Elections de l’ODG Cognac : Un mandat porteur de responsabilités

12 décembre 2017

 

Le 6 novembre 2017, la 3e mandature de l’organisme de défense et de gestion de l’appellation Cognac s’est mise en place. Eric BILLHOUET, viticulteur en Grande Champagne a été reconduit à la présidence de l’institution. Le mandat à venir aura probablement à prendre des décisions stratégiques pour le devenir des règles de production de l’appellation. Les pratiques de vieillissement semblent évoluer rapidement sous l’influence des marchés. Il est du rôle de l’ODG de clarifier ces pratiques ou de fixer, le cas échéant, des limites. Les enjeux politiques et commerciaux sont importants ce qui s’est déjà fait ressentir dans les résultats du scrutin avec l’éviction de la candidate de la maison Martell.

 

Le 24 octobre dernier, la section ODG (Organisme de défense et de gestion) du Cognac publiait les résultats de l’élection de ses délégués. Statutairement, l’assemblée générale de ODG se réparti en 2 collèges paritaires en nombre de voix mais pas en nombre de personnes : 68 viticulteurs répartis de façon proportionnelle sur 5 crus (Les bons bois et bois ordinaires sont regroupés dans un même sous-groupe) composent le collège de la viticulture. Les 17 négociants composent le collège du négoce qui sont répartis en 2 sous-groupes de 13 metteurs en marché et 4 bouilleurs de profession (cf. liste ci dessous).

Le lundi 6 novembre 2017, les délégués élus se sont réunis pour élire les 34 membres de la Section ODG, l’organe réellement décisionnel au sein de l’instance (cf. liste ci-dessous). M. Éric BILLHOUET, président viticulteur sortant a été reconduit dans sa fonction, M. Eric LE GALL (Rémy Martin) a été élu Vice-président en remplacement de Jacques TOURNAT (Distillerie TOURNAT).

Un mode de scrutin proportionnel à l’activité.

De par les exigences du code rural (article L.642-18), les règles de composition et de fonctionnement d’un l’ODG interprofessionnel doivent assurer « la représentativité des opérateurs et une représentation équilibrée des familles professionnelles regroupant les opérateurs ». Pour l’élection de ses représentants, la filière a choisi de pondérer les voix selon l’activité de chaque opérateur.

Chaque collège élit ses représentants. Pour les viticulteurs, une règle de proportionnalité est incluse dans le règlement intérieur pour pondérer les votes selon la taille des exploitations (1 voix par tranche de 15 ha dans la limite de 4 voix).

Pour les négociants la règle de proportionnalité est également incluse (1 voix par tranche de 10 000 caisses pour les ventes en bouteilles ou 1 voix par équivalent de 30 000 caisses pour les ventes en vrac et les autres utilisations) mais cette fois sans limite de voix. Cette règle confère donc aux grands acteurs commerciaux une puissance déterminante dans le scrutin.

 

Famille du négoce : un résultat de scrutin embarrassant

À la surprise générale, un nom manquait à l’appel dans les résultats de l’élection du 24 octobre. Mélina Py, la candidate de la maison Martell, n’avait pas été élue. La maison Hennessy qui représente la plus porte proportion des voix dans le scrutin aurait fait en sorte d’écarter la représentante de son challenger à cause de différents sur des aspects réglementaires empreints d’enjeux commerciaux (Martell Blue Swift, XXO). Une position surprenante qui laisse penser que le leader du marché aurait pu utiliser sa position majoritaire pour éviter certains débats ou servir ses idées. La situation qui a tout d’abord embarrassé toute la filière, a finalement trouvé une issue pour continuer de travailler dans l’apaisement et l’intérêt général. Le syndicat des maisons de Cognac (SMC) qui s’est réuni dans les jours qui ont suivi, s’est posé en médiateur a validé par un vote que si un délégué du collège des négociants venait à démissionner, il serait obligatoirement remplacé par la candidate de la maison Martell. M. Jean-Marc GIRARDEAU récemment écarté de la direction de la société H.MOUNIER, pourrait libérer une place au début de l’année 2018. Les choses devraient donc prochainement rentrer dans l’ordre mais cet incident laissera inévitablement des séquelles au sein de l’institution.

 

Les enjeux de la prochaine mandature

L’innovation va bon train en ce moment pour les spiritueux du monde entier, et les acteurs de la filière ne sont pas en reste pour proposer de nouveaux produits en phase avec les attentes des consommateurs Des innovations qui induisent inévitablement des réflexions sur les contours de l’appellation. Le « Martell Blue Swift » est, à n’en pas douter le dossier le plus emblématique de cette tendance. La maison Martell affiche clairement son souhait d’engager des discussions pour autoriser la pratique du « finish » dans l’appellation (cf. article page…). D’autres opérateurs de la région ont développé de nouvelles pratiques ou remettent au goût du jour des usages ancestraux pour explorer des niches commerciales porteuses de valeur ajoutée (cf. article innovation page …). Faut-il laisser chacun évoluer sans repères dans le flou juridique existant, au risque de diluer ce qui fait l’identité même du Cognac ? Certainement pas car la cohérence des pratiques est l’essence même d’une appellation ! Le temps semble donc être venu de partager les points de vue et poser clairement des règles destinées à clarifier, limiter ou contenir ces règles de vieillissement. Un groupe de travail « innovation » vient d’être créé au sein du BNIC pour avancer notamment sur ces sujets mais au final, ce sera l’ODG qui aura la main pour décider ou non de faire évoluer son cahier des charges.

 

Quelles leçons en tirer ?

Au fond, cet épisode aura eu plusieurs intérêts. Le premier est d’exposer au grand jour les limites du mode de scrutin choisi pour élire des décideurs qui travaillent à l’évolution de la marque collective Cognac. Le plafonnement des règles de proportionnalité dans le collège du négoce, (comme cela a été fait pour les viticulteurs) serait sans doute plus favorable à l’expression démocratique : « Les décisions qui touchent à l’identité de l’appellation doivent être le fruit d’échanges de points de vue et non de rapports de force » explique un négociant. Le second concerne la transparence du scrutin. Les élus professionnels avaient, préalablement à l’élection, validé qu’aucun résultat chiffré (Blancs, % nuls, % des voix pour chaque candidat) ne serait publié. On peut s’interroger sur le bien-fondé d’une telle décision. L’exigence d’une parfaite transparence n’aurait-elle servi la cause de la représentativité, essentielle dans un suffrage démocratique ?

 

 

 

 

ODG Cognac : le « gardien » des règles de production.

 

L’ODG est l’institution qui est notamment en charge de définir les règles de production d’une appellation d’origine Contrôlée. Pour la plupart des AOC, ce sont en général les syndicats d’appellation (essentiellement composés de viticulteurs) qui ont été reconnus ODG. Pour le Cognac, l’ODG Cognac est, par dérogation à la règle générale, un organe paritaire au sein de l’interprofession. Une situation dérogatoire prévue par la loi puisque les missions habituellement dévolues aux Syndicats d’appellation étaient exercées de longue date par l’interprofession comme pour quelques autres filières agro-industrielles. Par ailleurs, les conditions de production touchent aussi bien les viticulteurs, les bouilleurs de profession et les négociants. Chacun doit donc être en capacité de débattre pour l’évolution des pratiques qui le concerne.

 

 

Délégués et membres de la section ODG du BNIC

 

en noir : Délégué ODG

 

en rouge : membre de la section ODG

 

 

 

Collège de la viticulture

 

 

 

Grande Champagne

 

BILLHOUET Éric – UGVC – Président ODG

 

BOUJUT Ludovic – UGVC

 

BRISSON Thierry – UGVC

 

DENIS Stéphane – UGVC – Membre du Bureau ODG

 

DULUC Guillaume – UGVC – Membre du Bureau ODG

 

DUPUY Pascal – UGVC

 

GEORGEON Bernard – UGVC

 

GUERBE Jean – UGVC

 

LAURICHESSE Bernard – UGVC

 

LEBECQ Alain- UGVC

 

ROY Stéphane – UGVC

 

GIRAUD Paul-Jean – Fédération des vignerons indépendants

 

RABY Philippe – Candidat libre

 

 

 

Petite Champagne

 

BARATANGE Grégory – UGVC

 

BODIN Gaëtan – UGVC

 

BRILLET Nicolas – UGVC

 

CLAIR Pascal – UGVC- UGVC

 

COUILLAUD Sébastien – UGVC

 

de LARQUIER Jean-Bernard – UGVC

 

DILLOT Alain – UGVC

 

FORGET Christophe – UGVC –

 

KAPPES-GRANGE Jehan – – UGVC

 

MARIAU Jean-Baptiste – UGVC

 

MONTIGAUD Éric – UGVC

 

SEGUINOT Jean-Mathieu – UGVC

 

VALLET Laurent – UGVC

 

 

 

Borderies

 

BUREAU Didier – UGVC

 

DAUD François – UGVC

 

FIRINO MARTELL Amaury – UGVC

 

RAFFAUD Hubert – UGVC

 

ROULLIN Jean-Paul – UGVC

 

 

 

Fins Bois

 

BAUDET Jean-Claude – UGVC

 

BAUDRY Nicolas – UGVC – Trésorier Adjoint ODG

 

BEGEY Julie – UGVC

 

BELIN Séverine – UGVC

 

BELLEBEAU Delphine – UGVC

 

BIAY René – UGVC

 

BODIN François – UGVC

 

BRISSON Pierre – UGVC

 

BRISSON Raphaël – UGVC

 

BRUN Anthony – UGVC – Secrétaire ODG

 

CLOCHARD GUALBERT Isabelle – UGVC

 

DERAZE Jean-François – UGVC

 

FABRE Jean-Marie – UGVC

 

FORGERIT Pascal – UGVC

 

GUILLET Sylvain – UGVC

 

JOLY Philippe – UGVC

 

LAVAL Xavier – UGVC

 

LEGLISE Xavier – UGVC

 

LESUEUR Julien – UGVC

 

MARTINEAU Philippe – UGVC

 

MASSE Julien- UGVC

 

MONNET Christophe – UGVC

 

MOYET-MIGAUD Marie-Christine – UGVC

 

RENOU Pascal – UGVC

 

ROY Damien – UGVC

 

TESSERON Gonzague – UGVC

 

TRICOIRE Nicolas – UGVC

 

VERAL Christophe – UGVC

 

VILNEAU Roland – UGVC

 

 

 

Bons Bois et Bois Ordinaires

 

BARAUD Jean-Christophe – UGVC

 

BONNEAU François – UGVC – Membre du bureau ODG

 

CROC Pascale – UGVC

 

FOURCADE Olivier – UGVC

 

GUERIN Loïc – UGVC

 

MARTINAUD Raphaël – UGVC

 

PETIT Jacques – UGVC

 

VIAS Hervé – UGVC

 

 

 

Collège du négoce

 

 

 

BOINAUD Charles (DE LUZE) – SMC – Secrétaire adjoint ODG

 

CASAVECCHIA Michel, (OTARD) – SMC

 

CHAPPE Vincent, (BISQUIT) – SMC

 

CHEVALIER Paul (Distillerie Chevalier) – SBP

 

de SUTTER Benoît (COURVOISIER) – SMC – Membre du bureau ODG

 

GABRIEL Alexandre, (FERRAND) – SMC

 

GIRARDEAU Jean-Marc, (H.MOUNIER) – SMC

 

GUERIN Christian, (ABECASSIS )- SMC

 

LE GALL Éric – (REMY MARTIN) – SMC – Vice président ODG

 

LEGER Patrick, (CAMUS) – SMC

 

LOIZEAU Adeline, (MARNIER LAPOSTOLLE) – SMC – Membre du Bureau ODG

 

LUCAS Grégoire (Distillerie Gelinaud) – SBP

 

MORALES Eve (Distillerie Rechou) – SBP

 

MORILLON Florent, (HENNESSY) – SMC – Membre du bureau ODG

 

ROYER Jérôme, (ROYER) – SMC – Membre du bureau ODG

 

TESSENDIER Lilian, (TESSENDIER) – SMC

 

THOMAS Amaury (Distillerie Thomas) – SBP. – Membre du bureau ODG

 

 

 

Légendes :

 

 

 

UGVC : Union générale des viticulteurs pour l’AOC Cognac

 

SMC : Syndicat des maisons de Cognac

 

SBP : Syndicat des bouilleurs de profession

 

 

 

en noir : Délégué ODG

 

en rouge : membre de la section ODG

 

 

 

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé