FranceAgriMer : aides aux investissements de chai

21 novembre 2014

 cuves.jpg

 Les services de FranceAgriMer viennent de mettre en ligne   le dispositif 2015 d’aide aux investissements vitivinicoles. Pas de changement révolutionnaire mais quand même une nouveauté  : un raccourcissement des délais.

Jusqu’à présent, les intéressés disposaient de quatre mois – de janvier à avril – pour déposer leurs demandes d’aides aux services territoriaux de FranceAgriMer (partie 1 et partie 2).

En 2015, la partie 1 (réservation de l’enveloppe) devra parvenir à FAM avant le 30 janvier et la partie 2 (desciptif des travaux, devis…) avant le 27 février.

Même s’il est prévu, en cas de non consommation de l’enveloppe, de pouvoir réouvrir une deuxième phase d’instruction, de mars jusqu’au 30 avril, les délais se tendent singulièrement. Plus que jamais anticipez les décisions, si besoin d’investir il y a.

Pour le reste, c’est du grand classique. En dehors des équipements liés à la commercialisation (caveaux etc.), les aides concernent toujours exclusivement les bâtiments et matériels réservés à la vinification,  de la réception de la vendange jusqu’au vin fini  (pressoir, cuves, équipement de thermorégulation…).

Pour les PME – l’immense majorité des cas, dans la région Poitou-Charentes en tout cas – le taux d’aide reste de 35 %, avec un seuil minimum d’investissement de 10 000 €.

Attention au matériel qui pourrait servir à deux fins, à la vinification et à la distillation par exemple. Dans ce cas là, il devient non éligible aux aides.

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé