Patrick Raguenaud, le nouveau président du BNIC, l’homme de la situation

12 décembre 2017

 

À en croire le large consensus qui qui a conduit à son élection, Patrick Raguenaud est l’homme de la situation. Il est apprécié et respecté de ses pairs. Il est à l’aise sur les questions techniques mais il connaît aussi très bien les marchés pour y passer plusieurs semaines par an. Il est dynamique et sait fédérer pour faire avancer des projets. Et les chantiers qui attendent le nouveau président ne manquent pas. Entre la révision du business plan, le dossier innovation et le développement durable, il faudra faire preuve de diplomatie pour écouter et convaincre tant à l’interprofession qu’au dehors.

Le 14 novembre dernier, vous avez été élu par vos pairs, président du BNIC. Quel a été votre sentiment ?

Je remercie tout d’abord les professionnels de la confiance dont ils me témoignent et Je suis tout à fait conscient des responsabilités qui sont les miennes.

Le BNIC est né de la nécessité d’agir ensemble et paritairement, viticulture et négoce pour l’intérêt et la prospérité de tous. Le BNIC est devenu aujourd’hui un formidable outil au service du cognac, et donc de la collectivité des entreprises qui font le cognac. Que ces entreprises soient viticoles ou de négoce, qu’elles soient grandes ou petites, elles participent à l’expression de notre produit et à la richesse de notre région. Aujourd’hui, 70 ans plus tard, ce sont les mêmes principes qui animent les professionnels. Mon rôle, me semble-t-il sera d’écouter et de servir l’intérêt commun, dans le respect de notre histoire et des valeurs de chacun.

 

À propos du business plan, quelles sont les réflexions en cours ?

C’est un sujet majeur pour continuer à construire l’avenir du Cognac. Un groupe de travail va se mettre au travail rapidement. Je crois que nous avons un excellent outil qui doit nous permettre de prévoir au mieux nos besoins de production. Et comme tout outil de prévision, il faut de suivre de façon précise les tendances et les écarts afin de réagir rapidement. Pour cela des indicateurs ont été créés.

Ce sera une mission des premiers mois de l’année 2018

 

Le développement durable est aussi un enjeu majeur selon vous ?

Indiscutablement oui. C’est une attente sociétale et nous ne pouvons pas l’ignorer. Nous devons poursuivre nos efforts. En particulier le référentiel crée par l’interprofession est un formidable outil de suivi. Il permet aux viticulteurs de faire le point sur l’état de leur exploitation. L’interprofession souhaite que tous les viticulteurs aient réalisé ce diagnostic d’ici à 5 ans. C’est une approche collective et pragmatique accessible au plus grand nombre de viticulteurs. La filière a pris l’engagement de se concentrer sur le développement des bonnes pratiques environnementales.

 

Le sujet de l’innovation dans la filière Cognac a fait couler beaucoup d’encre des dernières semaines. Comment allez-vous aborder cette question pendant votre mandature ?

 

L’interprofession a fait le choix de traiter ce dossier au travers d’un groupe de travail. 

Il doit commencer ses travaux dans les semaines qui viennent . L’enjeu pour la filière est de trouver le bon équilibre entre le respect du cahier des charges et les possibilités de développement économique des différents acteurs .

L’ image du cognac dans le monde est fabuleuse grâce au travail extraordinaire réalisé par des générations de négociants exceptionnels et de viticulteurs passionnés Nous avons toujours su allier la modernité et la tradition. Je pense que nous devons continuer à œuvrer collectivement dans ce sens.

 

 

Bio express

Age : 63 ans

Formation : Ingénieur Agronome

Vie professionnelle

1978-1990 : Sté Ciba Commercial puis directeur commercial

1990-2004 : Sté Martell, Maître de chai,.

2004-2017: Sté Marnier Lapostolle, Directeur du site de Bourg Charentes

 

 

 

Composition du bureau permanent

 

La nouvelle équipe d’élus du BNIC vient de prendre fonction le mardi 14 novembre dernier. C’est le Négociant Patrick Raguenaud, directeur de Marnier Lapostolle qui présidera l’institution pour les 3 annés à venir. Après 19 ans de mandat et 3 années de présidence à l’inteprofession, Jean Bernard de Larquier cède donc sa place à une personne qu’il connait bien et apprécie puisque les deux hommes se cottoient de longue date dans beaucoup d’instances (SICA Grand Marnier, Comité et Syndicat du Pineau).

Christophe Forget, viticulteur à Allas Champagne a été élu Vice Président. Les chefs de famille sont Philippe Coste pour le Négoce et Christophe Véral pour la viticulture.

 

Famille de la viticulture

Christophe FORGET, Vice-président du BNIC

Christophe VERAL, Représentant Officiel de la famille de la Viticulture – Président de l’UGVC

Anthony BRUN, suppléant du Représentant Officiel

Eric BILLHOUET, Président de l’ODG

Nicolas BAUDRY

Raphaël BRISSON

Stéphane ROY

Famille du Négoce

Patrick RAGUENAUD, Président du BNIC

Philippe COSTE, Représentant Officiel de la famille du Négoce

Florent MORILLON, suppléant du Représentant Officiel

Eric LE GALL, Vice-président de l’ODG

Vincent CHAPPE

Pierre JONCOURT

Patrice PINET

 

 

 

Une nouvelle charte visuelle pour l’interprofession

 

Le style est volontairement épuré à l’extrême, « une façon de susciter la curiosité pour en dévoiler un peu plus dans un second niveau de lecture » argumentent les porteurs du projet. « Nous voulions que notre nouvelle identité visuelle reflète la personnalité du Cognac, l’identité de nos entreprises mais aussi nos différences. L’idée était de rassembler tous les acteurs de la filière sous une même bannière, que l’on soit Viticulteur ou négociant, bouilleur de cru ou de profession, fabriquant d’alambic ou même tonnelier. » explique Vincent Chappe, le président de la commission communication du BNIC. Et à la réflexion, le territoire est la valeur commune qui s’impose puisqu’elle regroupe tous les concepts de typicité, de savoir faire, de transmission, d’expérience, de protection de l’environnement.

Le logo de l’interprofession est une forme de couleur terre qui dessine tout simplement les contours de l’aire de l’appellation d’origine en dessous duquel sont mentionnés les termes « Cognac France » « Tout simplement » diront certains mais quand on sait à quel point il est difficile de faire simple, ce seul commentaire démontre que l’exercice a été plutôt réussi.

Cette nouvelle identité sera dorénavant utilisée sur l’ensemble des supports de communicationdu Bureau National Interprofessionnel du Cognac dont la mission est, faut-il le rappeler, de représenter, protéger, et développer partout dans le monde le Cognac et ceux qui le font.

 

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé