Publicité

Résultats Des élections à La Chambre d’Agriculture De La Gironde

10 mars 2009

COLLEGES INDIVIDUELS

COLLÈGE CHEFS D’EXPLOITATION
21 sièges – Inscrits : 9 021 – Suffrages exprimés : 4 196 (46,51 %)

FDSEA-JA : 2 169 voix (51,69 %)
Elus : Bernard ARTIGUE (Pompignac), Denis LURTON (Cantenac), Bernard SOLANS (Courpiac), Delphine MALLET (Lussac), Marie-Henriette GILLET (St-Hilaire-de-la-Noaille), Christian CESSATEUR (Blanquefort), Jacques BERTRAND (St-Emilion), Olivier CASSOU (Bordeaux), Xavier DE SAINT LEGER (St-Louis-de-Montferrand), Gérard BOUGES (St-Sauveur), Philippe CHETY (St-Trojan), Michel DULON (Soulignac), Patrick FESTAL (Margueron), David AMBLEVERT (Ste-Florence), Stéphane HERVE (St-Caprais-de-Blaye), Gérard GABIN (St-Symphorien), Bernard LAFON (Sadirac).

Confédération paysanne : 1 035 voix (24,67 %)
Elus : Jocelyne RIFFAUD (Romagne), Pascal MONTAUT (St-Paul-de- Blaye).

Coordination rurale :
992 voix (23,64 %)
Elus : Bernard BOUCHON (Jugazan), John Christopher DERRETT (Bordeaux).

COLLÈGE PROPRIÉTAIRES & USUFRUITIERS
2 sièges – Inscrits : 494 – Suffrages exprimés : 145 (29,35 %)

FDSEA-JA : 145 voix (100 %)
Elus : Pierrette BONNIN (Lussac), Jean-François DUFOUR (Preignac).

COLLÈGE SALARIÉS DE LA PRODUCTION 4 sièges
4 sièges – Inscrits : 22 948 – Suffrages exprimés : 5 320 (23,18 %)

CGT : 2 214 voix (41,62 %)
Elus : Denis CADIX (Mérignac), Claude LEVRERO (Lacanau), Rémy FAVEREAU (Cissac-Médoc), Jean-Sébastien POUVREAU (Bourneau 85).

CFE-CGC :
669 voix (12,58 %)

FO : 972 voix (18,27 %)

CFDT : 1 080 voix (20,30 %)

UNSA : 385 voix (7,23 %)

COLLÈGE SALARIÉS DES GROUPEMENTS
4 sièges – Inscrits : 5 604 – Suffrages exprimés : 1 692 (30,19 %)

CFDT : 473 voix (27,96 %)
Elus : Claude GILARD (Galgon), Jean-Michel LOPEZ (Mérignac), Isabelle ROY (Vayres)

CGT : 267 voix (15,78 %)

CFE-CGC : 337 voix (19,92 %)
Elu : Jean-Marie FOUCHER (Galgon)

FO : 203 voix (12,00 %)

SOLIDAIRES : 255 voix (15,07 %)

UNSA : 157 voix (9,28 %)

COLLÈGE ANCIENS EXPLOITANTS
2 sièges – Inscrits : 24 089 – Suffrages exprimés : 9 512 (39,49 %)

FDSEA-JA : 5 144 voix (54,08 %)
Elus : Paul SOURISSE (Ste-Gemme), Alain ROUX (Fronsac).

MODEF : 4 368 voix (45,92 %)

GROUPEMENTS PROFESSIONNELS

COOPERATIVES AGRICOLES
1 siège – Suffrages exprimés : 220

FDSEA-JA : 220 voix (100 %)
Elue : Valérie BOURIANE (Caplong).

AUTRES COOPÉRATIVES
4 sièges – Suffrages exprimés : 134

FDSEA-JA : 134 voix (100 %)
Elus : Jean-Marc ABERNE (Bégadan), Jean-François BOURGES (St-André-&-Appelles), Joël BONNEAU (St-Ciers-sur-Gironde), Yohan BARDEAU (Cadillac-en-Fronsadais).

CAISSES LOCALES DE CREDIT AGRICOLE
2 sièges – Suffrages exprimés : 73

FDSEA-JA : 73 voix (100 %)
Elus : Rémi GARUZ (St-Brice), Francis MASSE (Pompignac).

CAISSES D’ASSURANCES MUTUELLES AGRICOLES et de MSA
2 sièges – Suffrages exprimés : 77

FDSEA-JA : 77 voix (100 %)
Elus : Daniel SAINT-MARC (Aubiac), Alain PARGADE (Soulignac).

ORGANISATIONS SYNDICALES
2 sièges – Suffrages exprimés : 243

FDSEA-JA : 243 voix (100 %)
Elus : Joël APPOLLOT (St-Christophe-des-Bardes), François ZAROS (La Sauve).

Afrique du Sud

Les prix des vins rouges en vrac continuent de baisser

Les prix des vins rouges en vrac pourraient encore baisser cette année, selon des informations professionnelles réunies par le site d’information sud-africain wine.co.za. Les prix ont déjà régressé de 35 % entre 2003 et 2006 et certains acheteurs ont choisi de payer, non pas des raisins mais pour que les producteurs ne les récoltent pas. Par ailleurs, selon certains professionnels, les arrachages de cépages rouges auraient augmenté l’an dernier et cette tendance pourrait se poursuivre cette année. La faible rentabilité de la vigne se manifesterait notamment dans des régions comme Stellenbosch, Paarl et Malmesbury en raison des rendements, considérés comme insuffisants pour produire les volumes requis pour le segment premium. D’après Ernst le Roux, responsable des approvisionnements auprès de Distell, la conjoncture risque d’entraîner le déplacement du vignoble destiné aux vins premium vers des zones irriguées telles que la Breede River, Lutzville et même le Klein Karoo, au détriment de Stellenbosch et de Paarl. Pour Ernst le Roux, le prix des terres, entre autres facteurs, a rendu l’élaboration de vins premium trop coûteuse dans ces régions, même si la baisse des prix des vins rouges en vrac devrait s’estomper au fil des ans. Quant aux vins blancs, on évoque a contrario une pénurie pour certains cépages de qualité, parmi lesquels le chenin blanc.

Indications Géographiques

Reconnaissance des IG Napa Valley et Vale dos Vinhedos

La reconnaissance des indications géographiques « Napa Valley » (Etats-Unis) et « Vale dos Vinhedos » (Brésil) a été évoquée lors de la dernière réunion du Comité de gestion des vins. Les documents relatifs aux demandes de reconnaissance ont été présentés par les deux pays tiers conformément à l’accord OMC-TRIPS. La reconnaissance de ces deux indications géographiques interviendra par publication au Journal officiel de l’Union européenne.

Marché en grande distribution

Stabilité des ventes de vins tranquilles sur 12 mois

Sur 12 mois, en cumul annuel mobile (octobre 2005 à octobre 2006), les ventes de vins tranquilles dans la grande distribution affichent une quasi-stabilité tant en volume (- 0,1 % à 9,499 millions d’hl), qu’en valeur (?0,2 % à 3,125 milliards d’euros). Viniflhor, qui analyse le panel Infoscan d’Iri France, constate que ce sont les ventes de vins rouges (5,970 millions d’hl pour 1,978 milliard d’euros) qui reculent de 2,4 % en volume et de près de 2,2 % en valeur. Le segment des vins de pays de cépage rouges (62% de PDM des vins de pays de cépage) affiche des résultats positifs (+ 12,3 % en volume et + 7,7 % en valeur). Les vins rosés (1,965 million d’hl pour 538 millions d’euros) affichent, quant à eux, un dynamisme de leurs ventes (+ 6,5 % en volume et + 6,4 % en valeur) sous l’effet d’une croissance de la demande en VQPRD rosés (+ 11,1 % en volume ; + 8,8 % en valeur), en vins de pays de cépage rosés (+ 14,6 % en volume et 12,4 % en valeur), en VDPCE rosés (+ 3,1 % ; + 4,1 %) et en vins étrangers (+ 4,8 % en volume). Viniflhor note que sur ce segment des rosés, les ventes de vins de pays sans mention de cépage sont stables, sur les douze derniers mois. Les vins de table français rosés affichent quant à eux une diminution de leurs commercialisations (- 0,8 % en volume et de – 1,4 % en valeur) dans un contexte de faible variation de leur prix moyen de vente. Les ventes de vins blancs (1,564 million d’hl pour 609 millions d’euros) font preuve plutôt de maintien (+ 1,3 % en volume ; + 0,9 % en valeur). Dans cette couleur aussi les vins de pays de cépage progressent (+ 15,7 % en volume et + 12 % en valeur) et enregistrent de meilleurs résultats que les VQPRD blancs (+ 0,8 % en volume et + 0,5 % en valeur). A l’inverse des autres couleurs, les VDP blancs sans indication de cépage connaissent une reprise de 4,9 % en volume et 6,6 % en valeur.

États-Unis

Les exportations italiennes franchissent la barre du milliard de dollars

Les exportations italiennes vers les Etats-Unis ont dépassé la barre psychologique du milliard de dollars en 2006, d’après les données publiées par l’Institut italien du vin et des produits agroalimentaires (IW&FI) à New York. Les vins italiens représentent désormais 32,4 % du marché des vins importés aux USA en valeur et 30,7 % en volume. Néanmoins, malgré cette performance, l’Italie est talonnée de près par l’Australie. En effet, les estimations de l’Institut pour l’année 2006 en termes de volumes situent l’Australie, avec 2,010 millions d’hectolitres, juste derrière l’Italie et ses 2,122 Mhl. Quant aux taux de progression, la palme revient toutefois à l’Argentine (+ 27,9 %), suivie de très près par la France dont les volumes ont fait un bond de 26,1% pour frôler la barre du million d’hectolitres, toujours selon les données de l’IW&FI. En dehors du Chili, qui a régressé de 7,8 % en 2006, et de la Nouvelle-Zélande qui enregistre une quasi-stabilité (- 0,9 %), l’ensemble des principaux pays expéditeurs de vins outre-Atlantique ont progressé l’année dernière. Pour leur part, les Italiens ont fêté leur performance lors d’une cérémonie à l’IW&FI, cérémonie lors de laquelle le président Lucio Caputo a rappelé qu’en 1975 – année de la première campagne promotionnelle en faveur des vins italiens aux USA – les exportations italiennes ne dépassaient pas 360 000 hectolitres pour une valeur inférieure à $40 millions.

INAO

Nominations au comité régional Sud-Ouest

Par arrêté du ministre de l’Agriculture et de la Pêche publié au Journal officiel du 11 février 2007, Hubert de Bouard est nommé président du comité régional des vins, eaux-de-vie et autres boissons alcoolisées de l’INAO, pour la région Sud-Ouest, jusqu’au 11 août 2010, en remplacement de Xavier Carreau. Sont nommés membres du comité régional de l’INAO, jusqu’au 11 août 2010 : en qualité de représentants du secteur de la production : Jean-Marc Aberne et Laurent Gapenne, en remplacement d’Antoine Bérard et de Xavier Carreau ; en qualité de représentants du secteur du négoce : Guy-Henri Azam, François Estager et Jean-François Galhaud, en remplacement de Jacques Fleury, Dominique Thienpont et Joël Quancard.

A lire aussi

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Vidéos d'entreprise, événements, manifestations... Le Paysan Vigneron diversifie ses services et ouvre à tous ses prestations annexes. Grâce à du matériel de prise de vue professionnel incluant un drone, vous pourrez vous mettre en valeur sous un angle inédit. Tous...

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

L'arrêté officiel de la Région Nouvelle-Aquitaine concernant le traitement insecticide contre la flavescence dorée n'a pas encore été publié, mais les deux premières dates sont d'ores et déjà connues ; cela commence dès le 13 juin. Il est à rappeler que ce traitement...

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

Selon Eric Andrieu, député européen, la Commission européenne est largement insatisfaite du Plan Stratégique National de la France (PSN) proposée par la France pour la mise en oeuvre de la nouvelle PAC à partir de 2023, et l'invite à revoir sa copie. L’actuel Ministre...

error: Ce contenu est protégé