouveaux matériels efficaces et respectueux de l’environnement grâce aux analyses et simulations numériques issues des données mesurées grâce à EvaSprayViti.

Le tracteur enjambeur électrique T4E de Kremer Energie

p8-1.jpgLe T4E est un tracteur enjambeur électrique de 110 chevaux (80 kw) qui offre les mêmes fonctionnalités qu’un enjambeur traditionnel en apportant, comme son prédécesseur moins classique le T3E, les avantages d’une alternative à l’énergie fossile tant du point de vue environnemental qu’économique ou sanitaire. Le développement de l’utilisation de l’énergie électrique sur les enjambeurs viticoles que Kremer Energie porte depuis sa création apporte des avancées majeures tant pour les viticulteurs que pour leurs clients. On retient notamment :

ó la réduction des dépenses énergétiques et d’entretien ainsi que des pollutions sonores et des vibrations ;
ó l’amélioration de la sécurité de conduite ;
ó l’absence de pollution atmosphérique, des sols et des végétaux par des hydrocarbures et des gaz d’échappement ;
ó un coût d’utilisation extrêmement réduit (8 heures suffisent à recharger les batteries, pour une facture estimée à moins de 10 euros) ;
ó des frais d’entretien quasi inexistants du fait de l’absence de moteur thermique et par la faible quantité d’huile hydraulique bio emportée (seulement 12 litres).

Avec ses 2 prises de force électriques, le T4E est capable d’entraîner tous les types d’outils classiques utilisés pour les travaux mécanisés en vignobles étroits (broyage, écimage, traitement, travail du sol…). Il reconnaît automatiquement les outils électriques auxquels il est connecté et s’adapte aux contraintes de fonctionnement fournies par les fabricants d’outils, ce qui génère des gains importants en autonomie énergétique et en efficacité de travail.

L’ergonomie de son joystick de commande de l’avancement et de gestion des outils ainsi que la gestion électronique du tracteur simplifie la prise en main et le travail au quotidien en s’appuyant notamment sur la robustesse de la technologie BUS-CAN. En outre, une simple mise à jour via une clé USB du logiciel intégré de gestion des fonctionnalités du T4E lui permet de bénéficier des dernières évolutions techniques en matière de performance et de compatibilité avec les outils ou options. Pour une utilisation en France, conformément à l’avis publié au JO le 1er août 2013, les viticulteurs devront attendre l’homologation nationale par type afin de répondre aux règles techniques de santé et de sécurité du travail qui sont applicables à ce type de matériel.

Le logiciel de pilotage de l’arôme des vins Kallosmé de Nyséos

p8-2.gifKallosmé est le premier logiciel en ligne de pilotage des arômes du vin. Il modélise l’expertise de Nyséos grâce à des outils d’intelligence artificielle. Avec ou sans analyse d’arômes, Kallosmé offre 6 modules pour répondre aux besoins réels et opérationnels des œnologues, de la production et des metteurs en marché. En ligne ou sur tablettes, il devient possible de prendre en compte la qualité aromatique des vins pour :

ó optimiser ou simuler les assemblages ;
ó construire un nouveau type de vin ;
ó réaliser des vrais benchmarks produits ;
ó prédire l’évolution aromatique ;
ó gérer l’ensemble de ses vins…

L’utilisateur souscrit un abonnement aux modules qu’il souhaite utiliser et définit le nombre d’analyses dont il aura besoin. Il envoie au fur et à mesure des échantillons de vins à Nyséos qui alimente ainsi sa base de données avec les résultats d’analyse et les informations transmises par l’utilisateur lui-même. L’utilisateur se connecte à son espace client qui lui donne accès à sa base de données et aux modules souscrits. Ces modules lui permettent d’exploiter ses résultats à l’aide de différents outils de calcul, de modélisation et de mise en forme pour répondre à ses besoins de gestion des assemblages, de diagnostic de positionnement marché, de prédiction d’évolution et de visualisation de niveau qualitatif de sa production au travers de tableaux de bord originaux.

Tracteur enjambeur électrique Voltis de Tecnoma

p9-1.jpgAvec son tracteur enjambeur électrique Voltis, Tecnoma propose une alternative à l’utilisation de l’énergie fossile, pour une viticulture plus durable. L’utilisation de l’énergie électrique présente en effet plusieurs avantages tant pour le viticulteur que pour les consommateurs : économique (consommation, entretien), confort (niveau de bruit réduit), sécurité (freinage, adhérence, stabilité), qualité sanitaire (absence de pollution de l’environnement et des végétaux par les hydrocarbures et les gaz d’échappement).

Pour le stockage de l’énergie électrique, le Voltis utilise un pack batterie Lithium-Fer-Phosphate. Avec un temps de charge complète de 8 à 9 heures sur un réseau électrique standard, il dispose d’une autonomie de 4 à 12 heures selon la nature des travaux, la vitesse et le relief.

Son petit groupe électrogène de secours en option peut assurer une autonomie supplémentaire ou tout simplement le retour de l’enjambeur au siège de l’exploitation en cas de décharge complète des batteries.

Il utilise l’énergie électrique pour la propulsion et pour l’animation des outils via 2 prises de force ou des sorties en courant. D’une puissance de 74 kW ou de 100 kW, le groupe motopropulseur repose sur 4 motoréducteurs électriques asynchrones intégrés dans chacune des roues. Le pilotage se fait par un joystick en cabine et un dispositif de contrôle électronique de l’ensemble des fonctions (vitesse, consommation, accélérations, décélérations, le couple de motricité, températures du pack batterie et des motoréducteurs…).

Pour une utilisation en France, conformément à l’avis publié au JO le 1er août 2013 par le ministère en charge de l’agriculture, les viticulteurs devront attendre l’homologation nationale par type afin de répondre aux règles techniques de santé et de sécurité du travail qui sont applicables à ce type de matériel.

Les citations

Le pulvérisateur Polyjet Bobard

p8-2.gifLe Polyjet est un équipement de pulvérisation de localisation face par face prévu pour les vignes à haute densité qui réunit les 3 technologies de pulvérisation (jets projetés, jets portés et diffuseurs pneumatiques) sur un seul et même appareil.

Ce système combiné permet au viticulteur d’adapter sa façon de pulvériser en fonction de l’avancement du cycle végétatif de la vigne, de minimiser les risques de dérive lors des premiers traitements, de maîtriser son poste carburant en n’utilisant la pleine puissance de la turbine que pour les derniers traitements. Cette turbine produit un volume d’air qui sera transporté par des gaines souples jusqu’aux descentes Polyjet.

Le suivi d’activité automatisé Process2Wine de D2E

p9-3.jpgProcess2Wine propose un nouveau module de suivi d’activité géolocalisé permettant de générer automatiquement les rapports d’activité de fin de journée par salarié, parcelle et type de travail. Pour obtenir ce résultat, les tracteurs sont équipés de traceurs GPS et les opérateurs piétons de smartphones. L’analyse des données de géolocalisation confrontées au calendrier des travaux de la vigne permet de proposer au chef de culture le rapport d’activité journalier d’activité de ses équipes sans ressaisie manuelle génératrice de perte de temps et d’erreurs.

Depuis son ordinateur, le chef de culture accède à Process2Wine par internet pour consulter, éventuellement corriger, puis valider le rapport d’activité. C’est la première application à proposer une méthode automatisée et en temps réel de saisie des temps. La transmission en temps réel permet également un suivi à distance sans être obligé de repasser à la propriété.

La MAV Ero Grapeliner 6000

p10-1.jpgEro a développé une machine à vendanger à convoyeur transversal capable de gérer également un égrappoir et une table de tri à son bord. C’est la première machine à vendanger au monde réunissant les trois systèmes : convoyage transversal, égrappage et tri.

Il suffit au conducteur de presser un bouton dans la cabine pour activer l’égrappage et le tri, s’il le souhaite, ce qui améliore la qualité de la récolte. Avec ce système, le conducteur pourra commuter de l’acheminement des raisins par convoyeur transversal sur le vidage dans la benne et vice-versa sur simple pression d’un bouton.

 

La quantification des anthocyanes sur MAV avec Force A

p10-2.jpgForce A a développé un système innovant permettant de rendre accessible l’information sur la qualité du raisin à l’ensemble des vendanges mécanisées réalisées à l’aide d’une machine à vendanger New Holland Braud de la série 9000.

Ce système permet de fournir en temps réel la teneur moyenne en anthocyane et un indice d’hétérogénéité du raisin contenu dans chacune des remorques utilisées pour faire la liaison entre les parcelles et le chai. Ces mesures sont réalisées grâce au capteur optique Multiplex® développé par Force A et adapté pour pouvoir être embarqué sur machines. New Holland Braud a développé de son côté une page du terminal IntelliView III permettant de piloter le système depuis la cabine. Les résultats sont, de plus, affichés sur cette page instantanément. Il est alors possible d’imprimer l’écran pour restituer en temps réel l’information au chai. En outre, couplé au GPS de la machine, il est possible de géoréférencer les données acquises afin de proposer une fonctionnalité supplémentaire de cartographie de la variabilité spatiale des anthocyanes au sein des parcelles récoltées.

Le bec de remplissage électropneumatique de Gai France

p10-3.jpgLes nouveaux becs électropneumatiques Gai (brevetés) permettent de remplir aussi bien des produits liquides plats que gazeux sans modification ni équipement supplémentaire.

L’ouverture et la fermeture des circuits « liquide » et gaz se situe sur la pointe inférieure du bec. Le cycle de fonctionnement, programmable par automate à écran tactile, est contrôlé en permanence par un transducteur de pression associé à 4 électrovannes.

L’utilisateur peut personnaliser les cycles de remplissage en fonction du produit, de sa température et de sa pression. Le maintien sous étanchéité de la bouteille pendant toutes les phases permet de limiter les apports d’oxygène et donc de limiter les apports de sulfites. Les réglages de niveaux sont centralisés et électriques et donc très précis. Le système de stérilisation par fausses bouteilles électriques (brevetées) favorise une qualité et une précision de nettoyage parfaites de l’ensemble des circuits.

La levure œnologique Lalvin ICV Okay® de l’ICV

p10-4.jpgLa levure œnologique Lalvin ICV Okay® est le résultat d’une étude scientifique collaborative entre le Groupe ICV, la société Lallemand, SupAgro et l’INRA Montpellier. Elle a été sélectionnée en combinant les techniques d’évaluation classiques et la technique des QTL (Quantitative Trait Loci) qui identifie les régions du génome impliquées dans des fonctions d’intérêt.

L’innovation repose sur des croisements successifs (back-cross) entre une levure particulièrement performante d’un point de vue œnologique et une levure aux caractéristiques génétiques originales (très faible capacité à produire les composés soufrés).

Cette levure combine des caractères de robustesse (Killer K2, phase de latence courte, capacité à fermenter à plus de 30 °C, capacité à fermenter des moûts à plus de 15,5 % d’alcool potentiel…) et de très faible production de SO2, d’H2S et d’acétaldéhyde.

Adaptées aux 3 couleurs, Lalvin ICV Okay® est particulièrement intéressante sur les vins blancs et rosés, en assurant de faibles niveaux d’acidité volatile et en favorisant les esters aromatiques. Elle apporte fraîcheur et équilibre en bouche.

L’attelage agricole trois points assisté AttelAgri d’Irstea

p10-5.jpgL’attelage et le dételage d’un outil à un tracteur ou à un automoteur agricole présentent régulièrement des difficultés et des risques matériels et humains.

La solution proposée par Irstea résulte de l’application de la méthode de conception innovante IRAD développée par ses ingénieurs et chercheurs en partenariat avec l’ENS de Cachan, la CCMSA et le ministère en charge de l’agriculture. Sans remettre en cause fondamentalement l’existant, trois grandes contraintes sont ressorties et ont été intégrées au cahier des charges pour sécuriser la phase d’attelage entre tracteur et outil avec la liaison trois points :

ó prévenir des risques de renversement de l’outil lors de son accrochage ;
ó réduire le temps de présence de l’utilisateur dans la zone d’accrochage ;
ó minimiser le poids des barres lors de l’attelage.

AttelAgri est une solution répondant à ces contraintes. La solution se caractérise plus particulièrement par sa conception simple et ergonomique et par l’ajout d’articulations entre les bras inférieurs et le « châssis » du tracteur ou de l’automoteur agricole, de manière à faciliter le déplacement de leurs extrémités lors de l’attelage ou du dételage de la machine. Ce déplacement est ensuite verrouillé à l’aide d’un crochet pour les phases de travail ou de transport.

Le procédé de désinfection des plants CleanPlant des pépinières Mercier

p11-1.jpgLe CleanPLANT est un plant de vigne greffé-soudé issu d’un procédé unique breveté, qui inclut différents modes de désinfection pendant les étapes de production pour nettoyer et désinfecter les plants vis-à-vis des champignons associés aux maladies du bois (Esca/BDA). Le procédé est basé sur l’utilisation d’anolyte neutre (un biocide de contact), à différentes concentrations aqueuses. Des contrôles en laboratoire sont effectués aux différentes étapes de la production pour suivre l’état sanitaire du bois.

Le CleanPLANT est plus sain qu’un plant « classique » grâce à ces méthodes de désinfection intégrées à son procédé de production, de la récolte du matériel de base jusqu’au conditionnement des plants.

La machine à tirer les sarments VSE 430 de Provitis

p11-2.jpgLa machine à tirer les sarments est constituée d’un cadre porteur sur lequel sont agencés des moyens d’amenage, un moyen de transfert et des moyens d’extraction, entraînés à vitesse tangentielle proportionnelle à l’avancement sur des axes verticaux. Un disque étoilé pousse les sarments sur le côté pour les amener vers une chaîne d’extraction et des rouleaux.

Le tirage se fait donc latéralement « comme à la main ». Les efforts demandés sur le palissage sont moins importants que ceux générés en tirant vers le haut, ce qui évite tous les inconvénients : tension importante des fils de palissage.

Un déflecteur à la sortie contraint les sarments vers le milieu de la rangée, pour une reprise facilitée.

Le concept de cette machine a été inventé par un viticulteur de la région de Saumur, M. Jean-Yves Deze, après de nombreux essais et mises au point.

La machine Provitis VSE 430 tire les sarments après la taille, en reproduisant ce qui est fait à la main, sans remettre en question le mode de conduite de la vigne.

La forme classique d’un foudre impose des points de remplissage et de vidange sur un même axe vertical, passant par le centre de l’ouvrage.

p11-3.jpgL’intérêt de l’Ergonum® réside dans une forme cylindro-conique qui déplace l’axe remplissage/vidange vers l’avant. Cela apporte des avantages sécuritaires, mécaniques (robustesse de construction), qualitatifs (travail du vin, nettoyage) et économiques (gains de temps, économie d’eau).

L’accès devient possible avec un escabeau roulant ou une nacelle pour les grosses exploitations. Les bondes des foudres sont en vis-à-vis dans l’allée centrale.

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé