Le CDI du BNIC, un fonds spécialisé à la disposition du public

21 août 2013

Comme tout liquide, le Cognac laisse des traces papier. Marqueurs historiques, marqueurs sensoriels, marqueurs techniques, les livres sur le Cognac sont autant de phares qui éclairent la connaissance du produit. Mais où trouve-t-on ces livres ? Dans une quête rapide et non exhaustive sont proposés ici trois lieux : le Centre de documentation et d’information du Cognac, au sein du Bureau interprofessionnel du Cognac ; la bibliothèque de Cognac et le Maco (le musée des Arts du Cognac). Chacun d’eux propose un angle de lecture différent.

Au CDI du BNIC, Brigitte Lucas guide les recherches des étudiants, accompagne tous ceux qui s’intéressent au Cognac, souvent à des fins professionnelles (viticulteurs, négociants, assureurs, banquiers, agences de communication…). L’œnotourisme devient un sujet à part entière et le multimédia se développe. Photos, vidéos sont de plus en plus réclamées, en plus des ouvrages papier. L’interprofession répond à ces sollicitations tout en prenant soin de veiller à l’image du Cognac.

La bibliothèque de Cognac a le mérite d’être une bibliothèque classique, avec un fort tropisme sur le Cognac et sa région. Cela signifie que de nombreux ouvrages spécialisés peuvent être empruntés, avec le confort d’une lecture chez soi. C’est tout le propos du fonds régional. Mais existe aussi un « fonds charentais », beaucoup plus étoffé, qui couvre une longue période allant du 17e siècle à nos jours. Les ouvrages sont consultables sur place. Une dimension supplémentaire vient des fonds anciens (Albert, Couraud, réserves). Ce qui n’exclut pas les nouveaux outils : le catalogue informatisé des ouvrages de la bibliothèque est en voie de réalisation.

Clin d’œil du Cognac à la littérature ou de la littérature au Cognac ! C’est le sens de la petite collection de livres de fiction proposée par le Maco, le musée des Arts du Cognac. Quand le Cognac s’invite chez les auteurs.

Ils sont étudiants, viticulteurs, négociants, banquiers, assureurs, agences de communication, amateurs, passionnés ou simplement curieux… Pour une raison ou une autre, ils s’intéressent au Cognac. Le Bureau national du Cognac dispose d’un CDI (Centre de documentation et d’information) ouvert au public. Visite guidée par la responsable du Cetre de documentation et d’information, Brigitte Lucas.

 

 

 

p28.jpgOn ne tombe pas par hasard sur le Centre de documentation et d’information. L’endroit est un peu discret, un peu secret. Au Bureau national du Cognac, il se cache au fond du long couloir du rez-de-chaussée, après le Service de la viticulture. Mais l’accueil est chaleureux. Brigitte Lucas y veille, elle qui gère le lieu depuis pas mal années. Tonique, comme le Cognac, Brigitte Lucas accompagne le visiteur dans ses recherches, guide ses premiers pas. C’est pourquoi un petit coup de fil est toujours préférable quand on souhaite venir consulter des ouvrages.

Des ouvrages, il y en a de nombreux. Le fonds dispose de tous les incontournables du Cognac, livres de références comme le Delamain, le Sépulcre, les Coussié, Faith, Bernard (Gilles), le Ravaz sur Le Pays du Cognac ou encore la « bible » de la distillation, l’ouvrage de Lafon, Couillaud et Gay-Bellile, publié une première fois en 1968, une seconde fois en 1973 et jamais réédité depuis. Autant dire introuvable aujourd’hui (voir la liste de la « petite bibliothèque du Cognac »). En marge de ces ouvrages « classiques », le fonds du CDI possède quelques œuvres de fiction où le Cognac apparaît, les principaux livres de recettes (cocktails, cuisines) ainsi que toute la panoplie liée à l’œnotourisme, une catégorie qui attire une véritable moisson de titres cet an-ci. A noter que les ouvrages purement techniques consacrés au Cognac sont conservés à la Station viticole du BNIC.

A côté des rayonnages supportant livres, albums et autres recueils, les présentoirs du CDI proposent journaux et revues. Bien sûr, la presse agricole et viticole française y figure en bonne place mais le catalogue compte aussi des titres plus pointus, voire plus exotiques : Drinks business, The Spirit business, Wine enthousiasm… Au bas mot, le Centre de documentation du Cognac gère 250 abonnements. Bien sûr, tous les périodiques ne sont pas consultables dans la demi-seconde. Mais, en bonne documentariste, Brigitte Lucas sait toujours où les trouver : soit dans ses archives, soit chez ses collègues. Car le CDI a aussi une vocation interne. C’est un outil de travail pour les agents du BNIC. La plupart des départements de l’interprofession disposent d’ailleurs de leurs propres fonds documentaires (codes juridiques, ouvrages techniques…). Mais un « pot commun » s’organise, grâce aux fiches de circulation entre les différents services.

Pour la consultation des ouvrages, la saisonnalité joue un rôle certain. A partir du mois de mai, « c’est la période des étudiants ». En plus des deux ou trois jeunes en stage à Cognac, ils viennent d’un peu partout. Ils se rendent au CDI, qui pour faire une recherche qui, tout simplement, pour écrire sa première partie de mémoire. Un exercice qui semble n’avoir aucun secret pour Brigitte Lucas. « Il faut faire court mais présenter les données essentielles et surtout les données justes. » Quand elle ne dispose pas de l’information nécessaire, elle renvoie sur ses collègues. Il s’agit souvent de demandes d’éléments statistiques ou de marché.

Les étudiants ne se contentent pas d’être des « piqueurs d’info. » Ils en sont aussi des pourvoyeurs A cet égard, Brigitte Lucas parle d’un fonds précieux, qu’elle baptise « la littérature grise ». Il s’agit de tous les mémoires pour lesquels le CDI est intervenu. Ces ouvrages occupent toute une étagère. On y trouve des rapports de stage, des mémoires d’élèves d’écoles de commerce (INSEEC…), des thèses de doctorat en pharmacie (du Chêne au Cognac)… Un gisement qui recèle, sans nul doute, quelques pépites.

Pratique
BNIC : 23, allées Bernard-Guionnet, Cognac – Accès gratuit au CDI – Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi, de 9 heures à 12 h 15 et de 13 h 45 à 17 heures.
Contact : Brigitte Lucas – 05 45 35 60 88 – blucas@cognac.fr

La petite bibliothèque du Cognac
Liste non exhaustive de quelques ouvrages de référence sur le Cognac*
Pays du Cognac – Louis Ravaz
Histoire du Cognac – Robert Delamain
Le Cognac – sa distillation – Lafon, Couillaud, Gay-Bellile
Précis sur la dégustation du Cognac – Audemard, Ollier, Raguenaud
Le Cognac – N° 5 du GREH
Cognac – Nicholas Faith
Le grand livre du Cognac – Gert v. Paczensky
L’alambic de Charentes – François Julien-Labruyère
Le Cognac, sa distillation, son vieillissement, ses marchés, son histoire – J.-V. Coussié
Le Cognac et les aléas de l’histoire – J.-V. Coussié
Cognac, les clés de la fortune – Michel Coste
Le commerce des eaux-de-vie sous l’Ancien Régime – Louis M. Cullen
Cognac, la saga d’un esprit – Kyle Jarrard
Le choix de Cognac, l’établissement des négociants irlandais – Louis M. Cullen
Cognac story – François Julien-Labruyère
Le Cognac, une eau-de-vie prestigieuse – Gilles Bernard
Le Cognac – A la conquête du monde – Gilles Bernard
* Ouvrages disponibles au CDI du BNIC

5-6 octobre à ChÂteaubernard (16)
« Auteurs & gastronomie »
Le Salon littéraire et épicurien organisé à Châteaubernard depuis 2007 change de nom. Pour sa 4e édition (salon bisannuel), les « Rencontres autour du livre culinaire » se transforment en « Auteurs & Gastronomie ». « Par cette modification, nous souhaitons mettre plus en avant les auteurs » explique Jean-Pierre Rafenaud, président du club « Gourmets-Gourmands », dont la soixantaine de membres sont un peu les chevilles ouvrières de l’événement. Prévu sur deux jours, les 5 et 6 octobre prochains, le salon donnera la parole aux auteurs mais aussi aux chefs. Des démonstrations de cuisine assorties de dégustations auront lieu tous les jours, au rythme de deux le matin et deux l’après-midi. Possibilité de restauration sur place avec, cette année, une unicité de lieu, la salle Jean-Monnet de Chàteaubernard.
Entrée : 2 €.

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé