Le Matériel Végétal : Un Outil De Développement Durable

1 mars 2009

La vigne est une plante pérenne. Les choix du cépage et du porte-greffe sont donc essentiels au moment de la plantation ; ils conditionnent la qualité du vin produit sur la parcelle. La Chambre d’Agriculture de la Gironde s’investit depuis 30 ans dans la sélection du matériel végétal, considéré comme un outil de développement durable.

LES SCHÉMAS DE SÉLECTION

La sélection est possible car il existe une variabilité au sein d’un même cépage, comme l’illustre le schéma 1. Celui-ci représente le degré potentiel en fonction du rendement. Chaque point représente un clone. Nous pouvons ainsi constater des rendements compris entre 1,2 kg et 2,9 kg, et des degrés potentiels de 9,9 % vol. à 11,7 % vol.

 

schema_1.jpg

Schéma 1 : Moyennes sur 5 ans de mesures à la récolte sur la collection d’étude de Merlot N.

 

 

 

 

 

 

 

Avant les années 50, 80 % du vignoble étaient virosés. Les vignes produisaient peu et le viticulteur recherchait des producteurs réguliers.

A partir de 1950, le schéma de sélection massale (cf. schéma 2) a été mis en place. Il visait à améliorer la qualité de la récolte.

Le principe est la sélection, sur une parcelle, de souches choisies en fonction de critères prédéterminés. Leur multiplication, par voie végétative, permet la production de souches filles, génétiquement identiques aux souches mères. Ces premières sont plantées, en mélange, dans une nouvelle parcelle caractérisée par une qualité globale.

schema_2.jpg

Schéma 2 : Schéma de la sélection massale.

 

 

 

 

 

 

 

 
A partir des années 70, afin d’améliorer l’état sanitaire du vignoble et la qualité de la vendange, le schéma de sélection clonale (cf. schéma 3) a été mis en place. Le principe est la sélection, sur le plus grand nombre de parcelles possible, de souches choisies en fonction de critères prédéterminés. Ces dernières subissent des tests virologiques ; elles doivent être indemnes de viroses graves. Elles sont ensuite multipliées. Les souches filles sont plantées dans une collection d’étude, sans mélanger les différentes origines. A l’issue de la comparaison de ces modalités, un ou plusieurs clones sont agréés. Ils suivent alors deux voies parallèles :

l La comparaison de différents clones agréés dans une parcelle de comportement. Cette expérimentation permet de mieux définir le profil des nouveaux clones agréés.

l La plantation de parcelles de vigne, chez les viticulteurs. Ces vignes sont composées de souches toutes identiques génétiquement.

schema_3.jpg

Schéma 3 : Schéma de la sélection clonale.

AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS

Chaque type de sélection a des avantages et des inconvénients (cf. tableau 1).

Afin de remédier à la diminution de la biodiversité au sein de la parcelle de vigne, des conservatoires sont mis en place. Ils doivent permettre la préservation du matériel végétal en répondant à deux objectifs :

l Le matériel doit être le plus divers possible. Pour cela, il est sélectionné sur le plus grand nombre de parcelles. Le plus grand nombre de phénotypes différents sont sélectionnés, sans à priori.

l Le matériel doit être indemne de viroses graves.

tableau_1.jpg

Tableau 1 : Comparaison de la sélection clonale et de la sélection massale.

Dans le Bordelais, tous les cépages ont un conservatoire.

Pour certains cépages, les clones actuels ne répondent plus aux exigences de qualité. La prospection de nouveaux clones est donc toujours d’actualité. Ces dernières années, nous avons travaillé sur les cépages suivants : Petit Verdot, Cabernet franc, Cabernet Sauvignon, Carmenère et Sémillon.

Pour le Petit Verdot, le constat réalisé avant la prospection était le suivant :

l Le clone 400, seul clone agréé pour ce cépage en 2000, était trop productif.

l Il n’existait pas de conservatoire pour ce cépage.

20 parcelles, plantées avant 1960, ont été prospectées. 267 clones, dont 80 indemnes de viroses, ont été sélectionnés. 2 conservatoires ont été plantés, à l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) et à l’ENITA (Ecole Nationale d’Ingénieur des Techniques Agricoles). 4 collections d’étude ont également été mises en place. Elles doivent permettre l’agrément de clones peu productifs, avec de petites grappes et de petites baies, en 2009.

Des collections d’étude de Cabernet franc sont également en cours d’étude.

Enfin, il est prévu de planter une collection de Cabernet Sauvignon, en 2007 et de Sémillon, en 2008.

EXEMPLES DE TRAVAUX REALISES PAR LA CHAMBRE D’AGRICULTURE DE LA GIRONDE

Depuis 2000, la Chambre d’Agriculture de la Gironde a permis l’agrément de trois nouveaux clones : Petit Verdot 1058, Carmenère 1059, Cot 1061.

Une fois les clones agréés, ils sont étudiés dans des parcelles de comportement.

Deux sont actuellement en cours d’étude, pour les cépages suivants : Sauvignon B et Cabernet Sauvignon.

Prenons l’exemple de Sauvignon B, 6 clones sont en comparaison depuis 5 ans.

Les modalités étudiées sont les clones 108, 242, 316, 317, 905 et 906.

A la récolte, les clones 905 et 906 sont les moins productifs (cf. schéma 4). Ceci est dû à une fertilité modérée et à la production de grappes plus légères.

Notons cependant que le clone 108, bien que productif, produit de petites grappes. Il est en revanche très fertile.

905 et 906 sont également les plus résistants au botrytis. Ces deux clones sont les mieux notés à la dégustation (cf. schéma 5). 906 est caractérisé par son intensité olfactive et la qualité globale de son nez.

Ce deuxième critère caractérise également le clone 108 qui se distingue par la typicité « Sauvignon » de ces vins.

schema_4.jpg

Schéma 4 : Poids par souche par clone (moyenne sur 5 ans).

schema_5.jpg

Schéma 5 : Note globale à la dégustation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PERSPECTIVES ET RÉFLEXIONS SUR LA SÉLECTION

Voici quelques perspectives concernant la sélection du matériel végétal.

Tout d’abord, à court terme, la Chambre d’Agriculture de la Gironde prévoit l’agrément de nouveaux clones, de Petit Verdot en 2009 et de Cabernet franc en 2010. Nous pourrons également vous fournir très prochainement des références sur des clones agréés de :

l Cabernet Sauvignon,

l Sémillon, pour la production de vins liquoreux. Une enquête est en cours de dépouillement par l’ADAR de Cadillac et une synthèse d’essais de plusieurs départements sera réalisée en fin d’année.

La Chambre d’Agriculture de la Gironde a également développé une méthode d’exploitation des résultats de dégustation qui permet de décrire à partir de 20 descripteurs, les vins issus des différents clones. Nous avons donc un profil organoleptique plus précis de chaque clone.

Ensuite, à moyen terme, elle envisage l’agrément de nouveaux clones de Cabernet Sauvignon et surtout de Sémillon pour la production de liquoreux.

Elle souhaite également étoffer le conservatoire de Carmenère.

Enfin, elle envisage d’utiliser de nouveaux outils pour caractériser toujours plus précisément les clones. Pour cela, elle pense travailler sur les précurseurs d’arômes dans les baies, les arômes dans les vins et réaliser des mesures de stress hydrique.

Pour conclure, quelques réflexions sur la sélection :

l Longtemps, sélection massale et sélection clonale ont été opposées. La Chambre d’Agriculture de la Gironde considère que ces deux méthodes peuvent coexister. La première reste la seule alternative lorsque les clones à disposition ne sont pas suffisamment adaptés aux besoins de la viticulture. C’est d’autant plus vrai que le schéma de la sélection clonale est long à mettre en œuvre. Il est cependant important d’éviter de multiplier des souches virosées. Il est donc conseillé de réaliser des tests virologiques avant toute multiplication, même dans le cas de sélection massale. Pour d’autres cépages, comme le Merlot ou le Cabernet Sauvignon, les clones proposés sont qualitatifs. La sélection clonale a alors joué sont rôle en permettant une amélioration considérable, à la fois sur le plan sanitaire et sur le plan qualitatif.

l La sélection clonale correspond actuellement à plus de 90 % des plantations. Ce succès entraîne à court terme la disparition des vieilles parcelles, creusets de la biodiversité. Il est donc important de continuer la mise en place de conservatoires et de pérenniser ceux existant par la signature de convention entre les différents partenaires (CA33, INRA, ENTAV et viticulteurs).

Pour mémoire, vous pouvez accéder par la rubrique « expérimentation » de Matévi www.matevi-france.com, aux synthèses d’études réalisées sur le Sauvignon, Petit Verdot 1058, Carmenère 1059 et Cot 1061.

 

Le matériel végétal : un outil de développement durable

La vigne est une plante pérenne. A la plantation, le choix du matériel végétal est donc essentiel pour assurer la production de vins de qualité. Plusieurs méthodes de sélections sont possibles. L’essentiel est de planter du matériel végétal sain, qualitatif et de préserver la biodiversité.

C’est dans cette voie que la Chambre d’Agriculture œuvre pour la viticulture de demain. Elle a réalisé, en collaboration avec les Chambres d’Agriculture d’Aquitaine, des plaquettes sur les cépages aquitains. Ces documents synthétisent 30 années de sélection clonale.

l Le Merlot N.
l Les blancs (Muscadelle B, Baroque B, Crouchen B, Camaralet de Lasseube B, Courbu B, Petit Courbu B, Lauzet B, Arrufiac B).
l Les Cabernet (Cabernet Sauvignon N et Cabernet franc N).
l Les cépages rouges (Petit Verdot N, Carnemère N, Cot N, Fer N et Abouriou N).
l Les cépages blancs (Sauvignon B, Sémillon B, Petit Manseng B et Gros Manseg B).

Vous pouvez vous les procurer auprès du service Vigne et Vin, tél. 05 56 35 00 00.

A lire aussi

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac présente au public son projet de PLUI

Grand Cognac organise 4 réunions d’information et une exposition pour présenter la traduction règlementaire du projet de PLUi, autrement dit les règles générales qui s’appliqueront à tout projet de construction, une fois ce futur document en vigueur. La première...

error: Ce contenu est protégé