Publicité

L’Intérêt Du Compostage En Viticulture

11 février 2009

 vignes.jpg

Les exploitations viticoles produisent des quantités importantes de sous-produits (2-3 t de sarments par hectare, 12 à 18 kg de marcs par hl de vin) et d’effluents vinicoles (de 50 à 500 l par hl de vin produit). Le respect des normes environnementales conduit les exploitations à rechercher des filières de traitement ou de valorisation de ces « déchets ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis trois ans, la Chambre d’agriculture de la Gironde cherche des solutions envisageables au sein même de la propriété. Une des voies proposées réside dans le compostage. Le compost sera ainsi élaboré à base de sarments auxquels pourront être associées d’autres matières organiques disponibles sur l’exploitation (fumier, rafles, déchets verts…). Les effluents vinicoles pourront également être utilisés pour arroser le tas.

Les principales mesures effectuées dans le cadre de cet essai sont les suivantes :

– analyses des matières organiques entrant dans la composition du compost ;

– analyses des effluents vinicoles ;

– suivi des températures, des teneurs en CO2 et dans une moindre mesure du pH et de l’humidité ;

– analyse physico-chimique du compost fini ;

– recherche des brettanomyces ;

– étude de la survie des champignons responsables des maladies du bois.

 

La faisabilité du compostage

Six composts ont été réalisés entre 2001 et 2003. Dans tous les cas étudiés, le compostage a démarré dès la constitution des tas. La figure suivante présente un exemple obtenu en 2001 sur un compost d’une vingtaine de tonnes de matières organiques (50 % sarments, 50 % marcs).

La température des tas se maintient généralement autour de 55 °C pendant plus d’un an. Après 5 à 6 mois de compostage, les composts obtenus peuvent être cependant considérés matures. Ils sont basiques (pH 7,3 à 8,5), présentent un C/N de 10 à 15 et un taux de matières sèches d’environ 55 %.

  tableau_libournais_opt.jpeg

 

 

 

 

Les teneurs en métaux lourds

Comme nous pouvons le constater sur le tableau ci-dessous, les composts obtenus ne présentent pas de contraintes liées à leurs teneurs en métaux lourds.

 

Pas de risque maladies du bois

Nous avons pu montrer en 2003, en collaboration avec l’INRA de Bordeaux, qu’il n’y avait plus de présence avérée de champignons responsables des maladies du bois après 4 à 5 mois de compostage. Cette constatation a été renforcée par l’étude en 2003 d’inoculums (vieux bois avec nécroses…) introduits dans des filets et enfouis au sein du tas. Après compostage, la disparition dans les filets de Phaemoniella chlamydospora et d’Eutypa lata a été vérifiée, ainsi qu’une très forte réduction de la présence de Botryosphaeria obtusa.

  graphique_libournais_opt.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Discussion et conclusion

Malgré quelques contraintes, le compostage semble pouvoir être considéré comme un procédé d’avenir dans le traitement et la valorisation des déchets viti-vinicoles.

Intérêts :

– amendement organique d’origine connue, homogène, désodorisé et sain ;

– matière organique adaptée à la filière viticole (faible valeur fertilisante azotée, fort potentiel en précurseurs d’humus) ;

– destruction des germes de maladies du bois ;

– traitement et valorisation autonomes des effluents, sans génération de boues en fin de chaîne comme dans les filières classiques ;

– possibilité de composter par la même occasion d’autres déchets organiques produits sur l’exploitation (tontes, marcs, rafles…) ;

– valorisation possible des effluents phytosanitaires (testée à partir de 2004).

Contraintes : ramassage et centralisation des bois de taille ; nécessité d’une plate-forme de compostage ; requiert du matériel adapté (retournement, arrosage et épandage).

Responsable technique : Pascal Guibault

Thème : Réduction et valorisation des déchets viti-vinicoles

Financeurs : Chambre d’agriculture de la Gironde/Région/Onivins

Rapports antérieurs : Rapports de stage 2001 et 2002

Compte rendu d’expérimentation 2001, 2002 et 2003

 

Le Compostage

Une pratique ancienne à redécouvrir pour le traitement des déchets en viticulture

Entre 2001 et 2003, la Chambre d’agriculture de la Gironde a montré la faisabilité du compostage à base de sarments additionnés ou non de marcs, de fumier ou de déchets verts. Outre l’intérêt du compostage pour l’élaboration d’une matière organique d’origine connue, de grande qualité en viticulture, ce dernier peut être considéré comme une mesure prophylactique pour lutter contre les maladies du bois. Il peut également se révéler être une alternative aux stations de traitement des effluents, sans générer de boues.

A lire aussi

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Le Paysan Vigneron diversifie ses prestations annexes

Vidéos d'entreprise, événements, manifestations... Le Paysan Vigneron diversifie ses services et ouvre à tous ses prestations annexes. Grâce à du matériel de prise de vue professionnel incluant un drone, vous pourrez vous mettre en valeur sous un angle inédit. Tous...

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

Flavescence dorée: les premières dates de traitement insecticide connues

L'arrêté officiel de la Région Nouvelle-Aquitaine concernant le traitement insecticide contre la flavescence dorée n'a pas encore été publié, mais les deux premières dates sont d'ores et déjà connues ; cela commence dès le 13 juin. Il est à rappeler que ce traitement...

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

PAC 2023 : la France veut-elle un « Frexit » agricole ?

Selon Eric Andrieu, député européen, la Commission européenne est largement insatisfaite du Plan Stratégique National de la France (PSN) proposée par la France pour la mise en oeuvre de la nouvelle PAC à partir de 2023, et l'invite à revoir sa copie. L’actuel Ministre...

error: Ce contenu est protégé