Forum Pulvé du 10 septembre

2 septembre 2015

Un événement important dédié à la pulvérisation viticole va se dérouler le 10 septembre prochain à Juillac-le-Coq. Le Forum Pulvé est un rendez-vous unique à ne pas manquer pour s’informer de façon objective sur les évolutions technologiques des pulvérisateurs et les moyens de mieux maîtriser la qualité de la pulvérisation. L’édition 2015 a permis de tester les performances de cinq tunnels de pulvérisation confinés ayant des principes technologiques différents. En moins de cinq ans, les ventes de tunnels de pulvérisation confinés dans la région de Cognac sont passées de 5 à 10 unités par an à une quarantaine d’équipements toutes marques confondues. Indéniablement, les viticulteurs s’intéressent à cette technologie et les constructeurs proposent désormais une gamme d’appareils plus large.

 

 

p8.jpgLe Forum Pulvé est un événement unique qui permet de tester les équipements dans un contexte parfaitement identique à celui des propriétés viticoles de la région de Cognac. Les viticulteurs de la Section viticole des groupements du Cognac et les techniciens des Chambres d’agriculture de Charente, de Charente-Maritime, de l’IFV et de la MSA des Charentes ont réussi à pérenniser une manifestation de référence au sein de laquelle les constructeurs s’impliquent. Cette année, cinq pulvérisateurs inno-vants ont été testés du 20 au 25 juillet au Domaine des Martins à Juillac-le-Coq (les Vignobles Rémy Martin), dans deux types de conduites de vignes : des vignes hautes et larges palissées et des arcures hautes à port libre. 15 techniciens et un groupe de 5 à 6 viticulteurs ont mobilisé leur énergie pour tester cette année les performances de 5 appareils réglés par les équipes des constructeurs et des concessionnaires.

Prendre en compte les spécificités du vignoble charentais

La générosité des vignes charentaises et les attentes des viticulteurs en matière de qualité de pulvérisation et de fonctionnalité des pulvérisateurs représentent un contexte idéal pour tester les équipements. L’utilisation des pulvérisateurs doit désormais satisfaire des exigences de qualité, de performances économiques et de respect de l’environnement. De par son principe, un pulvérisateur viticole est un équipement très technique qui fait beaucoup d’heures au cours d’une saison et travaille parfois dans des conditions difficiles. La détermination des bons paramètres de réglages permettant d’assurer une pulvérisation de qualité est essentielle, mais ces éléments ne sont pas toujours bien maîtrisés par les viticulteurs, les concessionnaires et les constructeurs. Lors de l’achat d’un pulvérisateur neuf, onéreux et théoriquement performant, les viticulteurs attendent un encadrement sérieux pour optimiser les performances des matériels. Or, parfois l’insuffisance de conseils et d’assistance au moment des mises en routes engendre un sentiment de mécontentement. La maîtrise de la taille des gouttelettes de pulvérisation et la capacité du flux de pulvérisation à explorer et couvrir l’ensemble de la végétation (toutes les traces de feuilles, les jeunes inflorescen-ces et ensuite l’intérieur et l’extérieur des jeunes grappes) représentent deux éléments qualitatifs incontournables et indissociables. La principale difficulté est de déterminer les paramètres de réglages optimums des équipements en tenant compte de la nature des vignobles de chaque exploitation. Le Forum Pulvé qui se déroule tous les deux ans à Juillac-le-Coq contribue à la fois à développer les connaissances sur les conditions d’utilisations des divers appareils testés et à démontrer l’importance du volet application au niveau de la mise en œuvre et du positionnement des traitements.

5 pulvérisateurs confinés testés au vignoble

L’édition Forum Pulvé 2015 a permis de tester 5 pulvérisateurs confinés (avec systèmes de récupération de bouillie) : le Bertoni Arcobaleno, le Grégoire Ecoprotect, le Lipco Clemens, le Weber tunnel et le Carraro-Spay, qui fonctionnent selon des principes différents. Lors des éditions 2013 et 2011, les tunnels Friuli, Dagnaud et Dhugues avaient été testés sur le même site et dans les mêmes vignes, ce qui permet aux organisateurs de disposer d’éléments pertinents sur l’offre commerciale actuelle de tunnels confinés. Le banc d’essais s’articule autour de trois types de tests, des mesures statiques (puissance absorbée, puissance de traction, rayon de braquage, contrôles des débits et pressions, justesse des jauges…), des tests en végétation de la qualité de pulvérisation et une analyse de la fonctionnalité des pulvérisateurs effectuée par un jury de viticul-teurs. Les tests de qualité de pulvérisation permettent de quantifier la répartition des impacts de bouillie au sein du feuillage et des grappes. Plus de 700 capteurs ont été posés et analysés pour chaque appareil et dans chaque mode de conduite pour apprécier le taux de couverture et la concentration de bouillie réellement appliquée. Le traitement de l’ensemble des données débouche sur l’obtention d’une synthèse unique de présentation des caractéristiques de fonctionnement des appareils. L’objectif prioritaire de ce travail est d’obtenir des données fiables et comparables (issues du même site), qui permettent de quantifier les paramètres qualitatifs de la pulvérisation, de cerner précisément les performances de chaque équipement et d’affiner les préconisations d’utilisation des pulvérisateurs.

Des résultats présentés le 10 septembre prochain

La synthèse de tous ces résultats sera présentée au public le 10 septembre prochain, dans le cadre d’une journée technique qui se déroulera à Juillac-le-Coq au siège de l’exploitation les Martins appartenant au Domaines Rémy Martin. La manifestation sera sans aucun doute un rendez-vous à ne pas manquer. La matinée sera consacrée à des conférences techniques sur la meilleure maîtrise de la pulvérisation. Les aspects concernant la limitation de la dérive et l’évaluation des performances des pulvérisateurs feront
l’objet de communications innovantes. Des experts de la pulvérisation, Matthieu Sabouret (Chambre d’agriculture de la Charente), Alexandre Davy (IFV), Bernadette Ruelle (IRSTEA) et Sébastien Codis (IFV), se succéderont à la tribune pour préseter des conclusions d’études récentes et apporter des conseils d’utilisations concrets. L’après-midi, les résultats détaillés des tests des cinq pulvérisateurs seront présentés au public, en présence des cons-tructeurs et des concessionnaires. Cette manifestation se clôturera par une démonstration des pulvérisateurs.

La pulvérisation, un facteur clé de la réussite des traitements
Les constats de nombreux techniciens chargés du suivi de la protection du vignoble attestent de la fréquence des accidents de protection liés à des déficiences de la pulvérisation. Une partie des dégâts occasionnés par le mildiou en 2012, 2013 et 2015 et l’oïdium en 2014 et 2015 peut être reliée à des conditions d’applications mal maîtrisées. La mauvaise utilisation d’un pulvérisateur entraîne des phénomènes de sous-dosage des produits sur la végétation qui constituent une voie d’entrée privilégiée pour les maladies si bien sûr le contexte est favorable. Les vents fréquents durant le printemps et l’été compliquent aussi la mise en œuvre des traitements. La réglementation récente interdisant les opérations de pulvérisation dès que l’intensité des vents dépasse 19 km/h représente sur le principe une bonne chose, mais cela complique l’organisation des travaux. Les contraintes liées au développement de zones habitées proches des parcelles rendent aussi délicates la mise en œuvre des traitements dans les périodes où les risques parasitaires sont élevés. La nature du cépage Ugni blanc très généreuse, propice au développement d’une végétation souvent exubérante à partir de la mi-juin est un élément à ne pas sous-estimer. Les effets structure des propriétés viticoles avec généralement deux ou trois ports de végétation différents, une dispersion des îlots de vigne et parfois des surfaces importantes à traiter dans la journée rendent aussi l’organisation des chantiers de pulvérisation plus complexes. Les exigences fortes de réduction d’utilisation des intrants phytosanitaires dans le cadre du plan Ecophyto engendrent aussi de nouvelles réflexions de raisonnement de la lutte fondées sur l’optimisation des dates de traitements et les modulations des doses. L’utilisation des pulvérisateurs viticoles devient de plus en plus technique.

8 h 30 : Accueil des participants.

9 heures – 12 heures : Conférences.

l « La prévention liée à l’utilisation des pro-
duits phytosanitaires en viticulture », film (Bruno Farthouat, MSA des Charentes).

l « Limiter la dérive à proximité des zones sensibles » (Alexandre Davy, IFV et Matthieu Sabou-
ret, CA16).

l « EvaSprayViti, une vigne artificielle pour évaluer les performances des pulvérisateurs » (Bernadette Ruelle, IRSTEA et Sébastien Codis, IFV).

12 h 30 : Déjeuner (sur réservation avant le
1er septembre 2015 : 18 e TTC).

14 heures – 15 heures : Conférence vidéo et résultats des tests de matériels de pulvérisation.

A partir de 15 heures : Démonstration des 5 systèmes de pulvérisation testés.

Contact et inscriptions : Chambre d’agri-culture de la Charente, 7 rue du Stade, 16130 Segonzac. Tél. 05 45 36 34 00.

 

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé