Publicité

Ventes Aux Enchères De Cognacs Rares : Le Marteau Du Commissaire

3 mars 2009

La première semaine du Cognac, du 1er au 8 juin, s’est conclue par une vente aux enchères de Cognacs d’exception. Une nouveauté dans la région et un succès. La soirée s’est soldée par un gain de 17 500 €, une somme reversée intégralement à une œuvre caritative.

enchere.jpg« Une fois, deux fois… adjugé ! » Le commissaire-priseur, ses rites, ses tics et son marteau, très important le marteau. Le 8 juin dernier, au logis de Boussac, dix-huit Cognacs rares voire uniques ont fait l’objet d’une vente aux enchères. Offerts par les maisons, tous les bénéfices furent reversés à l’association caritative « Aurore de Cognac » présidée par Mme Firino-Martell. L’association, qui travaille avec les assistances sociales du secteur, épaule les familles pour envoyer les enfants, qui en voyage linguistique, qui en villégiature. « Une contribution de 150 € permet souvent d’offrir huit ou dix jours de vacances supplémentaires aux enfants. C’est très important. » La vente des Cognacs a rapporté la somme de 12 640 €. Additionné au prix du dîner servi aux 200 convives – repas élaboré par le chef de la Ribaudière Thierry Veyrat – la soirée s’est soldée par un chèque de 17 500 €. « Ce montant va bien au-delà de nos espérances. C’est quasi le budget annuel de l’association » a remercié Mme Firino-Martell.

L’interprofession, maître d’œuvre de cette première semaine du Cognac et organisateur de la soirée, avait lancé des invitations à toute la filière. Se sont retrouvés au dîner de gala des négociants mais aussi de nombreux acteurs économiques, bouchonniers, tonneliers, verriers, cartonniers et bien sûr viticulteurs. La vente a débuté vers 23 heures. Au marteau, le commissaire-priseur Vincent-Gérard Tassé, secondé par son assistante qui présenta chacun des 18 lots (ou bouteilles). Les estimations de départ variaient de
100 € à 6 000 € et les enchères grimpèrent allégrement sur certains flacons. Une table, celle du fond, se distingua particulièrement en se portant acquéreur de trois bouteilles.
« 600 € nous sommes. A 3 200 € je vais adjuger. C’est déjà une très belle enchère mais vous pouvez faire mieux. Vous allez le faire, 3 800 € là-bas, 4 000… » Avec la faconde qui sied à son métier, Vincent-Gérard Tassé a relancé les enchères avec une belle vivacité. Surprise de dernière minute ! Un touriste australien et sa femme, qui avaient tenu à participer à la vente aux enchères, ont enlevé la bouteille de Rémy Space, le sourire jusqu’aux oreilles.

Président du BNIC, Jean-Pierre Lacarrière a confirmé la volonté de l’interprofession de renforcer le rôle d’ambassadeur de la région. « Le Cognac, un de nos joyaux nationaux, incarne une certaine idée du luxe. La région nous semble une locomotive toute désignée pour reconquérir une place plus importante sur le marché français. »

Les Cognacs mis aux enchères*

– Bache-Gabrielsen : Cognac d’assemblage confectionné pour la Semaine du Cognac, sélection des meilleures eaux-de-vie de réserves toujours en fûts.

– Camus : Petite Champagne de millésime 1971 (43 % vol.), année de naissance de Cyril Camus.

– Château de Beaulon : Cognac rare, de millésime 1976, issu d’un seul vignoble Fins Bois sur coteaux calcaires. Cépages : Folle Blanche, Colombard, Montils.

– Château de Cognac : Cognac de Grande Champagne issu de la récolte 1975 – Que 100 bouteilles disponibles de Cognac Otard Vintage 1975.

– Courvoisier : Collection Erté – « Dégustation », la cinquième édition de la série, a été lancée en 1992. Elle est composée de très vieux Cognacs de Grande Champagne.

– A.E Dor : Bouteille de pure Grande Champagne de très grand âge (47 % vol.).

– Ferrand : Bouteille « Ancestrale » issue des plus vieilles réserves de la maison.

– Frapin : Cuvée Rabelais provenant de très vieilles Grande Champagne, dont certaines entrées avant la période du phylloxéra – Aiguillère de la cristallerie Royale de Sèvres.

– Hardy : « Noces d’Albâtre », Cognac élaboré à partir des meilleures eaux-de-vie de Grande Champagne – Flacon en cristal de Daum.

– Hennessy : Assemblage d’eaux-de-vie essentiellement du XIXe siècle, dont certaines datent d’avant 1850 (proportion importante d’eaux-de-vie pré-phylloxérique à base de Folle Blanche).

– Hine : Grande Champagne puissante, dominée par les parfums de tanins et d’épices – Millésime 1975.

– Léopold Gourmel : Millésime certifié Grande Champagne 1969.

– Martell : Assemblage de six eaux-de-vie de Borderies, sélectionnées parmi les plus vieux millésimes, provenant du chai Jean Martell. La plus jeune eau-de-vie date de 1941 et la plus vieille de 1932.

– Meukow : Cognac d’exception, non disponible en France, élaboré pour le 50e anniversaire de la maison Meukow.

– Prince Hubert de Polignac : Millésime 1975, uniquement issu de Grande Champagne.

– Rémy Martin : Rémy Space, Cognac Fine Champagne Rémy Martin, dont le procédé de traitement à froid et de filtrage s’est inspiré des technologies spatiales.

– Renault Bisquit : Privilège d’Alexandre Bisquit, assemblage des plus vieilles eaux-de-vie issues exclusivement de Grande Champagne.

– Royer : assemblage unique issu de la réserve personnelle de la famille Louis Royer.

* Commentaires extraits de la plaquette de présentation.

A lire aussi

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Vidéos d'entreprise, événements, manifestations... Le Paysan Vigneron diversifie ses services et ouvre à tous ses prestations annexes. Grâce à du matériel de prise de vue professionnel incluant un drone, vous pourrez vous mettre en valeur sous un angle inédit. Tous...

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

L'arrêté officiel de la Région Nouvelle-Aquitaine concernant le traitement insecticide contre la flavescence dorée n'a pas encore été publié, mais les deux premières dates sont d'ores et déjà connues ; cela commence dès le 13 juin. Il est à rappeler que ce traitement...

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

Selon Eric Andrieu, député européen, la Commission européenne est largement insatisfaite du Plan Stratégique National de la France (PSN) proposée par la France pour la mise en oeuvre de la nouvelle PAC à partir de 2023, et l'invite à revoir sa copie. L’actuel Ministre...

error: Ce contenu est protégé