Le Cognac Art déco d’Hennessy

24 juin 2009

01_md_rgb_opt.jpegLa maison des Quais vient de lancer un beau flacon inspiré d’un Cognac créé en 1920 par James Hennessy, avec la complicité du maître de chai de l’époque, Alfred Fillioux. Renaud de Gironde a présenté le nouvel opus d’Hennessy, fruit de la réinterprétation de son oncle, Yann Fillioux.

 

« Quel que soit l’environnement économique général, il faut toujours rester dynamique, continuer à lancer des produits. Cet esprit de conquête irrigue la maison Hennessy. » Dans le cadre raffiné du château de Bagnolet, sous un soleil printanier qui colorisait de mille paillettes le parc et la rivière en contrebas, Renaud de Gironde s’est employé à qualifier la nouvelle création de la maison. « Le Cognac est structuré et élégant, forcément complexe puisqu’il marie deux éléments quasi “antithétiques”, vigueur presque “virile” d’un côté, finesse d’eaux-de-vie patinées par le temps de l’autre. A la limite, l’exercice est plus complexe que lorsqu’il s’agit d’illustrer un style floral ou fruité. Ici tout est affaire d’équilibre, pour que l’un ne soit pas le parent pauvre de l’autre. » Cette exigence d’équilibre mâtinée de retenue, l’Art déco l’a fait sien. Lignes épurées, formes droites qui rappellent le classicisme d’antan. Cet art quasi minimal qui tire son nom de l’exposition des arts décoratifs, architectes et designers l’incarneront dans les années 25-30, en réaction au mouvement dit « Art nouveau » du début du siècle, plus adepte des formes « molles » ou encore du « style nouille ». Ces hommes s’inspirent a._gironde_opt.jpegde la peinture cubiste, utilisent des matériaux nouveaux comme le béton. La naissance de James Hennessy en juillet 1867 fait de lui un homme du 19e siècle. Pourtant ce personnage à l’esprit réformateur – président du Comité de viticulture de la région de Cognac dans les années 1900, il sera le fer de lance, avec quelques autres, de la reconstitution du vignoble charentais après la crise phylloxérique – a le goût suffisamment éclectique pour apprécier l’Art déco. Des séjours à Dinard, la station préférée de la haute société dans les années 20, lui valent de rencontrer Pablo Picasso, Claude Debussy, Laurence d’Arabie, Winston Churchill. Il y apprécie également les réalisations de l’architecte Marcel Oudin, bâtisseur de grands hôtels ou de villas. Celui qui dirige Hennessy depuis 1905 demandera à Paul Oudin de construire un complexe de chai sur les quais de la Charente comprenant une tonnellerie, un chai de coupe, un atelier de mise en bouteille et un hall d’expédition. Le bâtiment existe encore. En citation à l’esprit Art déco, l’étui Hennessy Privé joue le rendu d’un cuir de crocodile travaillé dans les noirs profonds. Un superbe packaging. james_hennessyt_opt.jpegEn terme d’assemblage, le Cognac se compose d’une centaines d’eaux-de-vie, des plus jeunes – 15 ans – aux plus vieilles autour de 30 ans. Le Cognac est proposé depuis environ deux mois dans les grands « hubbs » de la planète, aéroports de Singapour, Hong-Kong… Roissy-Charles-de-Gaulle en France. « Ce sont des endroits sensibles à nos produits qui savent les mettre en valeur » explique R. de Gironde. Destiné essentiellement au marché Duty Free, Hennessy Privé s’adresse à un public de voyageurs, qui possèdent la culture du cadeau. Hennessy Privé est disponible au prix de 250 €.

Le potentiel des eaux-de-vie

C’est en 2002 que Renaud de Gironde intègre la société Hennessy après une école de commerce et un master de Wine business en Australie. Au sein du service eaux-de-vie, il travaille avec l’équipe des relations viticoles et participe au comité de dégustation. Chaque matin de l’année ou presque ce groupe de huit personnes – dont l’expérience court de 6 à 40 ans – goûte des eaux-de-vie. Son fil rouge ? Travailler sur le potentiel des eaux-de-vie car « sans sélection à l’origine ni suivi dans le temps pour détecter l’apogée d’une eau-de-vie, il n’y a pas d’assemblage possible. C’est pour cela que nous réévaluons tous les ans notre stock en goûtant l’ensemble des eaux-de-vie » souligne R. de Gironde. Une entreprise « qui ne s’arrête jamais » et qui semblerait a priori titanesque s’il n’y avait pas la notion de lot. « Un lot peut représenter 10, 20 ou 30 barriques, correspondant à une année, un cru et une qualité. Nous ne goûtons pas chaque barrique individuellement mais une barrique de cette rime de cette manche. » Bien que pratiquant l’exercice depuis maintenant sept ans, Renaud de Gironde se considère encore en phase d’apprentissage. « Il faut pratiquement dix ans de pratique quotidienne pour commencer à maîtriser les canons de la dégustation du Cognac. C’est un métier qui requiert de l’humilité. Seriez-vous un excellent dégustateur de vin, il vous faudra repartir de zéro pour la dégustation des eaux-de-vie. Au contact de personnes plus expérimentées, vous progresserez tous les jours. Les dégustateurs chevronnés aiment partager leur savoir et vous vous enrichissez de la parole des autres même si vous exprimez votre opinion. C’est un échange permanent. » Le jeune dégustateur parle d’un métier de passion – qui sans cela ne résisterait pas à l’épreuve du temps – et d’une activité exercée sans dogmatisme. « Au départ, toutes les eaux-de-vie ont leur chance. »

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé