Prix des eau de vie nouvelles : Mémoire, mémoire, …

28 novembre 2012

De mémoire d’anciens, pour retrouver une hausse à deux chiffres des eaux-de-vie nouvelles, il faut remonter à l’année 1970. A l’époque, un faisceau d’éléments avait nourri cette augmentation. Une hausse sans précédent, qui restera sans lendemain… pendant les 42 années suivantes.

Dans ces années-là, on parlait « de la faim de Cognac des négociants ». Il y avait de quoi. Les ventes de Cognac progressaient de 10-15 % l’an tandis que le vignoble « enquillait » les mauvaises récoltes. Pourtant l’année 1970 fait exception. Il y a du vin partout ! Les camions-citernes sont sur les routes, les distillateurs assaillis par les viticulteurs en difficulté de logement. En alcool pur, la région produira 78 % de mieux qu’en 1969. C’est la meilleure récolte jamais enregistrée depuis le phylloxéra. Pourtant – ou à cause des petites récoltes précédentes – les cours flambent. La cote officielle adoptée le 30 septembre 1970 par l’interprofession est très vite dépassée. Fait unique dans l’histoire du Cognac ! Une seconde augmentation de prix est déclenchée en cours de campagne. Au final, en 1970, le prix des eaux-de-vie nouvelles progressera d’environ 15 %. Il faut dire qu’au milieu des années 60, les prix avaient été drastiquement bas (6,90 F le °hl en 1965, 7 F en 1968…). En 1970, la détermination du prix intègre – déjà – la notion de rattrapage. Existe même une commission baptisée de ce nom. Mais la tension de marché joue aussi. Cette année-là, les vins vinés (près de 24 000 hl AP à l’époque) iront jusqu’à payer les vins de distillation 13 F le °hl.

Hasard ou contingence de l’histoire ? Cette même année 1970 va coïncider avec les premiers dépôts de dossiers de plantations nouvelles autorisées dans le sillage des journées de la SARES. A coup de tranches de 10 000 ha (1972, 1973, 1974), il se plantera 30 000 ha dans la région délimitée. Mais, dès 1973 les nuances s’amoncellent sur l’économie mondiale : guerre du Yom Kippour, premier choc pétrolier. Le rêve d’un avenir radieux se brisera net sur les berges de la crise. Les « trente pleureuses » succéderont aux « trente gloriseuses » dans la région. Mais tout le monde sait que l’histoire ne se répète jamais.

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé