Publicité

L’adaptation au Bio zapping

10 mars 2009

La consommation des produits bio ne concerne plus les seuls militants. Elle s’élargit à une nouvelle frange de clientèle, moins spécifique et plus nomade. « Il faut suivre. » C’est ce message d’adaptation au marché que Louis Lurton, président de la FNIVAB, a souhaité faire passer aux adhérents de Viti-bio.

Viticulteur à Martignac, dans la région des Graves, Louis Lurton préside la Fédération nationale interprofessionnelle des vins issus de l’agriculture biologique (FNIVAB) depuis sa création, en 1998. Cette association « filière », qui réunit producteurs et opérateurs bio, développe une approche quasi militante du marché. Elle se veut proche du consommateur et, si possible, du nouveau consommateur. « Nous sommes persuadés que le bio n’est pas un marché de niche mais correspond bien à une tendance de fond de la société. Il y a des places à prendre, sans y perdre son âme. » Dans les propos de Louis Lurton, sans doute faut-il voir la volonté de démarquer la FNIVAB des autres organisations bio, afin de lui donner le maximum de visibilité. Mais s’exprime aussi chez lui une sensibilité libérale qu’il ne cherche pas à masquer. Et d’égratigner au passage la gestion du logo AB par l’Agence bio, « émanation de l’Administration » ou de suspecter « certains dirigeants de la FNAB (*) d’avoir voulu ramasser le paquet sous les socialistes » (comprendre : d’avoir voulu recueillir le maximum de subventions pour leur structure). « L’organisation de la bio doit se penser sur un mode plus rationnel et moins idéologique. » Et, pour Louis Lurton, manifestement, le mode rationnel passe – aussi – par une organisation verticale « filières », que la FNIVAB représente pour les vins. « L’agriculture bio s’est bâtie sur une horizontalité, incarnée par la FNAB. Tout le monde faisait le même travail. Mais la vie, c’est la diversité et les filières existent. Nous sommes arrivés avec une vision un peu différente. » Choc culturel entre anciens et nouveaux ? Débat idéologique ? Présent à la réunion de Viti-bio, le représentant de la FNAB régionale a tenu à indiquer « que la FNAB n’était pas une interprofession mais une organisation d’agriculteurs et que tous les courants d’idées se retrouvaient au sein de la fédération ».

« Les producteurs bio ne gagnent pas leur vie comme ils le devraient ! » Le président de la FNIVAB en rend les pouvoirs publics en partie responsables. « La France se fait une gloire de refuser 90 % des fonds européens pour le bio. Nos collègues espagnols ou italiens n’ont pas ces réticences. » Il pense aussi que pour sortir de la frange des militants bio (0,5 % du marché) il faut s’en donner les moyens. « Nous devons repenser le packaging, la publicité de nos produits. Sur le linéaire, ils ne se différencient pas assez des produits conventionnels. Le logo ne suffit pas. Il faut se remettre en question. Alors que la France était leader sur les produits bio, elle recule tous les ans d’une place. Nous devons absolument retrouver notre leadership. »

A lire aussi

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Vidéos d'entreprise, événements, manifestations... Le Paysan Vigneron diversifie ses services et ouvre à tous ses prestations annexes. Grâce à du matériel de prise de vue professionnel incluant un drone, vous pourrez vous mettre en valeur sous un angle inédit. Tous...

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

L'arrêté officiel de la Région Nouvelle-Aquitaine concernant le traitement insecticide contre la flavescence dorée n'a pas encore été publié, mais les deux premières dates sont d'ores et déjà connues ; cela commence dès le 13 juin. Il est à rappeler que ce traitement...

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

Selon Eric Andrieu, député européen, la Commission européenne est largement insatisfaite du Plan Stratégique National de la France (PSN) proposée par la France pour la mise en oeuvre de la nouvelle PAC à partir de 2023, et l'invite à revoir sa copie. L’actuel Ministre...

error: Ce contenu est protégé