Part des Anges 2013 : Un repas de chefs

21 août 2013

Le 19 septembre prochain, aura lieu la « Part des Anges 2013 », cette soirée caritative où une trentaine de Cognacs sont mis aux enchères. Innovation de cette 8e édition : le dîner va être élaboré par cinq chefs (de cuisine) des maisons de Cognac, histoire de souligner l’esprit collectif revêtu par l’événement. Chaque année, la manifestation gagne en notoriété. En terme de gains collectés, elle se classe désormais au second rang européen des ventes aux enchères de V & S, après les Hospices de Beaune.

p26.jpgC’est le château de Brillac, à Foussignac, près de Jarnac qui accueillera la prochaine « Part des Anges ». « Sous structure » précise Agnès Aubin, la directrice de communication du BNIC car aucune salle, dans le secteur, n’est capable de contenir autant de convives. Sont attendus 630 personnes, une jauge volontairement limitée. Au-delà, l’événement risquerait de perdre son âme ; et surtout sa qualité. Car le « bien recevoir » a toujours marqué la manifestation, depuis le début.

Une manifestation itinérante

Chaque année où presque, la Part des Anges a changé de lieu – logis de Boussac, château de Bourg-Charente, parc de l’hôtel de ville de Cognac, chais Monnet, château Chesnel, château de Brillac prochainement – ce qui contribue à entretenir une certaine fraîcheur autour du rendez-vous. Aussi, les Cognacs présentés ne sont jamais les mêmes ; effet de surprise attendu et petit frisson garanti au moment de la montée des enchères ; enfin les organisateurs du BNIC se sont toujours arrangés pour ménager quelques nouveautés. L’an dernier, l’innovation principale tenait à la « photo de famille » des maîtres de chais des maisons donatrices, en préambule à l’événement. Une occasion rare pour ne pas dire unique de les voir ainsi rassemblés, sur les marches de la mairie de Cognac. En 2013, l’originalité est à rechercher du côté du dîner. Il sera élaboré à… dix mains, par cinq chefs de cuisine des maisons de négoce, avec l’appui d’un traiteur et de sa « brigade ». Les noms des cinq chefs n’ont pas encore été dévoilés. Ils le seront un peu plus tard, sans doute à l’occasion d’une conférence de presse donnée à Paris en leur présence. Mais, d’ores et déjà, on sait qu’ils ont réfléchi ensemble à la composition du menu. Une chose est sûre : le dîner jouera des associations avec le Cognac et même sera le premier dîner « Part des Anges » à n’être servi qu’avec du Cognac. « Ce n’est pas par snobisme mais, tout simplement, parce que l’ensemble des plats s’y prête merveilleusement bien » livre spontanément Philippe Coste, président de la commission Promotion/Communication au BNIC.

Esprit collectif

Le même insiste sur la dimension collective prise par l’événement. « Les maisons de négoce sont très partantes à travailler ensemble. Elles manifestent un bel enthousiasme, une grande motivation. » Côté cuisine – pour y revenir – ne seront travaillés que des produits locaux, des produits de terroir ; encore la meilleure façon de transmettre les saveurs.

26 Cognacs

Marie-Véronique Chalas, chargée de l’événementiel au BNIC, indique que les enchères 2013 comporteront 26 lots, 26 Cognacs donnés par 26 marques. La valeur totale de ces Cognacs s’élève à ce jour à 125 900 €, sachant que la réalisation finale est toujours supérieure à l’estimation de départ (l’an dernier, delta de près de 60 000 € entre 78 680 € et 136 800 €). « Il faut rappeler tout de même que ce niveau d’enchère est exceptionnel, souligne Ph. Coste. La Part des Anges se situe au deuxième rang des ventes aux enchères européennes de V & S, derrière les Hospices de Beaune. »

Parmi les convives, un peu plus de la moitié (55 %) sont d’origine étrangère. Le principe de la soirée repose sur la vente de tables, réservées qui par des sociétés de commerce, qui par les fournisseurs de la filière (tonneliers, entreprises de packaging, pépiniéristes, conseils…) et bien sûr, par les membres de la filières (courtiers, viticulteurs…). Les maisons de négoce n’oublient pas d’inviter leurs clients. Le Bureau national du Cognac organise un voyage de presse avec plus de 25 journalistes. « Nous souhaitons en faire un événement planétaire » sourit Agnès Aubin. Toujours parmi les nouveautés, cette année, un site est dédié à l’événement – lapartdesanges.cognac.fr. Le commissaire priseur Vincent-Gérard Tasset (bénévole depuis le début de la manifestation) va pouvoir recevoir en ligne les enchères des internautes et la vente s’équipe d’un service de paiement par carte bancaire. Une grosse simplification pour l’organisation et un encouragement supplémentaire à se montrer généreux. Ce soir-là, le rapport à l’argent devient un peu plus flou… un peu plus fou.

Soirée caritative

Les gains recueillis par la Part des Anges 2013 iront à deux associations, l’une locale, l’Arche à Cognac et l’autre nationale, la Croix-Rouge française.

Là aussi, le changement est la recommandation ; assurer une rotation des associations. Cette année, c’est au tour de l’Arche à Cognac, une association d’accueil et d’accompagnement, et la Croix-Rouge française (qu’on ne présente plus) d’être désignées comme associations bénéficiaires. L’association locale est assurée de percevoir 10 € par participant au dîner. En plus, elle recueillera la valeur de la mise aux enchères de trois bouteilles de Cognac tirées au sort.

 

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé