hennessy : un rendez-vous culturel

9 avril 2014

Dans son espace des Quais, Hennessy va proposer tous les mois une programmation culturelle, gratuite et accessible à tous. Seule condition : réserver en ligne, sur un site dédié. Le 24 janvier, la belle histoire d’un quatuor à cordes inaugurait le cycle de rendez-vous ludiques et artistiques : Les Quais ici ou ailleurs.

 

 

p46.jpgEn ce vendredi 24 janvier, Cécile François, directrice de la communication institutionnelle Hennessy, dégage rapidement l’esprit qui guidera la programmation Des Quais ici ou ailleurs : privilégier l’émotion et la sensibilité, parier sur la pluridisciplinarité, jouer de l’ouverture à toutes les cultures. En un mot, faire des Quais un lieu vivant et ludique. Mais elle n’en dira guère plus. Aux paroles, toujours préférer les actes. Et, en l’occurrence, c’est une belle histoire qui inaugure le cycle des rencontres mensuelles des Quais : celle du quatuor à cordes Hennessy. Pour remonter à la source, il faut plonger au début du 19e siècle. A l’époque, quelques riches familles patriciennes se lancent dans des projets un peu fous. Elles commandent à des luthiers de renom des quatuors à cordes qu’elles confient, en tant que mécènes, à des musiciens d’orchestre de chambre. Qu’est-ce qu’un quatuor à cordes ? Comme son nom le laisse entendre, le quatuor à cordes se compose de quatre instruments : un premier violon au son aigu, un second violon au son plus grave, un alto et un violoncelle. Mais la vraie particularité, c’est que les tables de ses quatre instruments sont taillées dans un même arbre. Le quatuor possède une identité propre : quatre pièces qui, en réalité, ne font qu’une. Une autre image est souvent utilisée pour décrire un quatuor à cordes – « un instrument à 16 cordes joué par quatre personnes. » Sa fabrication relève de la prouesse technique. Il faut d’abord trouver l’arbre idéal – un vénérable érable ondé vieilli dans le vent des Carpates – ensuite le faire sécher longtemps et enfin réaliser les quatre instruments d’un seul élan, y compris le vernissage. Un quatuor à cordes coûte si cher à fabriquer que la pratique tombera vite en désuétude.

p461.jpgAu milieu des années 80, Alain de Pracomtal dirige la société Hennessy. Mélomane averti, il joue volontiers des associations entre le Cognac et la musique pour communiquer autour du Cognac. L’analogie saute aux yeux entre le maître de chai et le chef d’orchestre : même sens de l’assemblage, même recherche d’harmonie… ll demande à un très grand luthier de Mircourt, Jean-Jacques Pagès, de fabriquer un quatuor à cordes. Chose faite au début des années 80. Reste à confier le « Quatuor Hennessy » (tel est son nom de baptême) à des instrumentistes. A. de Pracomtal s’adresse à son ami Mstisla Rostropovitch qui lui recommande le quatuor Anton, composé de jeunes interprètes russes dont l’un des membres vient de gagner le très renommé concours d’Evian fondé par Patrick Riboud. Début 90, l’URSS se délite. Les jeunes musiciens vont trouver en France une patrie pour exercer leur art. Et auprès d’Hennessy un mécène attentif. Dimitri Kletsditch, présent à Cognac avec Igor Kerichenko, raconte le soutien chaleureux de Maurice Hennessy (lui aussi présent l’Espace des Quais le 24 janvier). « Maurice nous a accompagnés de manière incroyable. » Il dit aussi le bonheur de jeunes musiciens face au quatuor à cordes. « Nous étions tellement enthousiastes. Il faut comprendre la relation très intime qui lie le musicien à son instrument. » Pendant quatre ans, le quatuor Anton se produit sur les scènes du monde entier puis se dissout en 1995. Et le Quatuor Hennessy retourne à Mircourt, chez Jean-Jacques Pagès. Il y restera en sommeil quinze ans.

2014 signe en quelque sort sa renaissance. Car la maison de Cognac a choisi de redonner vie au Quatuor Hennessy. Pour choisir ceux qui porteront à nouveau le flambeau, elle se rapproche de la cité musicale de l’Abbaye aux Dames de Saintes qui lui recommande un jeune quatuor prometteur, HIP4TET, issu du jeune Orchestre de l’Atlantique. Le quatuor se compose d’une Hongroise, d’un Ukrainien (vivant à Madrid), d’un Luxembourgeois et d’une Autrichienne. Un internationalisme bienvenu en terre charentaise. Une convention de prêt de deux ans reconductible a été établie et Hennessy sera amené à accompagner les musiciens lors de concerts qu’ils pourront donner à l’étranger.

Dans la matinée du 24 janvier, à l’espace des Quais, le passage de relais entre les anciens du quatuor Anton et les nouveaux de HIP4TET fut un moment empreint de grâce et d’émotion. Le soir, le jeune quatuor à cordes a ouvert la programmation Les Quais ici ou ailleurs. Il s’agissait aussi de son premier concert en public. Le souffle de l’allégresse a plané sur la soirée.

Programmation 1er semestre

Vendredi 21 mars, 20 h : Duos de danse. Dans le cadre du festival de « Danse et Vous » (Cognac), deux performances sont proposées sur le plateau des Quais. « Un R de rien » par la Cie Act2 de Catherine Dreyfus, suivi de « Rencontres improbables » de Hamid Ben Mahi.

Jeudi 17 avril, 20 h : Ballaké Sissoko & Vincent Segal. Deux instrumentistes, l’un avec sa kora à vingt et une cordes, l’autre avec son violoncelle.

Mai 2014 : Courts métrages à découvrir.

Juin 2014 : Les règles du savoir-vivre dans la société moderne. Texte de Jean-Luc Lagarce.

Réservation uniquement sur internet. Site dédié www.lesquais.fr. Possibilité de réserver 2 places maximum par personne.

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé