Emballages Vides De Produits Fertilisants : Enfin Une Solution De Recyclage

23 mars 2009

Trois collectes d’Emballages Vides de Produits Phytosanitaires (EVPP) sont programmées cette année en Gironde : du 25 au 28 mai, du 6 au 10 juillet et du 31 août au 4 septembre. emballage_vide_opt.jpegLe principe est simple : l’agriculteur porte ses emballages dans l’un des 60 sites du département qui participent à cette opération. Les emballages (boîtes et sacs en papier, carton ou plastique…) sont ensuite transportés, incinérés ou recyclés.

Pour la collecte de mai, les Emballages Vides de Produits Fertilisants (EVPP), à savoir les big bags et les sacs d’engrais, seront également repris. Les agriculteurs sont donc invités à les stocker sur leur exploitation d’ici cette date. Attention cependant, des conditions spécifiques s’appliquent pour ces emballages, disponibles auprès des distributeurs, de la Chambre d’agriculture ou d’ADIVALOR (Agriculteurs, Distributeurs, Industriels pour la Valorisation des Déchets Agricoles), à l’initiative de ces collectes.

Les collectes, organisées depuis 7 ans, fonctionnent très bien en Gironde qui se place parmi les départements champions : 75 % du gisement des emballages mis sur le marché a été réupéré en 2007, contre seulement 13 % en 2002.

Ces collectes présentent plusieurs intérêts et les agriculteurs l’ont bien compris : elles permettent de préserver le cadre de vie, de participer aux démarches de progrès engagées par la profession et de se mettre en conformité avec la réglementation.

Quels emballages ?

Tous les emballages ayant contenu des produits phytosanitaires ou des engrais sont concernés. Surtout, il ne faut pas les brûler ! Les boîtes et sacs qui ne peuvent être rincés contiennent toujours, après usage, un peu de produit. Leur combustion en conditions non contrôlées n’est pas sans risque pour celui qui les brûle, et peut polluer l’air, l’eau ou le sol.

Pour qui ?

Ces collectes sont réservées aux utilisateurs professionnels : exploitants agricoles, paysagistes, collectivités.

Comment ?

Pour pouvoir être pris en charge gratuitement par le distributeur, des consignes doivent être respectées, disponibles auprès des distributeurs, de la Chambre d’agriculture ou d’ADIVALOR.

Le cas particulier des Emballages Vides de Produits Fertilisants (EVPP) ?

Il s’agit des big bags (contenance comprise entre 500 et 1 000 kg) et des sacs d’engrais (contenance comprise entre 20 et 50 kg). Les étapes suivantes doivent être respectées, sous peine de se faire refuser l’apport des sacs. Attention à ne pas mélanger dans un même fagot les big bags et les sacs d’engrais.

Pour les big bags ?

– Bien vidanger et bien nettoyer l’extérieur des emballages.
– Enlever les agrafes métalliques.
– Poser le big bag à plat sur une surface propre et le plier en 3 avec l’anse à l’intérieur.
– Faire un fagot avec 10 big bags et les attacher avec de la ficelle agricole.
– Stocker les fagots à l’abri des intempéries, sur une palette.
– Apporter vos fagots chez le distributeur aux dates de collecte annoncées.

Que deviennent les emballages ?

Les emballages phytosanitaires sont transportés et incinérés, avec récupération d’énergie dans des installations autorisées selon la réglementation en vigueur. Le saviez-vous ? L’énergie issue de la combustion d’un bidon de 5 litres peut alimenter une ampoule de 60 W pendant plus de 8 heures.

Les emballages fertilisants sont, eux, recyclés et réutilisés sous forme de pots pour l’horticulture, de bacs de stockage et de manutention pour les entreprises et collectivités, d’éléments de chantier pour le bâtiment.

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé