Forum pulvérisation 2013 : le 10 septembre à Juillac le Coq

21 août 2013

La troisième édition du Forum pulvérisation se tiendra le 10 septembre prochain sur le domaine Rémy Martin des Martins à Juillac-le-Coq. C’est un rendez-vous unique et incontournable consacré à une réflexion globale sur les technologies de pulvérisation utilisées dans le vignoble de Cognac. Les technicencs de l’IFV et des Chambres d’agriculture de Charente et Charente-Maritime présenteront les résultats des essais des 6 pulvérisateurs conduits à la mi-juillet. Un cycle de conférences permettra au public d’accéder à une diversité d’informations sur l’utilisation plus maîtrisée des équipements, les aspects environnementaux et de sécurité au niveau de la mise en œuvre des produits phytosanitaires.

 

 

p1a.jpgLa manifestation est un événement technique attendu car les attentes en matière de qualité de pulvérisation, de sécurité d’utilisation et de performances environnementales sont de plus en plus importantes. L’amélioration des performances des pulvérisateurs est une préoccupation pour beaucoup de viticulteurs et l’ensemble des acteurs techniques. Des innovations sont apparues au cours des cinq dernières années chez de petits constructeurs, qui croient dans le développement des tunnels de pulvérisation confinés avec récupération de bouillie. Les grandes marques continuent de proposer des appareils pneumatiques et à jets portés qui ressemblent à s’y méprendre aux fabrications du début des années 90. Certes, la fonctionnalité des pulvérisateurs a été améliorée avec des rampes plus modulables, des turbines plus puissantes et « gourmandes » en puissance, l’électronique embarqué mais au final ce type d’équipement bien réglé ne permet de positionner au mieux sur la végétation que 60 % du produit mis en œuvre. Les pertes importantes dans l’atmosphère et au niveau du sol représentent aujourd’hui une préoccupation vis-à-vis de l’environnement et de la santé du personnel qui travaille dans les vignes. La raison d’être du Forum de pulvérisation est multiple : créer un référentiel des performances des matériels utilisés dans le vignoble de Cognac, porter un jugement concret sur la fonctionnalité des pulvérisateurs testés, offrir la possibilité d’essayer les nouveautés dans les conditions de plein champ et nourrir la réflexion technique d’une pulvérisation plus efficace.

Une collaboration fructueuse viticulteurs-techniciens

p1b.jpgCe sont les viticulteurs de la Section Viticole des groupements du Cognac qui sont à l’origine de la manifestation. Leur souhait était tout simple : « La mise en place d’un banc d’essais adapté aux vignes de la région de Cognac pour apprécier les performances des pulvérisateurs. » Le projet a séduit les techniciens de la Chambre d’agriculture et de l’IFV, qui cherchaient à valider un protocole innovant d’appréciation de la qualité de la pulvérisation. Le Forum pulvé a vu le jour au cœur de la région de Cognac en 2009 et a pris racine depuis. C’est désormais un rendez-vous attendu car la qualité des résultats est unanimement reconnue. Les viticulteurs comme les constructeurs qui ont participé aux éditions précédentes considèrent que la démarche est très enrichissante. L’organisation de cet événement est le fruit d’une collaboration fructueuse entre le groupe de viticulteurs de la Section Viticole et les techniciens des Chambres d’agriculture de Charente et de Charente-Maritime, de l’IFV et de la MSA. Une quinzaine de personnes ont été mobilisées pendant une semaine du 15 au 19 juillet pour tester 6 pulvérisateurs.

Un protocole d’essais qui débouchent sur des résultats pertinents

p7a.jpgUn protocole d’expérimentation très complet est mis en œuvre selon la méthode développée par l’IFV. Alexandre Davy, l’ingénieur de l’IFV, pilote le déroulement des tests de qualité de pulvérisation avec le concours de plusieurs techniciens viticoles des deux Chambres d’agriculture. Des capteurs spécifiques sont posés sur le feuillage à plusieurs niveaux de hauteur, sur les deux faces et à l’intérieur des rangs. D’autres pièges spécifiques représentent des baies superposées sont installés au niveau des grappes. Les appareils passent dans les rangs et pulvérisent une bouillie contenant un colorant spécifique. Les capteurs sont ensuite enlevés et les dépôts de bouillie sont analysés dans les laboratoires de l’IFV. Les tests ont été effectués dans deux types de conduites : une vigne haute et palissée, et une arcure haute à port libre. La mise en œuvre de ces tests (plus d’une demi-journée par appareil) est lourde et coûteuse, mais les résultats font réellement progresser les connaissances. Cette année, de nouvelles mesures de pertes de bouillie au sol ont été conduites. Les techniciens en machinisme, Matthieu Sabouret, de la Chambre d’agriculture de Charente, et Joël Deborde, de la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime, ont aussi réalisé des contrôles de fonctionnement en statique et à la vigne, de débits des buses, de vitesse d’avancement, de puissance absorbée, de mesures de débits hydrauliques, de rayons de braquage, de consommation de gas-oil… Enfin, trois viticulteurs de la Section Viticole, Jean-Pierre fillioux, Yves Maisonneuve et Mathieu Nadaud et deux techniciens de la MSA ont regardé de près les équipements pour porter un jugement sur les aspects pratiques et de sécurité.

Un pôle d’information complet sur la qualité de la pulvérisation

p7b.gifp7c.jpgCette année, six pulvérisateurs ont été testés : un Weber à flux tangentiel équipé d’une rampe deux rangs en face par face ; un pneumatique Grégoire Speedflow 6 faces avec des pendillards souples ; un tunnel de pulvérisation confiné Dhugues Koléos 2 rangs complets (avec récupération de bouillie) : le pulvérisateur Tecnoma Precijet face par face ; un pneumatique KWH turbo 3 6 faces de rangs ; et un KWH turbo 3 6 faces équipé d’un module électrostatique. Les résultats de l’essai seront présentés lors de la journée du 10 septembre. La manifestation sera véritablement un pôle d’information complet avec le matin des conférences sous forme d’ateliers tournants où seront abordés différents aspects, les moyens d’évaluation de la qualité de la pulvérisation, l’adaptation des débits aux différents volumes de végétations, les aspects réglementaires, les aspects de sécurité lors du travail et vis-à-vis de la santé et une présentation d’un retour d’expérience du réseau Fermes Ecophyto. En début d’après-midi, une conférence sera consacrée à une présentation détaillée ds résultats des matériels testés en 2013 (comparée aux performances des équipements testés lors des deux éditions précédentes) par les techniciens de l’IFV et des Chambres d’agriculture. La journée se terminera par une démonstration des six pulvérisateurs.

Programme
9 h :
Accueil des participants.
9 h 30 – 10 h 30 :
Ateliers techniques (par groupe) :
• Tour d’horizon des différents moyens pour évaluer la qualité de pulvérisation (IFV).
• Calibrer son débit de pulvérisation en fonction des niveaux de végétation (CA16) .
• Réglementation liée à la pulvérisation des produits phytosanitaires (CA16/CA17).
• Intégrer les conditions de travail dans l’aménagement des zones phytosanitaires (MSA 16).
• Santé de l’utilisateur de produits phytosanitaires (MSA 16).
• Réseau Fermes Ecophyto : retour sur trois années d’expérience (CA16/Domaines Rémy Martin).
10 h 30 – 12 h 30 :
Ateliers partenaires.
12 h 30 :
Déjeuner (18 e, sur inscription auprès de la Chambre d’agriculture de la Charente – 7 rue du Stade, 16130 Segonzac).
14 h – 15 h :
Conférence – Résultat des tests de matériels de pulvérisation.
A partir de 15 h :
Démonstration des 6 systèmes de pulvérisation testés.

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé