festi’classique en pays de Cognac – saison 2017

29 juin 2017

Cinquième édition pour ce festival créé en 2013 par deux amoureux de la musique classique et découvreurs de jeunes talents, Anne-Marie Molinié, Jacques Baclet. La saison 2017, du 27 août au 14 septembre, s’annonce comme toujours éclectique, exigeante, réjouissante.

On ne change pas une formule gagnante. Festi’Classique a fait des concerts dans les distilleries, les maisons de Cognac voire les demeures privées sa marque originale (et originelle), en Charentes en tout cas. Ces concerts intimistes – même si, dans certains cas, les jauges peuvent atteindre les 200 personnes – confèrent une coloration à nulle autre pareille. Proximité du public avec les artistes, des artistes avec le public.

Cette saison, sont programmés six rendez-vous, du 27 août au 14 septembre. On y retrouve les fidèles – Meukow, Fillioux, Hine, Pautier, Courvoisier – avec un absent, ABK6 pour des raisons de manque de disponibilité et une arrivée, la maison Hardy. Bénédicte Hardy avoue avoir eu « un petit coup de foudre pour Anne-Marie et Jacques ». « Je voyage beaucoup. Cette année, j’étais là en août et je me suis dit que nous pourrions faire quelque chose ensemble. Le concept me tentait ». Le 30 août, la maison Hardy accueille dans sa jolie cour pavée, rue basse de Crouin à Cognac, l’ensemble baroque Artemis. En costumes « copie d’époque », la formation, composée de professeurs de conservatoires passionnées de musique baroque, interprétera des « Ensaladas », des mélanges de divers compositeurs anglais, français, espagnols, italiens.

A la maison Meukow, trois jours plus tôt, se seront produites deux sœurs violonistes, Déborah et Sarah Nemtanu. Victoires de la musique il y a quelques années, elles interpréteront des œuvres du XVII ème au XIX ème siècles (Vivaldi , Paganini, Bach…). A l’oreille des organisateurs, elles ont promis une surprise : peut-être la présence de leur père Vladimir. Violoniste né à Bucarest, il fut premier violon de l’orchestre national de Bordeaux.

 

La maison Jean Fillioux fait partie de ces pépites du Cognac. Chaque année Monique et Pascal ouvrent leur intérieur pour offrir le seul concert de salon de la manifestation. « Nous enlevons les tapis, poussons les meubles, raconte en souriant Monique Fillioux qui remet en toute confiance le piano de la famille, un Erard 1925,  aux mains experte d’un instrumentiste. Cette année, le concertiste sera Hervé N’Kaoua, le directeur artistique du festival pour un récital romantique (Schubert, Brahms, Tchaïkovski, Schumann).

Chez Hine, ce sont deux jeunes musiciennes « pêchues » qui vont faire résonner leur duo  Fantasia mêlant harpe et flûte. La jeune flûtiste Ludivine Moreau fut l’élève de Julien Beaudiment qui donna un beau concert l’an dernier chez ABK6.

Guitares, luth, voix…tel est l’ensemble qui se produira à la distillerie Pautier. Cécile Cardinot a 29 ans, elle est guitariste et chanteuse. Olivier Bensa est un peu plus vieux (il frôle les 70 ans) mais les deux manifestent une belle osmose dans un programme qui va de la Renaissance à l’époque romantique.

 

La maison Courvoisier clôturera ce cycle musical avec un concert intitulé « Un baryton chez Mozart ». Le baryton s’appelle Benjamin Mayenobe et Mozart restera pour toujours cet époustouflant jeune homme qui, entre 1770 et 1791, renversa la table. Etienne Kippelen, musicologue, livrera quelques anecdotes sur la vie du compositeur prodige au cours du concert.

 

« Nous sommes bénévoles et nous tenons à le rester. Cela confère une totale indépendance » ont dit, de concert, Anne-Marie Molinié  et Jacques Baclet. « Bénévoles mais pas masochistes » ont-ils ajouté en riant. Leur festival vit de la billetterie et du mécénat (autrement dit des maisons qui accueillent le festival ainsi que du soutien de certains prestataires). Initiative cette année ! Le festival vient de lancer une campagne de souscription, sorte de financement participatif ou de « crowfunding ». Toute souscription de 100 € (défiscalisée) permet de bénéficier d’une entrée gratuite.   Par ailleurs un nouveau mécène fait son apparition cette saison, la maison Martell qui, pour l’instant, n’a pas programmé de concert dans ses murs. Ce n’est pourtant pas faute d’artistes. « Nous sommes très sollicités par les musiciens » témoigne le couple. « Nous pourrions organiser trois fois plus de concerts ». Au moins les concerts « off » se développent-ils. Ainsi, après d’autres collectivités territoriales, Grand Cognac vient-il de solliciter le festival pour organiser des soirées classiques.

 

 

                                        Festi’Classique 2017 :  La programmation

 

27 août – 17 h 30  Maison Meukow (Cognac) : Duo de violons

30 août – 20 h 30Maison Hardy (Cognac) : « Musique au jardin »

05 septembre – 19 h 30Maison Jean Fillioux (Juillac-le-Coq) : Récital de piano romantique

07 septembre – 20 h 30Maison Hine (Jarnac) : Duo « Fantasia » – Harpe / Flûte traversière

12 septembre – 20 h 30Distillerie Pautier (Bourg-Charente) : Duo Bensa-Cardinot – Luth / Guitare

14 septembre – 20 h 30Maison Courvoisier (Jarnac) : « Un baryton chez Mozart »

Billet concert : 25 €

Réservation – www.festi-classique.com

     

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé