Démonstration de travail du sol

20 avril 2010

L’association Vitibio et la Chambre d’agriculture de Charente-Maritime organisent, le 22 avril après-midi, une démonstration de matériel d’entretien mécanique du sol de l’interceps des rangs qui se déroulera chez M. Jean-François Bossuet à Jonzac (en direction de Barbezieux, juste à côté des vergers Tastets). Lionel Pelletier, le président de Vitibio et Michel Girard, le technicien viticole de la Chambre d’agriculture, ont souhaité tester une diversité d’équipements en reprise des sols au printemps dans une propriété pratiquant depuis plusieurs années le travail mécanique. La nature des sols de cette exploitation, des terres de champagne pas trop lourdes, est représentative du contexte de beaucoup de parcelles de la région.

 

Pour les viticulteurs bio, l’entretien du dessous des rangs au printemps pose de sérieux problèmes quand les mois d’avril et de mai sont humides. C’est durant cette période que la croissance des herbes est la plus intense et rapide. Le fait que les sols soient recouverts d’herbes en avril-mai amplifie les risques de gelées de printemps, d’où l’importance d’être en mesure de contrôler les flores d’adventices. Ce n’est donc pas un hasard si le désherbage chimique du dessous des rangs représente un gros avantage sur les plans de l’organisation du travail et des risques de gelées. Se passer du désherbage chimique au printemps paraît difficile à beaucoup de viticulteurs, en raison de la rémanence de cette pratique et de sa facilité de mise en œuvre. Par contre, en été, le passage de lames interceps a tendance à se développer depuis quelques années ? Historiquement au printemps, on décavaillonnait les vignes pour réellement retourner et dégager de l’axe des rangs des herbes, mais cette intervention nécessitait du temps. L’utilisation des lames interceps en avril-mai ne donne pas pleinement satisfaction car le principe de ces équipements sectionne les herbes sans réellement les déplacer et les retourner, d’où une capacité de reprise rapide si le temps est humide.

Une dizaine de constructeurs présents à Jonzac

Les constructeurs de matériels d’entretien des sols ont fait évoluer leurs fabrications au cours des dix dernières années, en proposant des équipements plus polyvalents dont le même bâti permet le montage d’un décavaillonneur, de lames interceps, d’outils rotatifs et même de tondeuses. L’utilisation des performances hydrauliques rend possible cette polyvalence, améliore la capacité d’effacement au niveau des souches, apporte une puissance pour l’utilisation d’outils animés et permet de faire évoluer les matériels à des vitesses plus élevées. Les performances en matière de débit d’huile et de réserves hydrauliques des tracteurs ne sont pas toujours suffisantes pour faire fonctionner la nouvelle génération d’outils interceps, ce qui nécessite la conception d’outils complets et plus coûteux, intégrant à la fois une centrale hydraulique et les modules d’entretien du sol. Le retour du travail mécanique du sol au niveau de l’interceps est liée en grande partie à la mise au point d’outils susceptibles de détruire véritablement les flores d’herbes au printemps en évoluant à une vitesse proche de 6 km/h. L’objectif de la démonstration organisée à Jonzac par l’association Vitibio et la Chambre d’agriculture est justement de voir fonctionner des décavaillonneurs, des lames interceps, des outils rotatifs, des tondeuses et probablement des désherbeurs thermiques. Le public pourra rencontrer l’ensemble des constructeurs et des distributeurs des sociétés Actisol, Agrofer, Arriza, Avif 33, Belhomme, Boisselet, Boisumault, Braun, Clemens, Delorier, Egretier, Ferrand, Gard, Naturagriff, Rebillier Rollin, Souslikoff.

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé