Les prospections : Un investissement très rentable pour assainir le vignoble

1 septembre 2016

À partir de la fin août, l’actualité dans le vignoble de Cognac sera la recherche des symptômes de Flavescence Dorée. Des actions de prospections d’envergure vont être mises en place pour inciter les viticulteurs à « traquer » les ceps suspects dans les parcelles. 2 heures de travail par hectare représente un investissement bien modique et très rentable par rapport aux conséquences d’un foyer oublié dont les nuisances sont perceptibles pendant au moins 4 à 5 ans. L’amélioration de l’état sanitaire du vignoble observée en 2015 doit être confortée en 2016 par une intensification des prospections en 2016. C’est le seul moyen efficace d’envisager un assainissement véritable et durable.

 

Zones

Noms

Téléphone

Antenne

Animateur FD

Conseiller viticole

Animateur Zone 1

Guillaume MENARD

06.25.64.14.05

Segonzac

05.45.36.34.00

Pauline HERAUD

06 13 50 45 56

J.C GERARDIN

06.13.18.12.23

 

Animateur Zone 2

Pauline HERAUD

06 13 50 45 56

Animateur Zone 3

Manon MORIEUX

06.70.80.29.11

Animateur Zone 4

Cyril TOCH

07 60 84 38 06

ST Jean d’Angély

05 46 32 20 51

 

 

Ludovic   VIOLEAU

07 60 89 38 51

 

Michel GIRARD

06.84.54.32.28

Animateur Zone 5

Charlotte COUTANT

07 60 84 38 06

Saintes

05 46 93 71 05

Animateur Zone 6

Betty ARNAUD

06 32 05 14 61

Animateur Zone 7

Ludovic   VIOLEAU

07 60 89 38 51

Jonzac

05.46.48.10.79

Coordination technique

Laetitia SICAUD

05.45.35.61.04

 

 

        La Flavescence Dorée est un mal récurrent encore trop implanté dans la région de Cognac mais les efforts d’une lutte nettement mieux organisée depuis trois ans commencent à porter leurs fruits. L’axe principal de la stratégie de lutte qui privilégie l’identification précoce des nouveaux foyers s’avère efficace. Le net développement des prospections individuelles et collectives (surtout depuis 2015) permet de beaucoup mieux appréhender les dégâts réels occasionnés par la maladie. Le vignoble avec ses 75 000 ha répartis sur 100 km d’est en ouest et du nord au sud, représente un territoire hétérogène ou la flavescence dorée peut se dissimuler facilement. Détecter le plus tôt possible les symptômes dans les parcelles est le seul moyen à court et moyen terme de faire face durablement à ce fléau. Les techniciens et les professionnels ont fait le pari de créer une dynamique de traque la plus généralisée possible des ceps exprimant la maladie. Une organisation de la lutte tenant compte des spécificités géographiques et humaines du vignoble Charentais a été mise en place depuis trois ans et les résultats commencent à être probants.


La méthode des zones d’animation prioritaires a fait ses preuves

 

        L‘un des problèmes majeur avec la Flavescence Dorée réside dans la méconnaissance des symptômes et aussi les risques de confusion avec d’autres affections foliaires (Chlorose, carences en oligoéléments). Repérer des symptômes de FD n’est pas aussi simple que l’identification de tâches foliaires de mildiou. La maladie ne s’extériorise qu’à l’approche de la véraison, une période ou justement, les viticulteurs sont moins présents dans les parcelles. Le caractère récent de cette maladie (apparue dans le vignoble de Cognac en 1998) a longtemps représenté un handicap pour concevoir des stratégies de lutte efficaces. Après une petite décennie d’initiatives parfois bonnes et d’autres plus décevantes, la stratégie de lutte est devenue plus rationnelle. Le système des zones d’animation prioritaires au sein desquelles, des techniciens formés à la reconnaissance des symptômes proposent dans chaque commune d’organiser des prospections collectives, a créé une dynamique positive de meilleure connaissance de la maladie auprès des viticulteurs. Le fait d’organiser avec de petits groupes de 10 à 15 viticulteurs et salariés des rendez-vous d’information dans chaque commune qui commencent par une visite d’un foyer pour mémoriser les symptômes et se poursuive par la réalisation de prospections le reste de la journée est très bien perçu. Les journées de prospections collectives se transforment en journées de formation accélérée en phase avec les réalités du terrain. Cela a permis d’atteindre des taux de prospection souvent supérieure à 80 %. Cette méthode d’organisation des prospections représente une avancée permettant aux viticulteurs d’acquérir, de meilleures capacités de reconnaissance de la maladie.


Plus on cherche des symptômes, plus la lutte devient efficace

 

        Quand on met plus de moyens dans la recherche des symptômes durant la période clé 15 août 15 octobre, forcément, on trouve plus de foyers dans un premier temps dans les zones contaminées qui au paravent n’avaient pas toujours été prospectées de façon rigoureuse. Trouver des foyers d’une intensité moindre (limités à une dizaine de ceps au lieu de 50 à 100 au milieu des années 2000) démontre l’efficacité de la méthode des zones d’animation prioritaires dans le PLO. Prendre de vitesse la maladie est véritablement un challenge capital. Les efforts conjoints des professionnels, des viticulteurs et des techniciens ont permis de mettre en place une organisation de la traque aux symptômes dont l’efficacité ne se discute plus. Prospecter régulièrement tous les ans des surfaces de plus en plus importantes est un objectif prioritaire pour pouvoir espérer contrôler cette maladie sournoise et incurable et par la suite envisager une réduction raisonnée et organisée du PLO.

 

Repérer les foyers tôt réduit leur capacité de nuisance

 

         La « bataille » contre la FD est bien engagée mais pas encore gagnée ! Il ne faut en aucun cas relâcher les efforts de prospections au sein du PLO et aussi en dehors. L’implication des équipes des techniciens des chambres d’agriculture de Charente et de Charente Maritime s’est avérée et est encore essentielle pour former et encadrer les animateurs de terrains. L’épidémie est aujourd’hui beaucoup mieux cartographiée et la majorité des nouveaux foyers semblent plus récents. Leur pouvoir de diffusion dans l’environnement proche a été moindre en raison d’un nombre de ceps porteurs de la maladie moindre au sein de chaque foyer. Dans les zones contaminées, la proportion de ceps isolés porteurs de symptômes continue d’être une préoccupation qui justifie le maintien de prospections rigoureuses. Leur repérage s’avère plus difficile mais reste essentiel pour assainir durablement le vignoble.

 

Intensifier encore les prospections collectives

 

        À l’issue de la campagne de prospection 2015, la situation sanitaire qui semblait bien stabilisée a incité tous les acteurs de la région délimitée à intensifier encore la mise en œuvre des prospections collectives et aussi à commencer à imaginer des systèmes d’aménagement de la lutte insecticide. La gestion de la lutte insecticide au sein du PLO est pilotée par les équipes du SRAL qui s’appuient sur le travail de suivi des cycles de développement des cicadelles réalisé par la FREDON de Cognac. Un réseau de piégeage a été mis en place sur l’ensemble de la région délimitée au sein et à l’extérieur du PLO. L’objectif est de connaître la dynamique de développement de l’insecte vecteur de la maladie dans les différents secteurs du vignoble. Au cours de l’été 2015, une stagiaire du SRAL, Aline Buffat a travaillé sur l’étude d’un protocole d’aménagement de la lutte insecticide sur deux secteurs (Sonnac et Nercillac). Les conclusions de ce travail ont été à l’origine de plusieurs réflexions sur l’aménagement de la lutte insecticide contre la cicadelle de la FD qui sont conduites cette année par le SRAL et les chambres d’agriculture de Charentes et de Charente Maritime.

 

 

Une première expérimentation d’aménagement de la lutte insecticide à Champniers

 

        Un protocole d’aménagement de la lutte insecticide a été mis en place en 2016 par le SRAL sur la commune de Champniers en Charente. L’équipe de la FREDON de Cognac pilote la conduite de cette expérimentation. L’élément déclencheur de cette démarche a été la découverte d’un cep contaminé lors des prospections de l’automne 2015. Le groupe de 8 viticulteurs (représentant 51 ha répartis sur 72 parcelles) s’est mobilisé pour tester une méthodologie innovante. La stratégie de traitements obligatoires a été gérée en modulant le nombre d’intervention en fonction à la fois de la proximité du foyer et de l’importance des captures de larves et d’adultes. À l’intérieur du périmètre de 1 000 m entourant la parcelle contaminée, les deux premiers traitements ont été effectués en respectant les préconisations régionales. Au-delà cette zone de 1 000 m, seul le premier traitement a été réalisé et ensuite, ce sont les captures de larves et d’adultes qui permettent de raisonner le positionnement des interventions. Un réseau de 7 pièges a été installé dur ce petit territoire (dont 2 dans la parcelle contaminée). À partir de 3 captures de larves ou de cicadelles adultes, les traitements sont déclenchés. Agnès Darton, la responsable du dossier FD à la FREDON de Cognac  qui suit cette expérimentation d’aménagement de la lutte, porte un regard très constructif sur cette démarche : « La finalité de cette expérimentation sur la commune de Champniers est d’affiner un protocole de lutte innovant sans faire prendre de risque aux viticulteurs. La très bonne mobilisation des exploitations et des petits producteurs privés dans cette initiative est encourageante. Je pense que l’on en retirera des choses intéressantes en fin de saison »

 

Deux autres sites pilotes en Charente et en Charente Maritime

 

        Des autres sites pilotes ont été implantés en 2016 par les chambres d’agriculture de Charente et de Charente Maritime pour essayer de développer des protocoles d’aménagement de la lutte insecticide contre la cicadelle de la FD. En Charente, les techniciens ont souhaité implanter deux expérimentations dans une zone à risque élevé (sans la présence de ceps contaminés) sur les communes d’Ars et de Merpins (569 ha) et dans une zone à risque modéré (sans aucuns symptômes) sur la commune de Triac-Lautrait (207 ha). En Charente Maritime, une démarche identique a été implantée dans une zone à risque élevé (avec la présence d’un cep contaminé) sur les communes de Saint Germain de Vibrac, Saint Maigrin et Mortier (au total 775 ha). Un système de piégeage (dense) et de suivi des insectes entre la mi-mai et la fin octobre a été mis en place (1 piège pour 20 ha) avec 49 pièges jaunes sur la plateforme de Charente et 54 sur celle de Charente Maritime. Trois comptages larvaires ont été effectués dans les parcelles porteuses de pièges et ensuite un contrôle des captures d’insectes (adultes et larves) a lieu de la fin du mois de juin à la fin juillet. Jean-Christophe Gérardin et Michel Girard les deux techniciens des chambres d’agriculture considèrent que le fait de tester un protocole d’aménagement de la lutte insecticide représente une thématique importante dans le contexte actuel : « Le souhait des professionnels a été de nous confier la mise en place d’une expérimentation pour tester au sein d’un territoire viticole situé dans le PLO, un protocole d’aménagement de la lutte insecticide piloté avec rigueur. L’objectif est de mesurer la faisabilité d’une telle démarche en implantant un maillage de pièges serré et par la présence de deux animateurs de terrain, Pauline Héraud et Ludovic Violeau de la mi-mai à la fin octobre. Ils effectuent tout le travail d’observation de terrain, enregistrent les données et feront la synthèse de cette étude. Dans les trois zones, la lutte obligatoire à deux et trois traitements n’a pas été remise en cause. L’implication des viticulteurs dans cette expérimentation est bonne et en fin de saison, nous analyserons à la fois les aspects techniques et le coût économique du dispositif d’animation ».


Se mobiliser pour « traquer » les symptômes dans les semaines à venir

 

        À partir du 25 août prochain une campagne de prospections collectives au sein des sept zones d’action prioritaires va être mise en place avec l’ambition d’atteindre un niveau de prospection moyen encore en progression. Cette année, les sept animateurs auront la charge d’organiser la recherche des symptômes sur plus de 37 000 ha. Leur recrutement dès la mi-août va permettre de les former à la reconnaissance des symptômes et à l’organisation des prospections collectives dans les communes. Ils seront encadrés par Lætitia Sicaud, Michel Girard et Jean-Christophe Gérardin qui joueront le double rôle d’expert et de tuteur jusqu’à la fin octobre. La présence depuis la mi-mai de deux animateurs, Pauline Héraud et Ludovic Violeau a déjà permis d’organiser le calendrier des premières réunions dans les communes entre le 29 septembre et le 2 septembre. M Girard et J-Ch Gérardin ont l’ambition de mobiliser leurs équipes pour « traquer » les symptômes de FD dans toutes les zones à risques mais aussi en dehors : « Nous sommes convaincus qu’il faut encore accentuer nos efforts pour créer durant les deux ou trois premières de septembre une dynamique forte pour réaliser des prospections collectives. Le retour d’expérience des années antérieures nous conforte dans le bien-fondé de ces démarches. La lutte a franchi un cap de fiabilité à l’issue des prospections 2 015 qu’il nous faut conforter en 2016. Passer 2 heures/ha à parcourir des rangs de vigne est le seul moyen de faire reculer le FD durablement. C’est un peu fastidieux mais très efficace ! Les prospections représentent le fondement de la stratégie de lutte».

                                                             

Date Commune horaires
semaine 35    
ZONE 1 Lundi  29 Août Salles de Barbezieux 8H30
St Aulais la Chapelle 14H
Mardi 30 Août Péreuil 8H30
Blanzac Porcheresse 14H
Mercredi 31 Août St Palais du Né 8H30
Jeudi 1er Septembre Cressac St Genis 8H30
Nonac 14H
Vendredi 2 Septembre Barbezieux 8H30
       
ZONE 2 Lundi  29 Août Mainxe 8H30
Gondeville 14H
Mardi 30 Août Mérignac 8H30
St Amant de Nouère 14H
Mercredi 31 Août Angeac Charente 8H30
Jeudi 1er Septembre Graves St Amant 8H30
Bassac  14H
Vendredi 2 Septembre Segonzac 8H15
       
ZONE 3 Lundi  29 Août Cherves Richemont 8H30
Bréville 14H
Mardi 30 Août Houlette 8H30
Ste Sévère  14H
Mercredi 31 Août Nercillac 8H30
Jeudi 1er Septembre Réparsac 8H30
Réparsac 14H
Vendredi 2 Septembre Julienne 8H30
       
ZONE 4 LUNDI 29 AOUT LA FREDIERE MATIN
  JUICQ A-MIDI
MARDI 30 AOUT ASNIERE LA GIREAU MATIN
  BERCLOUX A-MIDI
MERCREDI 31 AOUT AUMAGNE MATIN
  ST PIERRE DE JUILLERS A-MIDI
JEUDI 01 SEPTEMBRE LES EGLISES D’ARGENTEUIL MATIN
  CHERBONNIERES A-MIDI
VENDREDI 02 SEPTEMBRE BAGNIZEAU MATIN
  MATHA A-MIDI
       
ZONE 5 LUNDI 29 AOUT DOMPIERRE ST CHARENTE MATIN
  ROUFFIAC A-MIDI
MARDI 30 AOUT ST SEVER DE SAINTONGE MATIN
  MONTILS A-MIDI
MERCREDI 31 AOUT BOUGNEAU MATIN
  PERIGNAC A-MIDI
JEUDI 01 SEPTEMBRE ARS MATIN
  JARNAC CHAMPAGNE A-MIDI
VENDREDI 02 SEPTEMBRE LONZAC MATIN
  SALIGNAC/ CHARENTE A-MIDI
       
ZONE 6 LUNDI 29 AOUT ST GEORGE DES COTEAUX MATIN
  PESSINES A-MIDI
MARDI 30 AOUT COURCOURY MATIN
  CHANIERS A-MIDI
MERCREDI 31 AOUT CHERMIGNAC MATIN
  MEURSAC A-MIDI
JEUDI 01 SEPTEMBRE ST ANDRE DE LIDON MATIN
  GRESAC A-MIDI
VENDREDI 02 SEPTEMBRE MESCHERS/GRD MATIN
  TALMONT/GRD A-MIDI
       
ZONE 7 LUNDI 29 AOUT ST THOMAS DE CONAC MATIN
  ST SORLIN DE CONAC A-MIDI
MARDI 30 AOUT ST MARTIAL DE MIRAMBEAU MATIN
  ST BONNET/GRD A-MIDI
MERCREDI 31 AOUT ST DIZAN DU BOIS MATIN
  MIRAMBEAU A-MIDI
JEUDI 01 SEPTEMBRE BOISREDON MATIN
  COURPIGNAC A-MIDI
VENDREDI 02 SEPTEMBRE CHAMOUILLAC MATIN
  SALIGNAC DE MIRAMBEAU A-MIDI

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé