Des vignes ravagées par un orage d’une violence exceptionnelle

18 mars 2009

photo_12.jpgCette mini tornade qui s’est engouffrée dans un couloir de quelque 40 km de long a ravagé près de 6 000 ha de vignes à des degrés divers sur une superficie de quelque 12 000 ha. Plus de 1 000 viticulteurs sont concernés ! Des chiffres qui donnent la dimension du sinistre.

La violence exceptionnelle de ce phénomène serait due essentiellement à sa vitesse de déplacement rapide et à sa provenance, du golfe de Gascogne en passant par la forêt landaise, qui ont empêché les dispositifs anti-grêle (fusées contenant du iodure d’argent), qui demandent deux à trois heures de mise en œuvre pour être efficace, de fonctionner.

Le mardi 24 juin, alors que des festivités se déroulaient un peu partout dans le vignoble en l’honneur des clients et visiteurs de Vinexpo, un quart d’heure a suffi pour qu’un orage violent, en réalité une mini tornade, anéantisse une grande partie du vignoble de l’Entre-deux-Mers ; rangs de vignes couchés et grêlés, certains déchiquetés à 100 % !

Un vignoble meurtri

Dans certains secteurs de l’Entre-deux-Mers du côté de Targon, Créon, La Sauve, St-Léon et Grézillac, la vision est apocalyptique : des vignes entières ont été hachées menues par la grêle : plus une seule feuille, on croirait voir une vigne en plein hiver, toutes les grappes sont atteintes par les impacts des grêlons qui ont non seulement déchiquetés le feuillage et les grappes mais aussi blessés la plupart des rameaux !

Si la récolte 2003 est anéantie pour certains exploitants, la récolte 2004 risque fort d’être compromise.

Certaines parcelles ont subi un véritable « sablage », ceci étant dû à la vitesse des vents associés à des grêlons de petite taille, qui ont occasionnés des plaies sur les bois de taille.

Ces derniers risquent fort de casser au moment du pliage de la vigne, l’hiver prochain.

Un prétaillage est conseillé aux viticulteurs afin de limiter la perte de récolte en 2004. (Rens : Chambre d’Agriculture – Service Vigne – Tél. : 05 56 35 00 00).

On imagine l’inquiétude de certains viticulteurs qui ont perdu tout ou partie de leur récolte et qui appréhendent déjà les conséquences pour la récolte 2004.

Ce sont les vignes situées sur les plateaux qui ont le plus souffert. Chez Joël Barreau, au Château Roc de Baoudun à Guillac, 10 ha de vignes ont été couchés sur les 30 ha de l’exploitation. Dès le lendemain, les ouvriers ont été sur le pied de guerre pour enlever les anciens piquets et le palissage et redresser les vignes avec des tracteurs : un véritable travail de titan mais nécessaire pour sauver les rangs de vignes sans oublier les traitements à faire dans l’urgence pour préserver une partie de la récolte.

« Nous avons trois semaines de boulot pour essayer de remettre la vigne en état » , explique un ouvrier.

A Targon, tout le vignoble de M. Mouline a été touché : le vent et la grêle ont eu raison des 16 ha de cette propriété.

Les vignes sont couchées, la grêle a occasionné de nombreuses blessures aux baies mais il reste du feuillage. Le viticulteur espère pouvoir sauver une partie de la récolte s’il parvient à redresser ses vignes et à traiter dans les 24 heures.

Au Château La Rose d’Argent, la vigne appartenant à Hébert Nicolas à St-Léon, a été complètement anéantie par la grêle : ici peu de vignes couchées mais une vision de néant : plus une seule feuille sur les rameaux, des baies complètement éclatées : il n’y aura pas de vendange en 2003 et la récolte 2004 risque également d’être fort compromise, les bois de taille ayant reçu de violents impacts de grêlons.

Plusieurs centaines d’hectares de maïs couchés, des arbres déracinés, des toitures et cheminées envolées, la mini tornade a aussi occasionné de nombreux dégâts dans certains bâtiments.

Ainsi à la Cave d’Espiet, on a recensé des dégâts considérables : le premier étage d’un bâtiment neuf ouvert depuis moins de deux ans a été complètement dévasté : sur les cinq bureaux, deux ont été quelque peu épargnés, les trois autres qui abritaient tout le système informatique, la photocopieuse, le fax ont été détruits, sans oublier les vignes de certains adhérents détruites à 100 %.

Liste Des Communes Reconnues Comme Grelées Par Les Orages Des 28 Avril Et 24 Juin

ARBANATS, ARVEYRES, AYGUEMORTE-LES-GRAVES, BAIGNEAUX, BARON, BAURECH, BEAUTIRAN, BEYCHAC-ET-CAILLAU, BLASIMON, BLESIGNAC, BRANNE, CABANAC-ET-VILLAGRAINS, CABARA, CAMBES, CAMIAC-ET-SAINT-DENIS, CAPIAN, CARDAN, CASTELVIEL, CASTRES-GIRONDE, CREON, CURSAN, DAIGNAC, DARDENAC, DAUBEZE, ESPIET, FALEYRAS, FRONTENAC, GENISSAC, GREZILLAC, GUILLAC, HAUX, ISLE-SAINT-GEORGES, LA BREDE, LA SAUVE MAJEURE, LANGOIRAN, LE TOURNE LESTIAC-SUR-GARONNE, LUGAIGNAC, LUGASSON, MADIRAC, MONTAGNE, MOULON, NAUJAN-ET-POSTIAC, PAILLET, PORTETS, PUISSEGUIN, RAUZAN, RIONS, ROMAGNE, SADIRAC, SAINT-AUBIN-DE-BRANNE, SAINT-CAPRAIS DE BORDEAUX, SAINT-CHRISTOPHE-DES-BARDES, SAINT-CIBARD, SAINT-EMILION, SAINT-ETIENNE-DE-LISSE, SAINT-GENES-DE-CASTILLON, SAINT-GENES-DE-LOMBAUD, SAINT-HIPPOLYTE, SAINT-JEAN-DE-BLAIGNAC, SAINT-LAURENT-DES-COMBES, SAINT-LEON, SAINT-MICHEL DE RIEUFRET, SAINT-MORILLON, SAINT-PEY-D’ARMENS, SAINT-PHILIPPE-D’AIGUILLE, SAINT-SELVE, SAINT-SULPICE-DE-FALEYRENS, SAUCATS, SOULIGNAC, TABANAC, TARGON, TAYAC, TIZAC-DE-CURTON, VAYRES, VIGNONET, VILLENAVE-
DE-RIONS, VIRELADE.

 

A lire aussi

L’appel à l’aide de l’US Cognac Rugby

L’appel à l’aide de l’US Cognac Rugby

C'est un constat qui a fait le tour des médias, sportifs ou non: l'US Cognac va très mal. Malgré les efforts de Jean-Charles Vicard pour tenter de redresser la barre, le club se retrouve dans une difficile situation financière.  La direction a de fait décidé d'envoyer...

error: Ce contenu est protégé