Le Cognac impacté par la crise

15 janvier 2015

  new_york_031.jpg

Les chiffres livrés récemment par le BNIC* à l’occasion du traditionnel bilan de fin d’année indiquent une baisse des sorties de Cognac de – 3,6 % sur l’année civile 2014.

En un an, les ventes totales ont perdu 43 000 hl d’alcool pur pour représenter, fin décembre, 476 531 hl AP.  En 2013, elles se situaient à 491 999 hl AP. Mais c’est en 2012, un an plus tôt, qu’elles atteignirent leur niveau le plus haut  avec 512 140 hl AP.

Le communique_de_presse de l’interprofession temporise, en insistant sur la bonne maîtrise du chiffre d’affaires, toujours à plus de 2  milliards d’€.

L’autre élément mis en avant par le communiqué concerne l’Amérique du nord, présentée comme le «continent refuge» du Cognac. « Sur les douze derniers mois, la zone enregistre une forte progression de 12,2 % en volume et de 7,9 % en valeur.»

Aujourd’hui, le marché américain absorbe près de 40 % des volumes de Cognac. Sur cette destination, le mois d’octobre 2014 a connu une expédition record de plus de 20 000 hl AP (bonne tenue en novembre, statistiques en baisse en décembre).

Pendant ce temps, les expéditions de Cognac dans les pays d’Extrême-Orient, dont la Chine, ont subi de sérieux revers  : – 17,4 % en volume, – 21,6 % en valeur en cumulé sur les douze mois écoulés.

Quant à l’Europe, si ce n’est pas encore l’enfer, c’est déjà le purgatoire. Le Cognac y est fortement impacté par la crise, en Europe de l’Ouest et plus encore en Russie
 

* BNIC : Bureau national interprofessionnel du Cognac

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé