INAO : Supervisieur du contrôle externe

19 avril 2012

Avec la réforme de 2007, l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité) hérite du rôle de superviseur du contrôle externe, qui lui-même supervise le contrôle interne. Dans la nouvelle démarche, les strates de contrôle s’empilent, telles des poupées gigognes.

 

 

Les OC (organismes certificateurs) contrôlent le contrôle interne (les ODG) mais sont eux-mêmes contrôlés par l’INAO. « Nos agents accompagnent les auditeurs des OC, pour réaliser des observations d’activités » confirme un responsable de l’Institut de l’origine et de la qualité. En fait, les OC sont soumis à un double contrôle : un contrôle du Cofrac (Comité français d’accréditation), sur la capacité des agents de l’OC à accomplir leur mission (bonne formation, bons diplômes, respect des normes internationales…) et un contrôle terrain de l’INAO sur les conditions d’exercice de l’activité. Ce contrôle par l’INAO a lieu à intervalles réguliers. Plusieurs jours de suite. « En fait, l’INAO a un rôle de vigilance. Des agents spécialisés s’assurent qu’il n’y a pas de conflits d’intérêt entre l’OC et l’ODG, que la procédure prévue au Plan de contrôle est bien mise en oeuvre, que les fréquences des contrôles sont observées, que les rapports sont conservés. De temps en temps, des OC sont “épinglés” et doivent corriger leurs pratiques. »

Une fois par an – mais le rythme peut être plus fréquent – une réunion tripartite rassemble l’OC, l’ODG et l’INAO. C’est l’occasion d’échanges nourris. « Nous partageons beaucoup sur les points d’interprétation du contrôle. Objectif : que tout soit clair pour tout le monde et que chacun se recale. Nous faisons plus de qualitatif que de quantitatif » souligne-t-on à l’INAO.

Sur le territoire national, l’INAO est organisé en huit unités territoriales, dont dépendent 25 sites INAO. Laurence Guillard, basée sur le site INAO de Cognac, est responsable de l’Unité territoriale Centre-Ouest, qui recouvre les régions Poitou-Charentes Limousin ainsi que d’une partie de la Haute Auvergne (Haute-Loire, Puy-de-Dôme, Cantal). L’unité territoriale rassemble onze agents. L. Guillard travaille en binôme avec le délégué territorial adjoint, basé à Aurillac. Ingénieur spécialisé sur les contrôles, c’est lui qui supervise plus particulièrement les procédures de contrôle et l’approbation des plans de contrôle de la zone. Mais polyvalence et distance obligent, Laurence Guillard participe aussi en partie à cet aspect du travail. La région Centre-Ouest Poitou-Charentes Limousin compte six appellations : Cognac, Pineau des Charentes, Beurre Charentes-Poitou, Chabichou du Poiutou, Pommes de terre de l’île de Ré, Pommes du Limousin. Pour chacune de ces appellations, un même « contrôle des contrôleurs » s’applique.

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé