Démonstration de machines à tirer les bois

26 février 2014

Les Chambres d’agriculture de Charente et de Charente-Maritime et la revue Le Paysan Vigneron organisent le 18 février prochain à partir de 14 h 30 une démonstration de tirage des bois mécanique à Sainte-Lheurine. La finalité de la manifestation sera de permettre aux viticulteurs d’une part de voir fonctionner dans le contexte du vignoble charentais les machines des société Ero et Provitis, et d’autre part de présenter les résultats du test d’utilisation des équipements comparés aux deux modalités de tirage manuels (avec et sans prétaillage en tête).

 

 

L’enlèvement des bois du palissage dans les vignes plus vigoureuses est une opération pénible en hiver. Or, jusqu’à ces dernières années, le tirage des bois avait peu mobilisé l’intérêt des constructeurs. Pourtant, la plupart des viticulteurs sont demandeurs depuis longtemps d’un équipement pour mécaniser cette opération fastidieuse. Plusieurs constructeurs français et européens de prétailleuses, de bro-yeurs, de sécateurs interrogés sur ce sujet considéraient que la diversité des palis-
sages (en termes de hauteurs et de nombre de fils) représentait un handicap majeur pour la conception d’un équipement performant et compétitif en prix.

Une intervention manuelle pénible et fastidieuse

Le tirage des bois est une intervention incontournable dans toutes les parcelles de vignes palissées taillées en Guyot ou en arcure, qui représentent dans la région de Cognac et dans l’ensemble des vignobles français et européens des surfaces conséquentes. C’est une opération manuelle simple à réaliser, répétitive et assez pénible. L’action de tirer les bois du palissage demande des efforts réguliers qui deviennent plus intenses les jours de pluie et de froid. Le tirage des bois manuel nécessite 12 à 25 heures de main-d’œuvre par hec-tare selon la densité des plantations et la vigueur des vignes. Le souci permanent des viticulteurs d’optimiser les temps de travaux a amené beaucoup de propriétés à aborder le tirage des bois de façon plus simple et plus efficace en réalisant un prétaillage en tête et en n’andainant plus les sarments au centre des allées. Le fait de libérer les bois du sommet du palissage et de laisser tomber les sarments au sol a permis de réduire la durée totale de cette intervention de 5 à 7 heures/ha. Le prétaillage en tête ne fait pas non plus l’unanimité car il présente l’inconvénient de limiter la longueur des bois de taille. Le challenge de la mécanisation du tirage des bois n’est peut-être pas aussi simple à maîtriser pour arriver à concilier l’efficacité, la rapidité et le respect du vignoble.

Tirer les bois mécaniquement en moins de 5 heures/ha

Les premières initiatives de tirage des bois mécaniques sont apparues dans le petit vignoble de Nouvelle-Zélande il y a une dizaine d’années. L’implantation dans ce pays de vignobles neufs ayant des plans de palissage assez standardisés a incité des constructeurs locaux à imaginer des machines à tirer les bois. Plusieurs constructeurs européen ont vu fonctionner ces équipements et ont signé des accords pour pouvoir utiliser les brevets dans l’hémisphère nord. En France, la première machine à tirer les bois a été développée en 2008 par la société Kirogn et l’intérêt des viticulteurs pour cette machine a surpris le constructeur. Après de nombreux essais dans divers vignobles, il s’avère que la technologie du matériel n’est pas encore au point. L’hétérogénéité d’établissement des plans de palissage dans toutes les régions viticoles et parfois au sein des propriétés représente une contrainte importante qui n’a pas découragé les bureaux d’études de plusieurs entreprises. Depuis trois ans, la mécanisation du tirage des bois a franchi une nouvelle étape avec l’apparition des machines de deux constructeurs allemands, Clemens et Ero, et de celle de la société Provitis. L’utilisation des machines doit maintenant démontrer son intérêt économique en réduisant les temps de tirage des bois à moins de 5 heures/ha.

Un test de mécanisation à Sainte-Lheurine

La mécanisation du tirage du bois est-elle en train de devenir une intervention réa-liste ? Cette question est aujourd’hui de pleine actualité avec le lancement commercial de plusieurs machines à tirer les bois, dont celles des sociétés Ero et Provitis qui ont accepté de participer à ce premier test d’utilisation. Joël Deborde et Matthieu Sabouret, les deux techniciens en machinisme des Chambres d’agriculture de Charente-Maritime et de Charente, ont défini un protocole d’essais dont l’objectif est d’évaluer les performances des matériels et d’apprécier les conséquences de cette nouvelle intervention mécanique sur le vignoble. L’implication de Jean-Marc Taureau, un viticulteur de Sainte-Lheurine, a permis de mener à bien ce projet. Il a mis à disposition des techniciens une parcelle de vigne (2,50 X 1,20 m) palissée pour réaliser les tests et la démonstration. Le protocole va permettre de comparer la qualité du tirage des bois, le respect des bois de taille et du palissage, les temps de travaux et les contraintes éventuelles liées à la mécanisation. L’un des objectifs prioritaires de l’essai sera de comparer les performances des machines à deux modalités de tirage des bois manuel, l’une avec prétaillage en tête et l’autre sans.

Un banc d’essais pour les deux machines

L’idée d’implanter un test sérieux pour évaluer les performances et la rentabilité de ces matériels a été proposée à l’ensemble des constructeurs, et seules les sociétés Ero et Provitis ont adhéré à cette initiative. Les deux matériels fonctionnent avec des principes différents, la machine Ero enlève les bois en les remontant verticalement au-dessus le palissage et la machine Provitis les extrait latéralement en les tirant vers les interlignes des rangs. L’utilisation des deux équipements nécessite quelques aménagements du palissage pour faciliter l’extraction des bois. Les palissages présentant des amarres solides, des fils en état sont bien sûr plus adaptés à la mécanisation. Lors des tests, des mesures d’efforts de traction sur les fils seront réalisées pour essayer d’apprécier plus finement les conséquences éventuelles de cette opération de mécanisation sur la pérennité des fils, des piquets et des amarres.

La machine Ero sort les bois par le sommet de la végétation

p14a.jpgLa machine Ero Viteco est un équipement qui se positionne à l’avant d’un tracteur sur bras hydraulique mobile. La cellule proprement dite de tirage des bois est installée à l’extrémité du bras. Le tirage des bois s’effectue par le sommet de la végétation en relevant les 3 ou 4 fils du palissage qui doivent être dissociés des piquets. À chaque début de rang, la cellule de tirage des bois s’ouvre pour prendre les 3 ou 4 fils présents sur une face de rang et ensuite elle les remonte au-dessus le niveau des piquets. Au moment de l’avancement, les sarments sont désolidarisés des fils et dirigés par deux cylindres vers un broyeur. Après le passage de la machine, les fils retom-
bent naturellement sur le côté du palissage. Les bois de taille ne doivent pas être détaillés pour que le tirage des bois soit le plus efficace possible. Le fil porteur de base et les deux ou trois fils supérieurs doivent être mobiles pour permettre la montée verticale des bois. Les palissages avec des piquets métalliques ayant des encoches ouvertes semblent plus adaptés à l’utilisation du matériel.

La machine Provitis pousse les bois latéralement vers l’extérieur des rangs

p14b.jpgLa machine Provitis a été conçue par un viticulteur du Saumurois, Jean-Yves Dezé. Son idée était de reproduire avec une machine le geste manuel de tirage des bois vers l’interligne des rangs. Après avoir conçu un prototype rudimentaire dans son atelier, le viticulteur s’est rapproché de la société Provitis qui a pris en charge le développement industriel du matériel. La machine est constituée d’un disque ameneur qui pousse les sarments vers l’extérieur du palissage où une chaîne de transfert les dirige vers des roues qui achèvent leur extraction. Ensuite, les bois sont broyés et l’ensemble des fragments tombent sur le sol. Un intervalle de 50 à 55 cm entre le premier et le deuxième fil est indispensable pour permettre une bonne extraction des bois. Le constructeur estime que les contraintes exercées sur les fils du palissage sont assez limitées car l’effort mécanique pour réaliser l’opération de tirage intervient principalement sur les bois. L’intégration de quelques gestes complémentaires au moment de la taille et de l’attachage contribue à optimiser la qualité du tirage.

La démonstration de tirage des bois mécanique
● Le 18 février à partir de 14 h 30 à Sainte-Lheurine.
● Lieu : route d’Archiac (D 150) à l’angle de la route de Génicot.
● Présentation des résultats du test comparant l’utilisation des machines au tirage des bois manuel.
● Visite des essais.
● Démonstration des deux machines Ero et Provitis.
● Animateurs : Matthieu Sabouret et Joël Deborde, les conseillers en machinisme des Chambres d’agriculture de Charente et de Charente-Maritime.

 

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé