La Part des Anges 2016

29 août 2016

La manifestation aura lieu le 22 septembre prochain. Des Cognacs d’exception, au nombre de 24, seront proposés aux enchères. Où ?  Le lieu demeure une énigme. Mais ce que l’on sait, c’est que la Part des Anges se renouvelle. A partir de cette année, elle devient biennale (tous les deux ans). Artcurial, la maison de vente aux enchères parisienne a été choisi comme « porte-marteau ». Les maisons de Cognac, grandes et petites, investissent toujours autant sur l’évènement collectif.

Pour son dixième anniversaire, la vente aux enchères caritative de Cognacs d’exception amorce un tournant. « Elle s’ouvre à de nouveaux arômes » a dit Catherine Le Page, le directeur du BNIC lors de la présentation des 24 Cognacs à Paris le 14 juin, dans les locaux d’Arcurial, rond-point des Champs-Elysées. En choisissant la maison parisienne de vente aux enchères, la manifestation collective interprofessionnelle cherche clairement à s’internationaliser. Laury Matheson, l’experte V&S d’Artcurial a indiqué que sa société possédait des bureaux à Hong-Kong, Monaco, Italie, Belgique… Qui plus est, des transversalités vont pouvoir s’exercer plus facilement. Tel collectionneur fidèle de la maison pour ses ventes de montres ou de voitures verra peut-être sa curiosité piquée par le Cognac ! La « jeune » société – elle n’a que quatorze ans d’existence – possède à son actif de nombreuses spécialités, parmi lesquelles Montres, Automobiles mais aussi Art Déco, Art Tribal, Bandes dessinées, Mobilier, Urban Art…Dans le domaines des vins et spiritueux, la maison fut chargée récemment de la vente des très vieux Cognacs « Clos de Griffier » de 1788, mis en bouteille dans les années 1830, qui n’avaient jamais bougé de la cave de la Tour d’argent, le célèbre restaurant du Quai de Tournelle. Commentaires de Laury Matheson – « Les amateurs ont pu les acheter en toute confiance. C’est la même chose pour les collectionneurs qui achètent à la Part des Anges. Ils savent le sérieux qu’il y a derrière. »

 

Ce mardi 14 juin étaient exposées dans les vitrines d’Artcurial les 24 Cognacs qui feront l’objet de la vente caritative. A chaque flacon son histoire, qui s’incarne dans le packaging et les eaux-de-vie. Ici, il s’agit de Cognacs issus du Paradis, présentés dans une carafe de Sèvres (Château Montifaud) ; là d’un assemblage de très vieilles Grande-Champagnes dans un flacon qui évoque les montres à goussets (Cognac Frapin). Un peu plus loin, Hine propose une Grande-Champagne millésime 1916 habillée d’une œuvre contemporaine. La maison Balche-Gabrielsen a conçu une véritable Cognathèque issue de tous les crus de la région de Cognac. Une œuvre originale. Comme est originale la proposition de Martell, une Grande-Champagne brute de fût de 1920, non filtrée à froid, titrant 48,8 % vol. Un hommage à Edouard Martell, mort cette année-là. La maison Ferrand a choisi pour son eau-de-vie d’exception une carafe du XIX ème siècle restaurée par un maître verrier. Le Cognac Gautier d’Aigre, célèbre, lui,  les origines du Cognac – la vigne, le bois, l’eau – à travers un triptyque. A La Rochelle, le Cognac Godet accompagne sa carafe de 3 litres d’une sculpture en cuivre de l’artiste Romain de Sousa. Jas Hennessy a tiré du chai du fondateur un « jus » exceptionnel provenant de tierçons. ABK6 signe son single cask du début XX ème d’une œuvre illustrant l’enracinement du pied de vigne. L’assemblage du Cognac Meukow tiré du Paradis revêt la forme d’une taupette grand format conçue par le designer Philippe Seys. Hardy Cognac poursuit sa quête des saisons à travers ses splendides flacons. La maison Renault évoque « L’âge du temps » tandis que Rémy Martin mise sur l’innovation et le « jamais vu ». La vente de son jéroboam édition limitée XO, signée par le jury du festival de Cannes 2015, se doublera d’une « expérience » pour l’acheteur : 24 heures au festival de Cannes 2017. Une première !

La plupart des maîtres de chai des maisons se sont retrouvés à Paris. Mention spéciale pour deux femmes maîtres de chai, Isabelle Couprie (Cognac Gautier) et Anne Sarteaux (Cognac Meukow). Alors que Pierrette Trichet, chez Rémy Martin, avait ouvert la voie, elles incarnent la féminisation d’une profession exclusivement masculine il y a peu encore.

 

Dorénavant, La part des Anges adoptera un rythme bisannuel (tous les deux ans). Le président du BNIC, Jean-Bernard de Larquier y voit plusieurs intérêts : conserver à l’évènement son caractère exceptionnel, permettre aux donateurs de poursuivre leur quête de l’inédit et aussi donner plus de place à l’ICS – l’International Cognac Summit – l’autre temps fort de la promotion collective Cognac en France.

 

Le parrain de l’évènement sera cette année le chef Guy Savoy, du restaurant Guy Savoy Monnaie de Paris. Les fonds recueillis iront à la Fondation Apprentis d’Auteuil, spécialiste de l’insertion sociale et de la lutte contre la déscolarisation. La Fondation qui intervient dans plus de 200 établissements en France et dans une cinquantaine de pays a formé près de 25 000 jeunes. Elle fête cette année ses 150 ans.

 

 De verre et de bronze, la signature de Jean-Michel Jobit

 

Il s’est fait un nom et plus encore dans le domaine du design packaging des Vins et Spiritueux. Jean-Michel Jobit  signe l’œuvre du 10 ème anniversaire de La Part des Anges.

 

La créativité de Michel Jobit s’exerça longtemps sur les formes verrières, pour la création de carafes et flacons dédiés aux spiritueux. Puis l’homme formé dans les meilleures écoles des beaux-arts et du design souhaita s’extraire un peu du domaine de l’entreprise pour explorer davantage sa fibre émotionnelle. Depuis une dizaine d’années, il se consacre à la sculpture et à la céramique, une expérience artistique et personnelle qui, doucement, l’a ramené vers les formes verrières mais de manière différente. L’œuvre de la Part des Anges exprime cette alchimie subtile d’un grand professionnel qui laisse parler son émotion et sa recherche esthétique. Jean-Michel Jobit commente ainsi sa sculpture – « Deux mondes, deux matériaux, le bronze, lourd, solide, opaque, patiné par les années et le verre fluide, soyeux, opalescent, évanescent. Ces deux mondes s’opposent mais cependant n’existent que l’un par l’autre. C’est pour moi le point de départ du projet de sculpture. » Le bronze provient de la fonte d’éléments d’alambics charentais. Quant au verre, il est présent en permanence dans l’élaboration et la conservation du Cognac.


   Part des Anges : Trois questions à Jérôme Durand


Aujourd’hui DG des Cognacs Larsen et Renault, Jérôme Durand occupait en 2006 le poste de directeur de la communication du BNIC. Il fut de ceux qui lancèrent la Part des Anges.


La Part des Anges voit le jour en 2006.


En effet, la toute première édition eut lieu en 2006, dans le sillage de la Semaine du Cognac. Avec cette manifestation, il s’agissait de faire rayonner le Cognac dans sa propre région. Le slogan était d’ailleurs – « Le Cognac, l’esprit Région ». La commission communication eut l’idée de clôturer la semaine par un dîner de gala dont l’argent serait reversé à une association caritative locale. Le choix se porta sur l’association présidée par feu  Mme Firino Martell qui récolta, je crois, 13 ou 15 000 €. Le dîner avait eu lieu au Logis de Boussac, à Cherves-Richemont. Nous avions obtenu la participation du grand sommelier Philippe Faure-Brac. Lors de la seconde édition, le brief est nettement plus clair. De façon explicite, nous souhaitons que l’évènement incarne une sorte de fusion entre la Fête de la Fleur à Bordeaux et la vente aux enchères des vins des Hospices de Beaune, en sachant qu’ici la vente portera sur des carafes de Cognac.


Peut-on dire que vous avez été le créateur de la Part des Anges ?


Absolument pas. Tout au plus, j’en fus peut-être le catalyseur mais c’est la Collective Cognac, négoce et viticulture réunis au sein de la commission ommincation, qui porta l’évènement.  une sorte de Communauté d’intérêt se créa, qui eu l’élégance de perdurer dans le temps. Le concept était assez simple : créer une manifestation altruiste qui redistribue un peu de la richesse du Cognac à des œuvres sociales, patrimoniales…L’émulsion a pris, la passion collective a fonctionné. C’est ce dont nous pouvons être le plus fiers je crois. A cet égard, le nom – La part des Anges – fut un élément déclencheur. Immédiatement, il donna du sens. La 5 ème année, nous avons créé les World Cognac Awards, pour mettre en avant de grands influenceurs, qui aiment et défendent le produit.


Votre société participe à la Part des Anges 2016.


Oui, nous faisons partie des 24 maisons qui offrent un Cognac. L’Hourglass-Age du temps de la Maison J.A Renault est un flacon en forme de sablier. Cette carafe unique, spécialement créée pour la Part des Anges renferme une eau-de-vie de Saint-Preuil distillée en 1950. Un Cognac d’une intensité exceptionnelle.


 


 

 

 

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé