Ventes Aux Enchères De Cognacs Rares : Le Marteau Du Commissaire

3 mars 2009

La première semaine du Cognac, du 1er au 8 juin, s’est conclue par une vente aux enchères de Cognacs d’exception. Une nouveauté dans la région et un succès. La soirée s’est soldée par un gain de 17 500 €, une somme reversée intégralement à une œuvre caritative.

enchere.jpg« Une fois, deux fois… adjugé ! » Le commissaire-priseur, ses rites, ses tics et son marteau, très important le marteau. Le 8 juin dernier, au logis de Boussac, dix-huit Cognacs rares voire uniques ont fait l’objet d’une vente aux enchères. Offerts par les maisons, tous les bénéfices furent reversés à l’association caritative « Aurore de Cognac » présidée par Mme Firino-Martell. L’association, qui travaille avec les assistances sociales du secteur, épaule les familles pour envoyer les enfants, qui en voyage linguistique, qui en villégiature. « Une contribution de 150 € permet souvent d’offrir huit ou dix jours de vacances supplémentaires aux enfants. C’est très important. » La vente des Cognacs a rapporté la somme de 12 640 €. Additionné au prix du dîner servi aux 200 convives – repas élaboré par le chef de la Ribaudière Thierry Veyrat – la soirée s’est soldée par un chèque de 17 500 €. « Ce montant va bien au-delà de nos espérances. C’est quasi le budget annuel de l’association » a remercié Mme Firino-Martell.

L’interprofession, maître d’œuvre de cette première semaine du Cognac et organisateur de la soirée, avait lancé des invitations à toute la filière. Se sont retrouvés au dîner de gala des négociants mais aussi de nombreux acteurs économiques, bouchonniers, tonneliers, verriers, cartonniers et bien sûr viticulteurs. La vente a débuté vers 23 heures. Au marteau, le commissaire-priseur Vincent-Gérard Tassé, secondé par son assistante qui présenta chacun des 18 lots (ou bouteilles). Les estimations de départ variaient de
100 € à 6 000 € et les enchères grimpèrent allégrement sur certains flacons. Une table, celle du fond, se distingua particulièrement en se portant acquéreur de trois bouteilles.
« 600 € nous sommes. A 3 200 € je vais adjuger. C’est déjà une très belle enchère mais vous pouvez faire mieux. Vous allez le faire, 3 800 € là-bas, 4 000… » Avec la faconde qui sied à son métier, Vincent-Gérard Tassé a relancé les enchères avec une belle vivacité. Surprise de dernière minute ! Un touriste australien et sa femme, qui avaient tenu à participer à la vente aux enchères, ont enlevé la bouteille de Rémy Space, le sourire jusqu’aux oreilles.

Président du BNIC, Jean-Pierre Lacarrière a confirmé la volonté de l’interprofession de renforcer le rôle d’ambassadeur de la région. « Le Cognac, un de nos joyaux nationaux, incarne une certaine idée du luxe. La région nous semble une locomotive toute désignée pour reconquérir une place plus importante sur le marché français. »

Les Cognacs mis aux enchères*

– Bache-Gabrielsen : Cognac d’assemblage confectionné pour la Semaine du Cognac, sélection des meilleures eaux-de-vie de réserves toujours en fûts.

– Camus : Petite Champagne de millésime 1971 (43 % vol.), année de naissance de Cyril Camus.

– Château de Beaulon : Cognac rare, de millésime 1976, issu d’un seul vignoble Fins Bois sur coteaux calcaires. Cépages : Folle Blanche, Colombard, Montils.

– Château de Cognac : Cognac de Grande Champagne issu de la récolte 1975 – Que 100 bouteilles disponibles de Cognac Otard Vintage 1975.

– Courvoisier : Collection Erté – « Dégustation », la cinquième édition de la série, a été lancée en 1992. Elle est composée de très vieux Cognacs de Grande Champagne.

– A.E Dor : Bouteille de pure Grande Champagne de très grand âge (47 % vol.).

– Ferrand : Bouteille « Ancestrale » issue des plus vieilles réserves de la maison.

– Frapin : Cuvée Rabelais provenant de très vieilles Grande Champagne, dont certaines entrées avant la période du phylloxéra – Aiguillère de la cristallerie Royale de Sèvres.

– Hardy : « Noces d’Albâtre », Cognac élaboré à partir des meilleures eaux-de-vie de Grande Champagne – Flacon en cristal de Daum.

– Hennessy : Assemblage d’eaux-de-vie essentiellement du XIXe siècle, dont certaines datent d’avant 1850 (proportion importante d’eaux-de-vie pré-phylloxérique à base de Folle Blanche).

– Hine : Grande Champagne puissante, dominée par les parfums de tanins et d’épices – Millésime 1975.

– Léopold Gourmel : Millésime certifié Grande Champagne 1969.

– Martell : Assemblage de six eaux-de-vie de Borderies, sélectionnées parmi les plus vieux millésimes, provenant du chai Jean Martell. La plus jeune eau-de-vie date de 1941 et la plus vieille de 1932.

– Meukow : Cognac d’exception, non disponible en France, élaboré pour le 50e anniversaire de la maison Meukow.

– Prince Hubert de Polignac : Millésime 1975, uniquement issu de Grande Champagne.

– Rémy Martin : Rémy Space, Cognac Fine Champagne Rémy Martin, dont le procédé de traitement à froid et de filtrage s’est inspiré des technologies spatiales.

– Renault Bisquit : Privilège d’Alexandre Bisquit, assemblage des plus vieilles eaux-de-vie issues exclusivement de Grande Champagne.

– Royer : assemblage unique issu de la réserve personnelle de la famille Louis Royer.

* Commentaires extraits de la plaquette de présentation.

A lire aussi

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac organise 4 réunions d’information et une exposition pour présenter la traduction règlementaire du projet de PLUi, autrement dit les règles générales qui s’appliqueront à tout projet de construction, une fois ce futur document en vigueur. La première...

error: Ce contenu est protégé