Énergies renouvelables : où en est-on en France ?

20 janvier 2023

C’est fait. Le projet de loi relatif à l’accélération de la production d’énergies renouvelables a été adopté à l’Assemblée nationale, le 10 janvier dernier. Le texte de loi a reçu 286 voix pour et 238 voix
contre. Si les uns sont assez satisfaits de cette loi, les autres la trouvent « insuffisante » et « manquant d’ambition ». Mais que prévoit concrètement ce projet de loi ? Il veut, d’une part, allégerles procédures administratives, installer des panneaux solaires en bord d’autoroute et sur les parkings, développer massivement l’éolien en mer, et, d’autre part, mettre en place un observatoire et un médiateur dédiés à ces énergies.

Enfin, il souhaite développer « l’agrivoltaïsme » dans les exploitations agricoles. Pour la France, qui s’est longtemps reposée sur la capacité de son parc nucléaire, l’objectif est de rattraper son retard sur ces énergies, notamment par rapport à des pays dans l’Union européenne qui sont en avance, l’Allemagne entre autres, mais pas seulement. La France s’était fixée comme objectif d’atteindre, en 2020, 23 % de la part des énergies renouvelables, alors que celle-ci ne représente que 19,3 % en 2022, soit un écart de près de 4 points ! Alors, pour combler ce retard et donner un coup d’accélérateur, Emmanuel Macron veut mettre les bouchées doubles : multiplier par 10 la capacité de production d’énergie solaire pour dépasser les 100 GW (gigawatt) et déployer 50 parcs éoliens en mer pour atteindre 40 GW.
Cet objectif très ambitieux sera-t-il atteint ? Rien n’est moins sûr, car il faut en moyenne 5 ans de procédures administratives pour construire un parc solaire, 7 ans pour un parc éolien et 10 ans pour un parc éolien en mer. C’est la raison pour laquelle le texte de loi prévoit aussi « des adaptations temporaires aux procédures administratives pour simplifier et accélérer la réalisation des projets ». Pour ce qui est « de combiner les exploitations agricoles et la production d’électricité », le texte de loi souhaite associer « l’agrivoltaïsme » à des projets de panneaux solaires montés sur pieds, afin de permettre des mises en culture et le passage des animaux. L’activité agricole doit rester « l’activité principale » et les installations photovoltaïques « réversibles », précise le texte de loi.

Accélération de la croissance mondiale

La crise mondiale de l’énergie entraîne le déploiement de projets et d’installations. « Au cours des cinq prochaines années, le monde devra déployer autant d’énergie renouvelable qu’il a pu le faire au cours des vingt dernières années », selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). La guerre en Ukraine et les préoccupations importantes qu’elle engendre ont incité les pays à se tourner « de plus en plus vers des énergies renouvelables » afin de réduire la dépendance aux combustibles fossiles importés, dont les prix ont explosé.

Le rapport Renewables 2022, réalisé par l’AIE, révèle que ces énergies devraient représenter « plus de 90 % de l’expansion mondiale de l’électricité au cours des cinq prochaines années, dépassant le charbon, pour devenir la plus grande source d’électricité mondiale d’ici le début de 2025 ». « C’est un exemple clair de la façon dont la crise énergétique actuelle peut être un tournant historique vers un système énergétique plus propre et plus sûr. »
Au-delà de l’Europe, la révision à la hausse de la croissance de l’énergie renouvelable pour les cinq prochaines années est également tirée par la Chine, les États-Unis et l’Inde, qui mettent en oeuvre des politiques et introduisent des réformes réglementaires et de marché plus rapidement que prévu pour lutter contre la crise énergétique. À la suite de son récent 14e plan quinquennal, la Chine devrait représenter près de la moitié des nouveaux ajouts mondiaux de capacité de ce type d’énergie au cours de la période 2022-2027. « La capacité solaire photovoltaïque mondiale devrait presque tripler au cours de la période 2022-2027, dépassant le charbon, et devenant la plus grande source de capacité énergétique au monde. » Le rapport Renewables 2022 indique aussi que « la capacité éolienne mondiale a presque doublé au cours de la période de prévision, les projets offshore représentant un cinquième de la croissance. »

Les bons voeux de la rédaction pour 2023 à tous ses lecteurs

La campagne de distillation n’est pas à son terme – les problématiques sur les approvisionnements en gaz n’étant a priori plus à l’ordre du jour – que tous se plongent déjà dans la prochaine campagne, dans un contexte faisant pourtant la part belle aux incertitudes.
L’agriculture à la croisée des chemins de tous les enjeux, de toutes les contradictions, où la vérité d’un jour n’est plus celle du lendemain. Contexte géopolitique, inflation à tous les niveaux, enjeux environnementaux, adaptation au changement climatique, problématiques de main-d’oeuvre… sortent en tête des « petits » sujets à brasser par les filières du territoire qui restent néanmoins confiantes en l’avenir.
Et comme « à nouvel an, nouvel élan », toute l’équipe du Paysan Vigneron souhaite à ses lecteurs et à tous ses partenaires une excellente année 2023.

A lire aussi

Le fascinant cadre légal de l’alcool au Japon

Le fascinant cadre légal de l’alcool au Japon

Naviguant dans le monde des spiritueux, il est normal d'être au fait des lois et réglementations concernant l'alcool qui régissent notre marché, mais aussi notre vie. Que ce soit sa production, sa vente ou sa consommation, un cadre légal strict entoure ce marché.  Par...

Prix, approvisionnements, sobriété : Le point sur le gaz

Prix, approvisionnements, sobriété : Le point sur le gaz

A l'issue d'une année difficile en terme énergétique, GRDF fait le point sur la situation. Les fortes tensions énergétiques sont sources d’inquiétude chez les particuliers, les collectivités mais aussi les entreprises et industriels. Les appels à la sobriété se...

Vins et spiritueux : la bouteille consignée, solution de demain ?

Vins et spiritueux : la bouteille consignée, solution de demain ?

Face à la sécheresse sans précédent enregistrée cet été, de nombreuses consciences se sont éveillées sur l'utilisation de l'eau en France, et les solutions pour la réduire. Le secteur des vins et spiritueux est un très gros consommateur de ce précieux liquide; selon...

error: Ce contenu est protégé