Sur le respect des sols des Ets Etourneaud

27 décembre 2008

M. Francis Fichet, le responsable des établissements Etourneaud à Réparsac, a organisé dans le courant du mois de décembre une réunion d’informatique technique qui a accueilli un public d’une centaine de viticulteurs. L’assistance a été particulièrement intéressée par l’intervention de M. Frédéric Thomas, un spécialiste des sols, qui a eu un discours cohérent sur la conduite des itinéraires culturaux dans des zones difficiles.

le_responsable_opt.jpg

M. Francis Fichet, le responsable des établissements Etourneaud

En effet, une grande partie des clients des établissements Etourneaud est située dans la zone du pays bas et depuis l’hiver 1999, les conditions de reprise des sols ont été particulièrement délicates. Ces terres, d’une nature très argileuse, ont tendance à se compacter assez rapidement après chaque période pluvieuse. La succession de deux années excessivement « arrosées » a posé de nombreux problèmes dans les parcelles de vignes et aussi pour la reprise des sols derrière les maïs. M. F. Thomas a tenu un discours à la fois théorique et pratique qui n’a pas laissé indifférent le public. Ce spécialiste de l’agronomie a en quelque sorte remis en cause les démarches usuelles de travail de sol qui en grandes cultures reposent en grande partie sur une intervention majeure : le labour hivernal. L’approche qu’il a proposée repose sur une adaptation de l’itinéraire cultural des parcelles en fonction de l’assolement et de l’état hydrique des sols. L’observation des caractéristiques des parcelles doit déboucher sur une réflexion et un raisonnement différents du travail du sol. La notion de simplification du travail du sol constitue aussi un axe prioritaire de sa démarche car l’enracinement des cultures annuelles ou pérennes comme la vigne est fortement pénalisé par la présence de semelle de labour et de zone de compactage. Travailler le sol, c’est en quelque sorte lui redonner une certaine verticalité pour favoriser l’aération et l’alimentation hydrique. L’ameublissement des sols en profondeur contribue à améliorer leur porosité et la matière organique représente un facteur de stabilité. Contrairement à certaines idées reçues, la réalisation d’un labour en conditions humides ne favorise pas le drainage des eaux mais au contraire limite la verticalité des sols. A l’issue de son intervention, un débat très intéressant s’est engagé entre la salle et M. F. Thomas sur les spécificités des approches dans les zones très humides.

A lire aussi

Le fascinant cadre légal de l’alcool au Japon

Le fascinant cadre légal de l’alcool au Japon

Naviguant dans le monde des spiritueux, il est normal d'être au fait des lois et réglementations concernant l'alcool qui régissent notre marché, mais aussi notre vie. Que ce soit sa production, sa vente ou sa consommation, un cadre légal strict entoure ce marché.  Par...

Prix, approvisionnements, sobriété : Le point sur le gaz

Prix, approvisionnements, sobriété : Le point sur le gaz

A l'issue d'une année difficile en terme énergétique, GRDF fait le point sur la situation. Les fortes tensions énergétiques sont sources d’inquiétude chez les particuliers, les collectivités mais aussi les entreprises et industriels. Les appels à la sobriété se...

Vins et spiritueux : la bouteille consignée, solution de demain ?

Vins et spiritueux : la bouteille consignée, solution de demain ?

Face à la sécheresse sans précédent enregistrée cet été, de nombreuses consciences se sont éveillées sur l'utilisation de l'eau en France, et les solutions pour la réduire. Le secteur des vins et spiritueux est un très gros consommateur de ce précieux liquide; selon...

error: Ce contenu est protégé