ODG COGNAC : La structure renouvelée pour trois ans

22 décembre 2011

Depuis le 2 novembre 2011, la structure ODG Cognac est en place pour un nouveau mandat de trois ans. Olivier Louvet en est le président.

p9.jpgLes ressortissants de l’ODG Cognac – tous les viticulteurs et négociants habilités à produire du Cognac – avaient reçu début octobre leur matériel de vote, pour un scrutin organisé par correspondance. Objectif : élire les délégués de l’ODG Cognac. Une ODG Cognac qui présente la particularité d’être un organisme paritaire, comptant le même nombre de délégués viticulteurs et de délégués négociants (catégorie dans laquelle se retrouvent les bouilleurs de profession).

Le 2 novembre, le dépouillement des bulletins de vote désignant les 68 délégués viticoles et les 17 délégués du négoce (mais portant chacun 4 voix), s’est déroulé au BNIC, en présence d’huissier.

Sans être catastrophique, le taux de participation s’est révélé un peu en deçà des attentes. Là où l’on espérait – sans trop y croire – 3 000 bulletins de vote viticoles, ils furent 1 967 viticulteurs à s’être exprimés sur un total de 4 877 ressortissants, soit un taux de participation de 40 %. En terme de surface, le score s’est avéré un peu meilleur puisque les suffrages ont couvert 50 % du vignoble. Au nombre de 277, les négociants cognaçais se sont exprimés à hauteur de 56 %. Quant aux bouilleurs de profession, ils ont battu un record de participation puisqu’ils furent 71 % à voter. Mais il faut dire qu’ils ne sont que 102. Il s’agit d’une population moins nombreuse et donc plus facile à mobiliser.

Le premier scrutin ODG avait eu lieu en 2008. A l’époque, l’on évoquait une ADG Cognac (Association de défense et de gestion) « adossée » au BNIC, c’est-à-dire accolée à l’interprofession mais restant en dehors. Changement de nature lors de cette seconde édition. Désormais, l’on parle de « section ODG du BNIC ». Car le 22 décembre 2010, l’INAO a donné officiellement son accord à ce que l’ODG Cognac devienne « section ODG du BNIC ». En d’autres termes, l’ODG intègre le BNIC, tout en conservant une indépendance liée à son statut : délégués élus, missions « régaliennes » – Cahier des charges, Plan de contrôle – ainsi qu’un budget autonome. Les statuts du BNIC ont été modifiés pour accueillir la section ODG. Entre autres, le président de l’ODG – obligatoirement un viticulteur – devient membre de droit du comité permanent du BNIC, l’organe exécutif de l’interprofession.

Autre nouveauté introduite cette année. Lors des élections ODG 2011, la viticulture a présenté une liste unique. Sur les 68 délégués viticoles proposés aux urnes, 37 émanaient du SGV et 31 étaient issus des rangs du SVBC (répartition sur la base du résultat des élections 2008). Les 68 délégués figurant sur la liste commune SGV-SVBC furent élus, sans coup férir, même si certains furent mieux élus que d’autres. Aucun des 26 candidats libres qui sollicitaient les suffrages côté viticulture ne réussit à passer la rampe, même si quelques-uns remportèrent des scores honorables.

Le 8 novembre, quatre jours après les élections ODG, l’union entre les deux syndicats viticoles était scellée. Naissait l’UGVC (Union générale des viticulteurs pour l’AOC Cognac) [voir article pages 13-14].

Assemblée générale constitutive

Le 14 novembre, au terme d’un timing décidément très serré, les membres de l’ODG (les 68 délégués viticoles et les 17 délégués du négoce (représentant chacun quatre voix) ont tenu leur assemblée générale constitutive. A cette occasion, ils ont élu le conseil d’administration de l’ODG Cognac, couramment désigné comme la « section ODG du BNIC ». Ce conseil d’administration compte 34 membres : 17 viticulteurs et 17 négociants (y compris les bouilleurs de profession). A Olivier Louvet, viticulteur sur la commune de Segonzac, est revenu le poste de président de l’ODG Cognac. Il a remplacé à cette fonction Bernard Laurichesse, premier président de l’ODG Cognac. Yann Fillioux (Maison Hennessy) est le vice-président de l’actuel ODG. A été désigné dans la foulée le bureau de l’ODG, une formation plus restreinte de 14 membres, composée des président, vice-président, secrétaire, secrétaire-adjoint, trésorier, trésorier-adjoint… ainsi que de 8 membres actifs (4 viticulteurs et 4 négociants).

Dans l’organigramme de l’ODG Cognac, le bureau de l’ODG a vocation à traiter des affaires courantes, « ce qui ne peut être remis au lendemain ». Le conseil d’administration, lui, doit se positionner sur toutes les modifications du Cahier des charges (conditions de production) ainsi que du Plan de contrôle, et ce en toute indépendance, puisque les décisions concernant la vie de l’appellation ne passent pas en assemblée plénière du BNIC. Elles ne sont examinées que par la section ODG. Seul le budget de l’ODG, bien que séparé de celui du BNIC, est soumis à l’assemblée plénière du BNIC. Quant à l’assemblée générale des délégués de l’ODG (les 68 délégués de la viticulture + les 17 délégués du négoce, porteurs de 4 voix chacun), elle est sollicitée sur les grandes décisions. Entre autres, elle vote chaque année le rendement. Car l’interprofession donne son avis sur le rendement mais ne le valide pas. La validation du rendement fait partie des « domaines réservés » de l’ODG.

Bio : Le nouveau président de l’ODG Cognac participa à la fondation du SVBC en 2002. Il en fut le vice-président puis le trésorier. Membre de l’assemblée plénière du BNIC depuis deux mandats (il entame son 3e mandat), Olivier Louvet a présidé la commission « coûts de production », après Bernard Laurichesse et Philippe Sabouraud. De par sa formation et ses origines (un père industriel), O. Louvet a toujours été très investi sur le sujet de l’économie viticole.

 

ODG Cognac Les délégués, membres de l’assemblée générale
Collège du négoce
Délégués des bouilleurs de profession – Amélie Guionnet (distillerie des Barbotins, Gensac-la-Pallue), Pierre-Hubert Lassalle (distillerie du Maine-au-Bois, Sainte-Eugène), Amaury Thomas (distillerie Thomas, Salignac-sur-Charente), Jacques Tournat (distillerie Tournat, Verdille).
Délégués des négociants – Philippe Coste (société CDG, Cognac), Yann Fillioux (société Hennessy, Cognac), Alexandre Gabriel (société Ferrand, Ars), David Gareyte (société Bache-Gabrielsen, Cognac), Vincent Géré (société Rémy Martin, Cognac), Jean-Marc Girardeau (société Camus, Cognac), Frédéric Larsen (société Larsen, Cognac), François Le Grelle (société Hine, Jarnac), Jean-Marc Morel (société Martell, Cognac), Patrick Raguenaud (société Marnier-Lapostolle, Bourg-Charente), Jérôme Royer (société Royer, Jarnac), Benoît de Sutter (société Courvoisier, Jarnac), Lilian Tessendier (société Teissendier, Cognac).
Collège de la viticulture
Grande Champagne – Eric Billhouet (Segonzac, 16), Patrick Brisset (Saint-Preuil, 16), Thierry Brisson (Juillac-le-Coq, 16), Pascal Dupuy (Ambleville, 16), Roland Frédéric (Genté, 16), Paul Giraud (Bouteville, 16), Jean-Paul Jeannaud (Lignières, 16), Eric Lambert (Malaville, 16), Alain Lebecq (Ambleville, 16), Olivier Louvet (Segonzac, 16), Vincent Marchand (Juillac-le-Coq, 16), Jean-Philippe Painturaud (Segonzac, 16), Stéphane Roy (Juillac-le-Coq, 16).
Petite Champagne – Jean-François Berthelot (Saint-Martial-sur-le-Né, 17), Fabien Bodard (Archiac, 17), Alain Bodin (Saint-Palais-sur-le-Né, 17), Nicolas Brillet (Mosnac, 16), Jean-Bernard de Larquier (Arthenac, 17), Christophe Forget (Allas-Champagne, 17), Philippe Guélin (Pérignac, 17), Gérald Guilbaud (Meux, 17), Thierry Marchais (Jarnac-Champagne, 17), Anabelle Monnereau (Saint-Ciers-Champagne, 17), Eric Montigaud (Mosnac, 16), Guillaume Roy (Birac, 16), Lionel Théodière (Châteauneuf, 16).
Borderies – Frédéric Desrentes (Louzac-Saint-André, 16), Jean-François Doublet (Cherves-Richemont, 16), Jean-Pierre Lambert (Saint-Même-les-Carrières, 16), Mickaël Pascaud (Chérac, 16), Béatrice Soucaret (Cherves-Richemont, 16)).
Fins Bois – Laurent Adenot (Mons, 17), Jean-Philippe Ardouin (Tesson, 17), Nicolas Baudry (Clion-sur-Seugne, 17), Delphine Bellebeau (Sonnac, 17), François Bodin (Nercillac, 16), Aude Briand (Echalas, 16), Arnaud Bridier (Meursac, 17), Raphaël Brisson (Matha, 17), Anthony Brun (Saint-Bonnet-sur-Gironde, 17), Isabelle Clochard (Moulidars, 16), Xavier Desouche (Fouquebrune, 16), Philippe Doublet (Aujac, 16), Pascal Forgerit (Réparsac, 16), Adrien Grammatico (Genac, 16), Sylvain Guillet (Mainfonds, 16), Philippe Joly (Jarnac, 16), Xavier Laval (Beauvais-sur-Matha, 17), Julien Lesueur (Sainte-Sévère, 16), Philippe Martineau (Thors, 17), Pascal Millasseau (Hiersac, 16), Marie-Christine Moyet-Migaud (Nercillac, 16), Karine Normand (Houlette, 16), Jacky Pelletant (Saint-Amant-de-Nouère, 16), François-Jérôme Prioton (Auge-Saint-Médard, 16), Alain Reboul (Fleurac, 17), Gonzague Tesseron (Julienne, 16), Bernard Vaudon (Echalat, 16), Christophe Véral (Sainte-Sévère, 16), Roland Vilneau (Verdille, 16).
Bons Bois / Bois Ordinaires – Jean-Marie Baillif (Saint-Palais-de-Phiollin, 17), Jean-Christophe Baraud (Montendre, 17), Frédéric Billonneau (Epargnes, 17), François Bonneau (Poulignac, 16), Joël Chaussat (Tanzac, 17), Jean-Jacques Enet (Saint-Clément-des-Baleines, 17), Véronique Laprée (Meursac, 17), Raphaël Martinaud (Saint-Palais-de-Négrignac, 17).

Section ODG du BNIC Les 34 membres
Négoce
Philippe Coste, Yanne Fillioux (vice-président), Alexandre Gabriel, David Gareyte, Vincent Géré, Jean-Marc Girardeau (secrétaire-adjoint), Amélie Guionnet (trésorière), Frédéric Larsen, Pierre-Hubert Lassalle, François Le Grelle, Jean-Marc Morel, Patrick Raguenaud, Jérôme Royer, Benoît de Sutter, Lilian Tessendier, Amaury Thomas, Jacques Tournat.
Viticulture
Jean-Philippe Ardouin, Jean-Christophe Baraud (trésorier-adjoint), François Bodin, François Bonneau, Patrick Brisset, Thierry Brisson, Anthony Brun, Isabelle Clochard, Xavier Desouche (secrétaire), Paul Giraud, Philippe Guélin, Jean-Bernard de Larquier, Xavier Laval, Olivier Louvet (président), Béatrice Soucaret, Christophe Véral, Roland Vilneau. 

 

 

 

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé