Sica de Bagnolet : Le périmètre de la SICA réduit par la contractualisation

13 juin 2016

Depuis 2015, la contractualisation est en marche chez Hennessy. Pour ceux qui y adhèrent, elle va de pair avec une obligation de livraison d’une partie des volumes en eaux-de-vie nouvelles (30 %). D’où, une réduction de la voilure de la Sica de Bagnolet, dès maintenant.

Typiquement, la Sica de Bagnolet est une structure de portage d’eaux-de-vie rassises. Ainsi, tout ce qui concoure à réduire la part du vieillissement affecte le périmètre de la structure. En 2015, Hennessy a lancé sa politique de contrats d’approvisionnement, alors que, jusqu’à présent, la maison privilégiait les QR, les Quantités Réservées. « Nous l’avons fait pour répondre à la demande de la viticulture » précisait-on alors sur les Quais. Mais une condition y fut posée  : que les viticulteurs s’engageant dans la voie de la contractualisation livrent 30 % de leurs volumes en 00, autrement dit en eaux-de-vie jeunes. Par définition, cette marchandise ne passera pas par la case Sica, dont le courant de vente porte sur des eaux-de-vie de comptes 2 et 3. D’où une cure d’amaigrissement attendue pour la Sica de Bagnolet, déjà effective d’ailleurs.

Si les entrées totales de la récolte 2014 se sont élevées à 91 340 hl AP (1), celles de la récolte 2015 ont porté sur 52 490 hl AP, affichant une décote de 43 %. Guillaume Roy, le président de la Sica a livré d’emblée l’explication – « C’est l’effet direct du déploiement de la contractualisation. » A souligner cependant qu’au niveau global, les volumes d’approvisionnement de la maison Hennessy ont encore augmenté en 2015. « Ne serait-ce qu’au plan des eaux-de-vie assises, la Sica de Bagnolet reste un acteur majeur de la région» a tenu à préciser G. Roy.

Au détour de deux résolutions, la 5 ème et la 6 ème, les mandats de Yann Fillioux et de James Bannier ont été renouvelé pour une durée de six ans, jusqu’au 30 juin 2022.

 

Les condition de la qualité

 

Florent Morillon, directeur amont de la société et Renaud Fillioux de Gironde, responsable des relations avec la Viticulture furent ensuite invités à commenter la qualité des livraisons d’eaux-de-vie 2015. « Il y a 7,5 % des volumes qui correspondent à un niveau qualitatif supérieur aux standards requis et environ 10 % pour lesquels la qualité est limite. Quels critères objectifs expliquent que certains aient tiré leurs épingles du jeu et d’autres non ? Les outils, la technique, le savoir-faire ? » Le staff Hennessy a insisté sur les conditions de vendanges un peu dégradées. « Quand vous commencez, pensez à la date à laquelle vous allez les terminer. » Il est revenu sur une thématique plusieurs fois abordée, celle de la vinification. « Certains d’entre vous ont investi dans les outils liés à la vinification – transfert de vendange, décantation, thermovinification…- et nous les félicitons. C’est une dynamique dans laquelle il faut s’inscrire et nous sommes là pour vous accompagner. » La maison de négoce s’est servie de la récolte 2013, qualifiée de « difficile », pour tenir un discours sur le vieillissement, la sélection des barriques, la gestion de la futaille. «Nous devons capitaliser sur de telles années compliquées pour en tirer expériences et enseignements. Pour ceux d’entre vous qui stockent à domicile, sachez que la sica de Bagnolet peu apporter son expertise.Sur ces questions de futailles, un document a d’ailleurs été créé par nos services. » Renaud de Gironde a plus largement évoqué la qualité des Cognacs Hennessy – « C’est nous tous qui la construisons, à chaque étape du process de production. Cette ambition collective de tirer la qualité vers le haut est indispensable à nos succès commerciaux et au développement de notre partenariat. » 

 

"Productivité durable"

 

Florent Morillon a loué « cette contractualisation que vous attendiez depuis longtemps. Les contrats à trois ans voire à six ans donnent plus de visibilité. Si la Sica voit ses volumes baisser, elle reste un partenaire important d’Hennessy, en terme quantitatif mais aussi de qualité. » Pour qualifier le modèle de production viticole que la maison souhaitait soutenir, il a parlé de « productivité durable, alliant à la fois la performance économique et la performance environnementale. » « Il n’y a rien d’incompatible entre elles deux » a-t-il précisé. « Un sujet nous tient particulièrement à cœur, le désherbage en plein. Il ne faut vraiment plus de désherbage en plein ! Beaucoup de progrès ont été faits mais reste quelques scories. Il faut arrêter ! »

 

(1) Grande-Champagne, 6 896 hl AP – Petite-Champagne, 18 483 hl AP – Borderies, 4 190 hl AP – Fins Bois, 61 426 hlAP – Cognac, 345 hl AP.

 

 

Les chiffres

Ventes de la Sica de la société Hennessy (avril 2016) : 82 485 hl AP

Valeur : 118 millions d’€

Stock global au 31 décembre 2015 : 226 200 hl AP

Valeur : 269 millions d’€, hors frais financiers

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé