Dossier vinification : Les spécificités de vinification  » Courvoisier »

6 octobre 2009

La maturité des raisins 

Un état sanitaire parfait :
– La présence de botrytis entraîne une perte de finesse dans les eaux-de-vie, l’apparition de notes de moisi et rend impossible la distillation avec lies.

Récolter en tenant compte de l’équilibre
sucres/acidité :
– Des TAV > à 9,5 % vol. et des acidités totales < à 7,5 g/l représentent des situations à risque pour le déroulement ultérieur de la fermentation alcoolique =>situation propice à une activité précoce des bactéries lactiques.

tableau_courvoisier_1.jpgEquilibre TAV potentiel et
Ac. Totale des moûts à la récolte
Millésime de la décade 2000
(Communication personnelle
J. Lavergne Courvoisier Sas)

 

 

 

 

 

Récolte et extraction des jus

Vendange propre :
– Elément important vis-à-vis des goûts herbacés dans les eaux-de-vie (phénomène constaté en 2008 dans les zones gelées le 4 octobre).

Pressurage :
– Poste clé pour la qualité. – Extraire les gouttes doucement, sans pression, en tirant profit de la capacité
d’autofiltration de la vendange dans les pressoirs au moment du chargement. – 60 à 70 % des jus libres s’écoulent pendant la phase de chargement statique. – Montées en pression progressives et adaptées à la nature de la
vendange => le pressurage se réussit dans les premières phases.

Traitement des moûts

Décantation =>Pas recommandée :
– Intervention qui ne se justifie pas quand la récolte et le pressurage sont bien conduit
– Appauvrit le milieu en azote.
Avoir des moûts entre 15 et 17 °C ➞ Une priorité :
– 15 °C est un minimum et plus de 20 °C, c’est trop élevé.
– Utiliser les récoltes du matin et du soir pour tempérer les moûts.
– Une collecte de moûts de plus de 400 à 500 hl/jour (et plus) est plus difficile à gérer ➞ l’utilisation d’installations de mise à température est une solution efficace.

Lancement de la fementation alcoolique

Teneurs en azote des moûts :
– S’informer sur les teneurs régionales en azote des moûts de chaque millésime.
– Sur les propriétés confrontées à des problèmes fermentaires => faire preuve de vigilance et doser l’azote des premières cuves.
– Raisonner les apports en fonction des éléments cités précédemment.

Récolte et extraction des jus

Levurage :
– L’utilisation des LSA doit devenir systématique en raison de la succession de millésimes difficiles (évolution
climatique).
– Utiliser 2 ou 3 souches de LSA dans le même chai. Souches préconisées :
• FC9, 7013 (les valeurs sûres) et la Zymasil
• La SM 102 est déconseillée (en raison de ses capacités à synthétiser de l’étanal et à bloquer les malo)

Réussir l’implantation des levures :
– Eviter les temps de latence.
– Anticiper les ensemencements la veille en préparant une base fermentaire contenant l’ensemble des LSA nécessaires à la capacité de moûts récoltés le lendemain.

Déroulement et suivi de la FA

Températures de fermentation :
– Eviter les extrêmes : en desous 20 °C, processus fermentaire lent ; 28 °C, risque de mortalité des levures.
Suivi des densités et températures :
– Intervention indispensable du vinificateur pour contrôler le bon déroulement de la cinétique fermentaire.

Fin de la fementation alcoolique

Premier bilan analytique :
– S’assurer de l’épuisement des sucres par une analyse de laboratoire (sucres, AV).
Soutirage :
– Vins de Grande Champagne, Petite Champagne et Borderies => pas de soutirage car la distillation sera effectuée avec les lies.
• En année de vendange pourrie, procéder à un soutirage grossier et mettre en conservation des vins laiteux.
– Fins Bois et Bons Bois => soutirage recommandé des vins laiteux et chargés de gaz carbonique (rôle protecteur).
• Ne pas soutirer les vins déjà calés.

Bilan qualitatif :
– Dans les 15 jours suivant la fin de la FA, réaliser un bilan analytique complet (TAV, FML, AT, pH +, microdistillation).
– Dégustation des vins et des microdistillations.

Fermentation malolactique

Les eaux-de-vie obtenues à partir de vins ayant fait la malo => sont plus complexes et élégantes :
– Les années à faible acidité, la FML qui n’est pas souhaitable (sur le plan de la stabilité des vins) a tendance à s’enclencher facilement.
– Les années à forte acidité, la FML présente de l’intérêt mais s’enclenche souvent difficilement.
– Sur des vins sains, un enclenchement de la malo est bénéfique à la qualité des eaux-de-vie.
– Avec l’évolution climatique, la maîtrise de la FML risque de devenir une préoccupation qualitative importante dans l’avenir.

Conclusion 

– Faire preuve de technicité tout au long de la vinification.
– Avoir une bonne connaissance des points forts et faibles des infrastructures de son installation vinaire pour essayer de mobiliser les efforts techniques d’une manière efficace et cohérente.
– S’entourer de conseils et de compétences pour prendre la juste mesure des spécificités de chaque millésime.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé