Les expérimentations mises en oeuvre sur les équipements vitivinicoles en 2010

7 juin 2011

Les équipes de la Chambre d’agriculture de la Gironde et de l’IFV Aquitaine publient une synthèse des expérimentations sur les équipements vitivinicoles en 2010. Les différents sujets étudiés par l’IFV sur les équipements vitivinicoles s’inscrivent dans le cadre de projets nationaux régionalisés. Les travaux sont réalisés en réseau (collaboration inter organismes) dans plusieurs régions et notamment en Aquitaine, Midi-Pyrénées, Rhône Méditerranée, Val de Loire, Bourgogne et Franche-Comté.

Adaptation des doses de produits phytosanitaires au vignoble

photo_1_bdx.jpgDepuis plusieurs années, l’IFV travaille sur différents moyens pour optimiser l’utilisation des pesticides au vignoble. Ce projet (OPTIDOSE) consiste à proposer et tester des règles de décision pour adapter la dose de produit à la surface de feuillage à protéger et à la pression parasitaire. Ces règles de décision sont testées dans différentes régions viticoles françaises (Val de Loire, Charente, Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Bourgogne). La qualité d’application des produits est également une des composantes de l’efficacité finale des traitements. Elle est étudiée via un banc de comparaison des pulvérisateurs mais également directement sur des vignes en place.

En 2010, le module de calcul des doses Optidose® a été mis en ligne en accès libre sur le site www.vignevin-epicure.com.

En 2010, le système d’injection directe des produits phytosanitaires (SPID2) développé par la société Spray Concept a été testé dans un château du Médoc. Ce prototype a la particularité de pouvoir incorporer des produits phytosanitaires au cours du traitement, qu’ils soient sous forme liquide ou solide.

Matériels en verts

photo_2_bdx.jpgL’apparition d’une nouvelle machine de relevage à bande (DMP Concept), apporte un peu de nouveauté dans le domaine des releveuses – palisseuses.

Cette machine a été testée au printemps 2009 et nous avons vu au SITEVI une machine semblable chez un autre constructeur, PROVITIS, preuve de l’intérêt de la technique des bandes pour le relevage. Un compte rendu de ce test est disponible depuis mai 2010 sur MatéVi.

Un dossier complet sur le thème des matériels de travaux en vert a été mis en ligne fin 2010, avec des fiches techniques pour les outils suivants :
– broyeur à sarments ;
– épampreuses chimiques et mécaniques ;
– palisseuses – releveuses ;
– prétailleuses ;
– rogneuses
NB : L’effeuillage fait déjà l’objet d’un dossier à part.
En 2011, les broyeurs et les épampreuses mécaniques doivent faire l’objet d’essais.

Désherbage mécanique

Le programme d’évaluation des stratégies de désherbage mécanique sous le rang en fonction des types d’outils utilisés s’est poursuivi en 2009 sur différents sites en Midi-Pyrénées. L’impact de cette technique sur la qualité des raisins et des vins a déjà fait l’objet d’une première synthèse sur www.matevi-france.com et sera sans doute complété dans le cadre d’un suivi à plus long terme. Une synthèse a été présentée au Columa 2010, révélant des situations assez contrastées. Il en ressort l’importance de l’établissement du vignoble dans la capacité des parcelles à supporter le changement de pratique.

Récolte mécanique et qualité de vendange

photo_3_bdx.jpgLes constructeurs New Holland et Grégoire ont réagi à cette évolution du traitement de la vendange sur machine et leurs dispositifs respectifs ont été évalués.

Des essais ont été réalisés sur la nouvelle machine Selectiv’ Process Pellenc. Il s’agit d’un nouveau système embarqué sur machine à vendanger, destiné à améliorer encore plus significativement la propreté de la récolte, grâce à un tout nouveau procédé d’égrappage par vibration, et de tri sur des rouleaux. Les mesures effectuées lors de ce test, effectué sur cépage Syrah, ont concerné la qualité physique de la récolte et la quantité d’éléments extraits par le système.

 

 

Performances énergétiques des matériels viticoles

photo_4_bdx.jpgL’IFV pôle Sud-Ouest a mis en place en 2009 une nouvelle expérimentation pour mesurer les consommations de carburant induites par les différents matériels viticoles, et ce en fonction des technologies employées (pulvérisateur pneumatique / aéro-convecteur par exemple) ou des réglages effectués. Un premier compte rendu de ces expérimentations sera mis en ligne en mars 2010 sur www.matevi-france.com. En 2011, de nouveaux matériels seront testés sous l’angle de la consommation de gasoil.

NB : l’IFV a développé et mis en ligne un outil de calcul des coûts de production au vignoble très personnalisable qui peut être utilisé comme un outil d’aide à la décision, un outil de gestion ou un outil pédagogique. A découvrir sur http://www.viticout.com depuis le 22 novembre, il est cité au palmarès des salons VINITECH SIFEL 2010 et SIVAL 2011.

 

Caractérisation de la qualité de la vendange

Identification du potentiel qualitatif de la vendange par modélisation spectrale des informations issues des systèmes IRTF

photo_5_bdx.jpgLa mondialisation du marché des vins impose aux entreprises de la filière une démarche nouvelle d’industrialisation. En complément des marchés traditionnels des appellations d’origine, le développement d’une démarche, réactive en grand volume est un axe stratégique souhaité par les grosses structures de production. Cette démarche nécessite le développement ou l’adaptation de nouveaux outils technologiques dans le schéma d’élaboration des vins pour limiter les coûts et assurer une qualité identifiée et constante du produit fini. A l’instar de l’industrie agro-alimentaire, elle nécessite des outils fiables d’identification qualitative de la matière première.

Le projet développé au sein de l’IFV Sud-Ouest vise à fournir une évaluation objective des méthodes automatiques non destructives d’évaluation de la qualité des raisins et des vins et de les adapter aux besoins des structures vitivinicoles françaises, afin d’optimiser leur gestion technique et de permettre de mieux adapter les produits au marché.

L’exploitation en routine de ces technologies nécessite cependant une expertise des paramètres fournis pour répondre efficacement aux attentes précises de l’entreprise.

Le programme se décline en amont de la transformation en se proposant d’adapter et d’optimiser le matériel existant sur le marché (spectromètre IRTF) en utilisant les empreintes spectrales de lots de vendange.

L’enjeu est de pouvoir rapidement constituer des groupes d’apport de « qualités » homogènes, afin d’éviter un mélange entre des qualités extrêmes conduisant à un résultat moyen et une perte économique majeure.

Les données issues de deux spectromètres IRTF sont exploitées. Il s’agit de corréler les spectres acquis sur des raisins du Sud-Ouest de la France à l’analyse sensorielle des vins finis afin de caractériser très précocement le potentiel aromatique de la matière première.

A partir de 70 échantillons de raisins prélevés au moment de l’apport de la récolte en cave, et vinifiés en conditions standards expérimentales, une base de données comprenant des mesures spectroscopiques des raisins et les résultats des dégustations issues de collèges d’experts a été élaborée.

photo_6_bdx.jpgDes premières études menées sur trois millésimes (2006, 2007 et 2008) permettent d’identifier des modèles de prédiction de la qualité aromatique des vins. Deux classes qualitatives peuvent être prédites à l’arrivée des raisins au quai de réception grâce à des modèles de corrélation multilinéaire optimisés. La modélisation appliquée dans ce projet est essentiellement basée sur une méthode de discrimination supervisée appelée la Partial-Least Squares Regression – Analyse Factorielle Discriminante (PLS-AFD).

Les modèles de discrimination fournissent des performances intéressantes avec des erreurs de discrimination en validation croisée comprises entre 22 % et 25 %.

L’IFV Sud-Ouest a développé, pour ce programme, une méthodologie adaptée et un savoir-faire en matière de traitement de l’information issue de l’Infrarouge. Elle est aujourd’hui développée sur de nouveaux cépages en vue de l’élaboration de vins rouges particuliers. L’étude s’appuie sur un partenariat étroit avec des laboratoires de recherche et d’analyses dans les domaines du potentiel aromatique des vins (SA Nyséos) et de la Chimiométrie (SA Ondalys).

Évaluation de potentialités qualitatives du raisin par capteur piéton

Sur la base de la technologie de la fluorimétrie, le projet mené par l’IFV Sud-Ouest a pour ambition de faciliter les mesures directes au vignoble de l’azote assimilable et de la couleur dans les baies de raisins. Ces deux critères constituent des éléments pertinents de suivi de la maturation et sont des facteurs influents majeurs sur la qualité finale vins.

photo_7_bdx.jpgLa fluorimétrie permet de mesurer le contenu en flavonoïdes de l’épiderme des feuilles et des fruits grâce à l’écran qu’ils procurent à l’excitation des chlorophylles sous-jacentes. Le nouveau capteur portable (piéton) testé appelé Multiplex (société Force-A), comporte quatre couleurs d’excitation de la fluorescence et trois détecteurs dans le visible et le proche infrarouge.

Un réseau de plus de 60 parcelles du Sud-Ouest est conduit afin de mettre en relation l’information fournie par cette technologie et les caractéristiques analytiques des raisins à différents stades phénologiques (de la fermeture de la grappe à la vendange). Parallèlement, des essais métrologiques sont menés afin d’optimiser la prise d’information au champ.

Les premiers résultats montrent que des mesures sur feuilles réalisées à la fermeture de la grappe permettent d’anticiper au plus proche le niveau d’azote assimilable des baies à la vendange. L’évaluation paraît en revanche illusoire en réalisant des mesures directes sur grappes.

Les essais réalisés en 2010 sur les potentialités du Multiplex3 à anticiper des carences azotées montrent de premiers résultats encourageants. Des corrélations satisfaisantes sont observées entre un indice issu de flashs réalisés sur feuilles à la fermeture de la grappe et les teneurs en azote assimilable des moûts à la vendange. La robustesse des premiers modèles doit bien évidemment être éprouvée mais l’indice utilisé peut faciliter les regroupements parcellaires par anticipation des niveaux de statut azoté à la vendange. Les erreurs obtenues en 2010 n’excèdent pas 23 %.

L’intérêt de la technologie réside également dans ses possibilités à être embarquée sur quad, tracteur ou chenillar. Des premiers essais ont été réalisés en ce sens en Champagne par le CIVC et dans le Sud-Ouest par l’IFV. Ils ouvrent la possibilité de mesures rapides et précises sur un large territoire.

L’IFV Rhône-Méditerranée a mis en place des expérimentations sur les critères d’évaluation de l’état sanitaire des raisins par IRTF. L’objectif est d’étudier la faisabilité et la robustesse d’une discrimination des apports par la technologie IRTF ATR, dans un objectif de sélection voire de rémunération différenciée.

Dans certaines plages spectrales, la lumière traverse les produits à caractériser sur les longueurs pouvant atteindre plusieurs centimètres. Il est donc possible de réaliser des mesures directement sur des produits entiers (baies, grappes) ou sur des moûts non clarifiés. L’IFV Rhône- Méditerranée a développé un programme d’étude sur ces nouveaux outils, en partenariat étroit avec des laboratoires de recherche. n

Christophe Gaviglio (IFV Lisle-sur-Tarn – Tél. 05 63 33 62 62)
Eric Serrano (IFV Lisle-sur-Tarn – Tél. 05 63 33 62 62)
Jean-Michel Desseigne (IFV Rodilhan – Tél. 04 66 20 67 00)
Alexandre Davy (IFV Bordeaux-Blanquefort – Tél. 05 56 35 58 85)
Frédérique Priou, J.-C. Crachereau
(Chambre d’agriculture de la Gironde – Tél. 05 56 35 00 00)
Source : « MatéviFrance » (suite dans le prochain numéro)

 

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé