La palette complète

17 mars 2009

Même à effectifs parfois réduits, tous les niveaux de formation agricoles et viticoles sont représentés et fonctionnent dans les deux départements charentais.

coll_jonzac_6_opt.jpeg4e et 3e technologique

Cette première porte d’accès à l’enseignement agricole s’adresse à des profils de jeunes très divers : l’adolescent bon élève au collège mais très motivé par l’activité agricole. Après un bon BEP et un bon Bac pro, il poursuit souvent en BTS – Les jeunes de niveau moyen mais convenable qui visent le Bac pro – Les jeunes en rupture du système scolaire pour qui une pédagogie moins ciblée sur le résultat peut permettre de « raccrocher ». Faut-il craindre le « nivellement par le bas » dans ces classes technologiques ? Les formateurs soulignent l’importance du référentiel, le même pour tous, dans l’optique d’intégrer le BEP. « Le référentiel sert à garantir le niveau » témoignent-ils.

Lieux de formation :
– Lycée agro-viticole Le Renaudin, Saint-Germain-de-Lusignan, près de Jonzac (17) – Formation continue.
– MFR (Maison familiale rurale) de Triac-Lautrait, près de Jarnac (16). Dans cet établissement, la formation fonctionne selon le mode de l’alternance (mi-temps à l’école, mi-temps en stage) mais sous statut scolaire (et non de l’apprentissage).

BEPA (Brevet d’enseignement professionnel agricole) spécialité « viticulture-œnologie »

Se prépare en deux ans après la classe de 3e (générale ou technologique). A l’issue du diplôme, le jeune peut rentrer dans la vie active ou poursuivre ses études.

Lieux de formation :
– Lycée professionnel agricole (LPA) de Barbezieux (16).
– Lycée agro-viticole Le Renaudin (17).
– MFR de Triac-Lautrait (16) – Par alternance.

Bac pro Vignes et vins (production végétale – viticulture-œnologie)

Aujourd’hui, le Baccalauréat professionnel est délivré au bout de deux ans après le BEP (quatre ans au total). La réforme du Bac pro, programmée pour la rentrée 2009, vise à reconditionner le Bac pro sur trois ans (au lieu de deux + deux). Le BEP ne disparaîtrait pas totalement mais pourrait être délivré à l’issue de la classe de première professionnelle. De niveau IV, le Bac pro est un diplôme qualifiant pour l’installation.

Lieux de formation :
– Lycée agro-viticole Le Renaudin (17).
– IREO de Richemont, près de Cognac (16) – Formation par alternance sur deux ans : 20 semaines de cours à l’IREO – 20 semaines de stages en entreprise.

Bac S série SVT (sciences et vie de la terre) option biologie, écologie

Les lycées généraux et technologiques agricoles (LGTA) relevant du ministère de l’Agriculture proposent le Baccalauréat scientifique sciences et vie de la terre (SVT). L’élève peut accomplir sa seconde de détermination soit en lycée agricole soit en lycée général (intégration de la spécialité SVT en classe de seconde ou en classe de 1re selon le cas). La formation comporte des heures d’enseignement obligatoire de biologie – écologie ainsi que des heures d’agronomie – territorialité et citoyenneté. Le diplôme destine à la poursuite d’études (BTS, DUT, classes préparatoires, écoles d’ingénieurs…) y compris dans les spécialités viticulture-œnologie.

Lieux de formation :
– Lycée de l‘Oisellerie, à La Couronne, près d’Angoulême (16).
– Lycée Georges-Desclaude, à Saintes (17).

BTS viticulture-oenologie

Le diplôme ouvre aussi bien aux domaines de la production viticole qu’au domaine de la vinification et de l’élevage du vin.

Lieux de formation :
– IREO de Richemont (16) – Formation par apprentissage (20 semaines de cours sur deux ans à l’institut, le reste du temps par apprentissage, sous contrat de travail).
– Lycée de l’Oisellerie, à La Couronne (16) – Formation continue.

Licence professionnelle « conseil juridique et développement technico-économique de la filière vins et spiritueux »

Lieu de formation :
– Lycée de l’Oisellerie, à La Couronne (16)) – Formation continue.

Contacts : IREO de Richemont, 05 45 83 16 49 ; lycée agricole de Barbezieux,
05 45 78 03 17 ; lycée agricole Georges-Desclaude, 05 46 93 31 22 : lycée agro-viticole Le Renaudin, 05 46 48 04 44 : lycée agricole de l’Oisellerie, 05 45 67 10 04 ; MFR de Triac-Lautrait : 05 45 35 37 71.

A lire aussi

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

error: Ce contenu est protégé