Forum Des Idées : Une Sélection De Conférences

21 mars 2009

forum1_opt.jpegViticulture

Maladies du bois : le point sur les connaissances et les moyens de lutte.

Organisateurs : Revue Le Paysan Vigneron et la Station Viticole du BNIC.

Mardi 2 décembre de 15 h à 17 h (Hall 3 – Salle 301)

Première partie : le point sur les connaissances.

– Rappel sur les travaux de recherche en cours et les acquis scientifiques.
Intervenants : Philippe Larignon (IFV France), Christophe Valtaud (Station Viticole du BNIC).

Deuxième partie : la nuisibilité des maladies du bois et leur incidence sur la productivité.

– Les résultats de l’Observatoire national et régional.
– La nuisibilité des maladies du bois dans le vignoble de Cognac.
Intervenants : Patrice Rétaud (SRPV de Cognac), Vincent Dumot (Station Viticole du BNIC).

Troisième partie : les moyens pour maintenir la productivité des parcelles.

– Incidence du vieux bois dans les parcelles et de l’environnement des parcelles.
– Présentation d’essais de plants traités préventivement (plants traités à l’eau chaude, plants traités avec des Trichoderma).
– Présentation d’un essai de plusieurs modes d’établissement de jeunes plantations avec et sans plaies de taille.
– Effet du mode de conduite (cordons et vignes palissées traditionnelles).
– Entretenir et rénover le capital de souches des parcelles : le point sur le recépage ; la mise en œuvre de l’entreplantation (l’organisation, le coût, la réussite) ; présentation des résultats du test de trois matériels d’entreplantation.
Intervenants : Michel Girard (Chambre d’agriculture de Charente-Maritime), Yoann Lefèvbre (Chambre d’agriculture de Charente), Vincent Dumot (Station Viticole du BNIC), Laurent Duquesne (Chambre d’agriculture de Charente).

Quatrième partie : débat avec le public.

Réchauffement climatique et maturité du raisin.

Pilote : Cédric Saucier, faculté d’œnologie de Bordeaux.

Mardi 2 décembre de 10 h à 12 h (Hall 1 – Amphi)

Intervenants : Marie Catherine Dufour (Chambre d’agriculture de la Gironde), Kees Van Leuween, Bernard Seguin (INRA Avignon), Emmanuel Le Roy Ladurie, Laurence Geny (faculté d’œnologie de Bordeaux, Bernard Donèche (faculté d’œnologie de Bordeaux), Cédric Saucier (faculté d’œnologie de Bordeaux).

 Résumé des thèmes abordés :

– Amélioration de la sélection clonale des cépages précoces bordelais en prévision du réchauffement climatique.
– Changements récents dans la phénologie de la vigne. Conséquences sur le choix du matériel végétal et les pratiques viticoles.
– Réchauffement climatique et viticulture.
– Les deux années de vendanges les plus tardives de l’histoire, du XVe au XXIe siècle.
– Paramètres climatiques et dynamique de la maturation du raisin : l’exemple bordelais.
– Maturité phénolique en fonction des millésimes et du climat.

 
Travail du sol et fumure de la vigne : Quel est le vrai du faux ? Comment faire son choix ?

Pilote : Vignerons de Buzet – M. Araguas.

Jeudi 4 décembre de 10 h à 12 h (Hall 3 – Salle 301)

Intervenant : M. Araguas.

Résumé des thèmes abordés :

– Fertilisation de la vigne ou entretien du sol.
– Les bonnes questions : quel est l’objectif de l’intervention ?
– Que faire avec quel produit ou quel outil ? A quelle dose ? Quand ? Comment ?
– Les aides à la décision : les observations, l’historique, les analyses.
Méthode Hérody, notion de terroir, travail du sol, gestion organique, chaulage, engrais minéraux, les actions de groupe, les essais internes, les approvisionnements locaux.

 
Enquête pratiques culturales 2006 en viticulture : point 0 du Grenelle de l’environnement ?

Pilote : VINIFLHOR – Françoise Brugière.

Mercredi 3 décembre de 15 h à 17 h (Hall 3 – Salle 301)

Intervenants : VINIFLHOR, ITV, INRA.

Résumé des thèmes abordés :
– Etats des lieux des pratiques culturales en viticulture.
– Influence du mode de vinification et de commercialisation, de la valorisation des produits, des types de vins produits.
– Analyse au regard des cahiers des charges de pratiques raisonnées et intégrées.

 

Les sarments : une ressource valorisable par restitution au sol.

Pilote : Maxime Christen (Chambre d’agriculture de la Gironde).

Mardi 2 décembre de 15 h à 17 h (Hall 2 – Salle 221)

Animateur : Pascal Guilbault.

Intervenants : M. Christen (expert fertilisation et sols – Ch A. de la Gironde), Pénéloppe Godefroy (Château Latour), société Souslikoff.

Résumé des thèmes abordés :

– La restitution au sol des sarments constitue un moyen efficace pour entretenir l’état humique et minéral des sols, en compensant en partie les pertes d’humus par minéralisation et les exportations de la vigne.
– Dans cette optique, le broyage des sarments apparaît comme la pratique la plus simple et la plus économique. Le compostage, bien que plus lourd à mettre en œuvre, semble pouvoir s’inscrire au sein d’une démarche environnementale intégrée, permettant de valoriser en outre d’autres déchets verts et d’assurer tout ou partie du traitement des effluents viti-vinicoles. Le château Latour témoigne de sa pratique, la société Souslikoff parle du matériel qu’elle a développé et la Chambre d’agriculture apporte l’avis d’expert et le suivi analytique observé depuis plusieurs années.

 

forum2_opt.jpegValorisation des sarments en bois-énergie.

Pilote : Chambre d’agriculture de la Gironde, Jean-Michel Maron.

Jeudi 4 décembre de 11 h à 12 h (Hall 1 – Forum 1)

Animateur : Jean-Michel Maron.

Intervenants : Jean-Michel Maron (expert génie œnologique, Chambre d’agriculture de la Gironde), Philippe Carille (Château Poupille).

Résumé des thèmes abordés :

Avant même l’issue du Grenelle de l’environnement, des exploitations soucieuses de l’environnement se sont penchées sur des solutions à mettre en œuvre pour atteindre une plus grande autonomie énergétique. Ainsi, le Château Poupille dont l’initiative permet de valoriser les sarments issus de la taille en bois-énergie, initiative accompagnée et présentée par la Chambre d’agriculture de la Gironde. Les atouts de cette pratique : elle évite le gaspillage en cas de brûlage en bout de rang, elle répond à la problématique des maladies du bois, et enfin elle entre dans le cadre d’une stratégie cohérente vis-à-vis de l’environnement permettant en outre d’atteindre des marchés sensibles à ce type d’actions dans le monde entier.

 

Valoriser les sous-produits de l’exploitation viticole.

Pilote : Vignerons Indépendants de France.

Mercredi 3 décembre de 15 h à 17 h (Hall 2 – Salle 223)

Animateur : Christophe Chevré.

Intervenants : Marie-Laurence Havard (Anfovi), Sébastien Kerner (Institut français de la vigne et du vin), Pascal Guilbault (Chambre d’agriculture de Gironde).

Résumé des thèmes abordés :

– Une valorisation des marcs, lies, terres de filtration et effluents vinicoles est-elle possible ? L’exploitation viticole est de plus en plus à la recherche de solutions efficaces et abordables permettant une meilleure valorisation des « déchets » et des sous-produits de l’activité vinicole.
– Quelles sont les solutions envisageables au chai : les résidus obtenus lors de la production de raisin sont riches en composés bio actifs. Mais est-ce réellement valorisable ? Comment le compostage des terres de filtration est-il ? La valorisation des effluents vinicoles est-elle possible ?

 

Télédétection : de nouvelles applications pour la viticulture.

Pilote : Jacques Rousseau (ICV).

Jeudi 4 décembre de 10 h à 12 h (Hall 3 – Salle 302)

Intervenants : Hervé Poilve (INFOTERRA France), Jacques Rousseau (Institut coopératif du vin), Vincent de Rudnicki (CEMAGREF, SUPAGRO – Montpellier), Jérôme Collas (Vignerons du Mont Tauch – Tuchan).

 Résumé des thèmes abordés :

L’emploi de capteurs infra rouges embarqués soit sur avion soit sur satellites permet d’établir des cartes de végétation et de cartographier la variabilité intra parcellaire des vignobles. Il est ainsi possible de définir précisément des zones homogènes et d’ajuster les apports d’engrais, d’organiser les contrôles de maturité et les vendanges. Des travaux récents montrent qu’il est également possible d’organiser les sélections parcellaires à partir du degré d’hétérogénéité de chaque parcelle. Les premiers tests à l’échelle d’une cave coopérative ont donné des résultats très intéressants. La conférence permettra de faire le point sur l’état des travaux dans le monde, le lien entre indices de végétation et caractéristiques fines de la vigne, et les nouveaux services récemment développés en France.

 

Aménager votre zone phyto : un enjeu pour allier sécurité et performance.

Pilote : MSA 33.

Mercredi 3 décembre de 10 h à 12 h (Hall 3 – Salle 302)

Résumé des thèmes abordés :

– Vous êtes confrontés aux exigences réglementaires concernant l’aménagement de la zone phytosanitaire : comment profiter de ces obligations pour améliorer vos conditions de travail, celles de vos salariés, tout en développant la performance de votre exploitation ? Vous avez des questions, des interrogations sur l’aménagement de votre zone phyto. A travers quatre situations de travaux définies : stockage des produits, préparation de la bouillie, remplissage et nettoyage du pulvérisateur, des viticulteurs témoigneront sur leurs pratiques, leurs réalisations concrètes et surtout les bénéfices qu’ils y ont trouvés pour leurs exploitations. Une zone phyto bien aménagée vous permettra d’être en conformité avec la réglementation et surtout d’optimiser qualité, productivité et sécurité.

 

Œnologie

Evaluation de la typicité des vins Approche sensorielle.

Pilotes : B. Chatelet (Sicarex Beaujolais), Y. Lefur (ENESAD Dijon).

Jeudi 4 décembre de 10 h à 12 h (Hall 2 – Salle 211)

Animateur : Yves Lefur (ENESAD Dijon).

Intervenants : Catherine Martin-Poly (INAO), Pascale Deneulinn (EI Changins Suisse), Julien Jaffre (ENESAD Dijon).

Résumé des thèmes abordés :

Une mise au point sur les notions complexes de typicité et de terroir, souvent mise en avant dans la définition des vins, est proposée. Une méthode d’évaluation de la typicité liée au terroir d’un point de vue sensoriel est décrite et testée sur différentes catégories de vins (vin de cépage, vin AOC…) afin de mieux connaître leur espace sensoriel.

 

Contaminants et toxines du raisin et du vin.

Pilote : Pr Pierre-Louis Teissèdre (faculté d’œnologie de Bordeaux).

Jeudi 4 décembre de 15 h à 17 h (Hall 2 – Salle 221)

Animateurs : Pr Pierre-Louis Teissèdre, Dr Jean-Claude Ruf.

Intervenants : Dr J.-C. Ruf (OIV), Dr B. Medina (DGCCRF France), Dr P. Lucas (faculté d’œnologie de Bordeaux), Dr R. Wittkowski (Federal Institute for risk assessment – Allemagne), Pr P.- L. Teissèdre (faculté d’œnologie de Bordeaux).

Résumé des thèmes abordés :

Problématique des contaminants du vin et position de l’OIV, aspects réglementaires, contaminants liés aux matériaux, contaminants d’origine microbienne dans les vins, cas des amines biogènes, problématique des résidus phytosanitaires dans les produits vitivinicoles. Les possibilités de traitements œnologiques en vue de réduire les contaminants des vins.

 

Nouveaux outils de détection et de prévention des défauts.

Pilote : Véronique Raffestin (Chambre d’agriculture de la Gironde).

Mardi 2 décembre de 16 h à 17 h (Hall 1 – Forum 2)

Animateur : Véronique Raffestin (Chambre d’agriculture de la Gironde).

Intervenants : Véronique Raffestin (responsable laboratoire – CA 33), Cécile Bertrand-Motard- (responsable analyses fines – CA33), Joana Coulon (Microflora).

Résumé des thèmes abordés :

La compréhension et la description des facteurs qui participent à la qualité finale d’un vin est extrêmement complexe. Les professionnels de la filière vitivinicole disposent d’un certain nombre de méthodes analytiques performantes pour l’analyse de routine des moûts et des vins. Face aux exigences des consommateurs concernant la qualité, la connaissance des produits et les garanties en terme de sécurité alimentaire, il est nécessaire aujourd’hui de faire appel à des outils plus sensibles et plus performants permettant d’évaluer la qualité d’un vin au travers de ses caractéristiques physico-chimiques et microbiologiques. Ces nouvelles techniques permettent de détecter dans les vins d’infimes traces de molécules ou de microorganismes à l’origine des principaux défauts courants. Elles sont utilisables autant pour la caractérisation des vins que les contrôles qualité (prévention ou constat d’altérations).

 

Maîtrise de l’oxygène dans les vins.

Pilote : Inter Rhône.

Mercredi 3 décembre de 10 h à 12 h (Hall 2 – Salle 222).

Animateur : Sophie Vialis.

Intervenants : Hélène Foulcrand (INRA Montpellier), Sophie Vialis (Inter Rhône), Stéphane Vidal (Nomacork).

Résumé des thèmes abordés :

Mal maîtrisés, les apports d’oxygène impactent fortement la qualité des vins et peuvent compromettre la satisfaction des consommateurs. A chaque étape de la vie d’un vin, ces apports varient en fonction des conditions et des pratiques mises en œuvre, et ce, jusqu’au choix de matières sèches qui peut influencer la conservation des vins.

 

Stabilisation tartrique des vins.

Pilote : Philippe Cottereau (IFV).

Mardi 2 décembre de 10 h à 12 h (Hall 2 – Salle 221)

Animateur : Philippe Cottereau (IFV).

Intervenants : Philippe Cottereau (IFV), Virginie Moine (société Laffort), Yannick Le Gratiet (société Eurodia).

Résumé des thèmes abordés :

Après un rappel des différents principes des méthodes utilisables pour éviter la précipitation tartrique des vins, trois méthodes seront plus particulièrement décrites :
– l’utilisation de gomme de cellulose ou Carboxyméthylcellulose (CMC) produit non encore autorisé sur vin ;
– l’utilisation des mannoprotéines ;
– l’électrodialyse.

 

Microfiltration tangentielle : intérêts et perspectives.

Pilote : Jean-Michel Desseigne (IVF).

Mercredi 3 décembre de 15 h à 17 h (Hall 2 – Salle 211)

Animateur : Jean-Michel Desseigne (IVF).

Intervenants : Aude Vernhet (professeur Supagro), Sophie Vialis (Inter Rhône), Jean-Michel Desseigne (IVF).

Résumé des thèmes abordés :

– La microfiltration tangentielle permet en une seule opération d’assurer la clarification et la stabilisation microbiologique des moûts et des vin. Les matériels ont fait l’objet d’évolutions techniques très significatives ces dernières années et cette technologie présente désormais de nombreux atouts par rapport aux procédés plus classiques de clarification.
– La présentation commencera par un exposé des dernières avancées scientifiques et techniques. Il sera ensuite présenté une synthèse d’essais réalisés dans plusieurs régions viticoles et sur des filtres de différentes marques.
– Enfin, des résultats précis d’études économiques seront exposés.

 

Bilan énergétique des chais.

Pilotes : Chambre d’agriculture de la Gironde (service vigne et vin), société Ingevin.

Mardi 2 décembre de 15 h à 17 h (Hall 2 – Salle 211)

Animateur : Jean-Michel Maron.

Intervenants : Jean-Michel Maron (expert génie œnologique et équipements de chai), Roland Tournier (société Ingevin).

Résumé des thèmes abordés :

– Faire le diagnostic énergétique de son chai.
– Intégrer les économies d’eau et d’énergie dans la conception de chai.
Les démarches de développement durable sont au cœur des débats tout comme l’augmentation de la rentabilité. Réduire sa consommation d’énergie est un moyen important pour répondre à ses deux préoccupations. Par souci de cohérence et d’efficacité, il est nécessaire dans un premier temps de réaliser un diagnostic ou bilan énergétique et de consommation en eau de son chai. Ainsi pourront être localisés les gisements d’économies d’eau et d’énergie. Exemple du logiciel développé dans le cadre du programme européen Amethyst, basé sur un système d’analyses comparatives, adapté par la Chambre d’agriculture de la Gironde du logiciel américain « Best Winery ». Des exemples de conception de chai intégrant les économies d’eau et d’énergie.

 

forum3_opt.jpegEconomie Et Marchés

Comment dégager du revenu sur mon exploitation.

Pilote : Nelly Cardinel (Chambre d’agriculture de la Gironde).

Mercredi 3 décembre de 11 h à 12 h (Hall 1 – Forum 1)

Animateur : Philippe Abadi (chef du service du développement).

Intervenants : Nelly Cardinel, 2 viticulteurs témoins.

Résumé des thèmes abordés :

L’objectif de tout chef d’entreprise est de dégager du résultat. Cela implique de connaître le coût de revient de ses produits, pour déterminer le prix de vente qui va couvrir les charges et dégager un revenu. Pour cela, des outils et des méthodes de calcul des coûts existent. Ils constituent des indicateurs fiables pour juger la performance de son organisation, de son travail, de ses produits, de son exploitation. Ils facilitent la prise de décision, du vignoble à la stratégie commerciale de l’entreprise. Des viticulteurs témoigneront de leur expérience en la matière.

 

La transmission de l’exploitation viticole.

Pilote : Jurisvin.

Mercredi 3 décembre de 10 h à 12 h (Hall 2 – Salle 221)

Président de la séance : Philippe Laveix.

Intervenants : Philippe Laveix (notaire à Sauveterre-de-Guyenne), François Vien-Graciet (notaire à Libourne).

Résumé des thèmes abordés :

– La transmission du patrimoine professionnel.
– La transmission du patrimoine foncier.

 

 

Améliorer ses ventes, améliorer sa rentabilité : comment faire ?

Pilote : Philippe Abadie (chef du service développement, Chambre d’agriculture de la Gironde).

Mardi 2 décembre de 11 h à 12 h (Hall 1 – Forum 1)

Intervenants : Régis Lacoste, des viticulteurs témoins.

Résumé des thèmes abordés :

– La Gironde compte 9 800 viticulteurs. 9 800 viticulteurs, cela représente 6 millions d’hectolitres de vin soit 800 millions de bouteilles à vendre.
– Comment faire quand on ne dispose pas des outils commerciaux, de personne formée à la vente sur son exploitation ?
– Comment faire quand la concurrence devient plus offensive et que de nouveaux produits font leur apparition sur les marchés ?
– Comment mettre en évidence les points forts et les faiblesses de l’organisation commerciale d’une exploitation ?
– Comment relancer une dynamique en fonction des capacités de l’exploitation et des objectifs du viticulteur ?
– Comment faire émerger un ou plusieurs projets commerciaux et les mettre en place ?

 

La consommation de vin en France : image des vins et comportements des acheteurs en rayon.

Pilote : Brice Eymard (Inter Rhône).

Mardi 2 décembre de 10 h à 12 h (Hall 2 – Salle 223)

Intervenants : (à confirmer) Brice Eymard, Dominique Toillon, Jérôme Villaret.

Résumé des thèmes abordés :

– En 2007, Inter Rhône a commandité deux études sur le marché français : l’image des vins auprès des consommateurs (BVA) et le comportement des consommateurs en rayon (Cegma Topo).
– Ces études apportent un éclairage intéressant sur l’impact des derniers changements de consommation : la différence de comportement entre les occasionnels et les réguliers, les perceptions étonnantes entre AOC et vins de pays, la consommation de BIB…

 

Les vins français sur le marché mondial.

Pilotes : Hervé Henrotte (UBIFRANCE), Christophe Chateau (Union des Côtes de Bordeaux).

Mardi 2 décembre de 15 h à 17 h (Hall 2 – Salle 223)

Intervenants : Hervé Henrotte (UBIFRANCE), Christophe Chateau (Union des Côtes de Bordeaux).

Résumé des thèmes abordés :

– Comment mieux positionner l’offre française.
– « Sommes-nous prêts ? »
– La conjoncture mondiale et ses évolutions ; les performances françaises en 2008, le positionnement des vins français, un exemple de repositionnement : une nouvelle dynamique pour les Côtes de Bordeaux.
– Problèmes de lisibilité de nos vins sur les marchés de grand export, ayant entraîné la réforme de nos appellations.

 

Oenotourisme : accueillir à la propriété : oui mais comment ?

Pilote : Alain Monget (Chambre d’agriculture de la Gironde – service communication & tourisme rural).

Jeudi 4 décembre de 15 h à 17 h (Hall 2 – Salle 223)

Intervenants : un représentant du Comité départemental du Tourisme, un viticulteur engagé dans la démarche « Vignobles & Chais en Bordelais ».

Résumé des thèmes abordés :

– Pourquoi ouvrir son exploitation au public : les objectifs ?
– Les différentes formes d’accueil : vente directe, restauration, hébergement, loisirs.
– Promotion : l’intérêt d’être dans un réseau : marques et labels. Présentation de la démarche Vignobles & Chais en Bordelais.

A lire aussi

L’appel à l’aide de l’US Cognac Rugby

L’appel à l’aide de l’US Cognac Rugby

C'est un constat qui a fait le tour des médias, sportifs ou non: l'US Cognac va très mal. Malgré les efforts de Jean-Charles Vicard pour tenter de redresser la barre, le club se retrouve dans une difficile situation financière.  La direction a de fait décidé d'envoyer...

error: Ce contenu est protégé