Des tunnels confinés efficaces et économes : l’édition 2017 du forum pulvé a « rempli son contrat »

12 décembre 2017

            Le Forum Pulvé est devenu au fil des années, un rendez-vous technologique unique et attendu. Les viticulteurs de la Section Viticole des Groupements du Cognac, les techniciens des chambres d’agriculture de Charente et Charente Maritime et  plusieurs ingénieurs de l’IFV ont construit une plateforme d’essais dont la spécificité est de pouvoir établir un diagnostic de performances des matériels à la fois très complet et en phase avec les attentes concrètes des viticulteurs. La majeure partie des tests se sont déroulés dans des situations de plein champs ; dans des vignes Charentaises présentant une belle vigueur, une charge de raisins abondante ce qui les rends difficiles à « bien » traiter. C’est donc, un site d’essais idéal ! L’édition 2 017 a permis de tester les performances de 5 tunnels de pulvérisation confinés, le Caffini Drift Stopper Evo, le Dhugues Koléôs, le Friuli Drift Ricovery, l’Idéal Drop Save et le S 21 à Jets Portés. Les essais ont eu lieu courant juillet et début septembre, la journée de restitution des résultats à Saint Preuil a connu un franc succès.

La réalisation des traitements viticoles est devenue un sujet de plus en plus sensible depuis quelques années avec la montée en puissance des exigences environnementales. La maîtrise des effets indésirables de la dispersion incontrôlée des dérives de pulvérisation est devenue une problématique aussi importante que l’optimisation de la qualité des applications. Le concept actuel du pulvérisateur viticole idéal doit intégrer à la fois une qualité de pulvérisation irréprochable sur la végétation et une réduction maximum des pertes de produit dans l’atmosphère et au niveau du sol. C’est un nouveau challenge technologique qui n’est pas simple à relever compte tenu de la structure verticale des rangs de vigne et l’importance du volume de végétation à couvrir.

 

Les parcelles d’ugni blanc sont plus difficiles à traiter

 

             La parfaite maîtrise de la qualité de la pulvérisation représente depuis longtemps un moyen fiable pour envisager de réduire les doses d’apports de produits sans mettre en péril la qualité de la protection. La notion de performance en matière de pulvérisation est particulièrement importante dans les parcelles d’ugni blanc Charentaises ou les objectifs de productivité sont élevés. L’abondance de la surface foliaire et de la charge de grappes représente un obstacle majeur pour la pénétration des flux de pulvérisation. À l’inverse, une couverture et une répartition insuffisante sur les feuilles et les grappes engendre immédiatement un effet de sous-dosage et une perte d’efficacité des traitements. Ce n’est donc pas un hasard si c’est dans la région de Cognac que les attentes en matière de technologie de pulvérisation ont toujours été les plus fortes.

 

La conception des appareils a peu évolué entre les années quatre-vingt et 2 000

 

Les fabrications de pulvérisateurs viticoles ont été conçues jusqu’au début des années 2000 en ayant l’objectif prioritaire d’optimiser l’efficacité de pénétration du flux de pulvérisation dans la végétation. Les constructeurs utilisent des productions d’air pour transporter et localiser les gouttelettes de bouillies. Deux technologies d’équipements, les pneumatiques et les jets portés se sont développés à partir du début des années soixante-dix, au travers des gammes de produits adaptés à la structure des palissages des différentes régions viticoles. La conception de base des équipements n’a pas réellement changé depuis 45 ans même si leur fonctionnalité a été considérablement optimisée. Les principales évolutions ont concerné l’augmentation de la puissance des souffleries et l’amélioration des systèmes de diffusion de la bouillie sur la végétation.

 

La puissance accrue des pulvérisateurs engendre des phénomènes de dérive importants

 

            Les viticulteurs des années 2000 protégeaient leurs vignes, avec pratiquement les mêmes équipements que leurs parents au début des années quatre-vingt. Ce constat d’immobilisme de la technologie de pulvérisation viticole a été souvent pointé du doigt par les professionnels et les techniciens de la région de Cognac. Les constructeurs ont répondu aux attentes de technicité en proposant des pulvérisateurs pneumatiques et à jets portés, de plus en plus puissants, dotés d’accessoires sophistiqués (conception, ouverture et fermeture des rampes), très gourmands en puissance et aussi générateurs d’effets de dérives importants. Les vignes Charentaises, vigoureuses et larges rendent à la fois les conditions de pulvérisation plus difficiles et ouvrent aussi des possibilités d’optimisation des moyens de mécanisation. L’accroissement de la puissance des flux de pulvérisation au sein de la végétation s’est accompagné d’une augmentation des phénomènes de dérive (dans l’atmosphère et au niveau du sol) qui aujourd’hui deviennent problématiques.

 

L’exigence de technicité « Charentaise » est à l’origine de la création du Forum Pulvé

 

            L’intérêt pour les technologies de pulvérisation qui existait depuis longtemps en Charentes a été à l’origine de la création du Forum Pulvé en 2009. L’équipe de viticulteurs de la Section Viticole des Groupements du Cognac voulait acquérir des connaissances précises sur les paramètres de réglages des pulvérisateurs les plus utilisés dans la région afin de mieux maîtriser la protection du vignoble. Les échanges sur ce sujet avec les techniciens régionaux ont débouché sur la mise en place d’un projet ambitieux et unique en France : un Forum Pulvé de plein champ. C’était d’ailleurs la première fois que les techniciens de l’IFV et des Chambres d’agriculture de Charente et de Charente Maritime construisaient ensemble un protocole d’évaluation des performances de pulvérisation global et adapté à la réalisation des traitements dans des conditions de plein champ. Les constructeurs qui au départ, se montraient réticents vis-à-vis de cette initiative, en ont ensuite vite compris l’intérêt. Cela leur a permis d’acquérir des données précises sur l’optimisation des réglages et de faire progresser leurs réflexions sur l’évolution de la pulvérisation viticole.


Des résultats qui démontrent l’intérêt des tunnels de pulvérisation confinés

 

             À l’issue de la première édition du forum Pulvé de 2009, la qualité des tests a cautionné le sérieux de la manifestation qui s’est imposée au fil des années comme l’événement incontournable pour évaluer finement les performances des pulvérisateurs viticoles. Dès 2011, à la demande des viticulteurs de la Section Viticole, les premiers tests de tunnels confinés ont eu lieu. Ces pulvérisateurs qui étaient considérés, il y a encore 5 à 6 ans par beaucoup de viticulteurs comme complexes et peu adaptés aux vignes de Cognac, ont depuis convaincu. Lors des trois dernières éditons du Forum Pulvé, une large diversité de tunnels confinés a été testée et les résultats ont révélé leurs bonnes performances. La technologie des tunnels de pulvérisation confinée s’est finalement imposée comme une alternative réaliste pour concilier les enjeux de réduction d’utilisations des intrants phytosanitaires et la qualité de pulvérisation. Actuellement, les ventes de cette catégorie de pulvérisateurs dans la région de Cognac se situent autour de 100 à 120 appareils (toutes marques confondues) par an. Le parc de tunnels confinés en fonctionnement en 2017 dans le vignoble Charentais a dépassé le niveau des 400 équipements qui ont permis d’assurer la protection de 10 000 à 12 000 ha de vignes.

 

5 tunnels confinés de principes différents testés en 2017

 

            L’édition 2 017 du Forum Pulvé a permis de tester 5 tunnels de traitements, des nouveaux équipements, le Caffini Drift Stopper Evo, l’Idéal Drop Save et des marques déjà dont la conception a évolué, le Dhugues Koleôs, le Friuli Drift Recovery, et le tunnel S21 à jets portés. Les essais se sont déroulés au mois de juillet dans le vignoble des domaines Rémy Martin de Saint-Preuil dans deux modèles de conduite de vigne représentatifs de l’ensemble de la région, des arcures palissées hautes et des arcures à port libres. Le protocole d’évaluation des performances des équipements repose à la fois sur des observations concernant, l’appréciation de la fonctionnalité des appareils (sur l’utilisation, l’entretien, le nettoyage, la sécurité, ….)   et divers tests, des mesures statiques du fonctionnement (puissances absorbées, consommations, pressions,…), une analyse fine de la qualité de la pulvérisation, une quantification des dérives, …… .  La présence des constructeurs et de leurs revendeurs locaux lors des tests est indispensable car ce sont eux qui réalisent l’ensemble des réglages des appareils.

 

Une semaine d’essais intenses et fructueux au mois de juillet dernier

 

            L’édition 2 017 du Forum Pulvé a mobilisé une quinzaine de techniciens (des chambres d’agriculture de Charente, de Charente Maritime, de l’IFV, de la MSA des Charentes, de la société JCM Technologie) et plusieurs viticulteurs de la Section Viticole sur une période de 5 jours consécutifs à la mi-juillet. La présence d’un volume de végétation au même stade et de densité équivalente est essentielle pour valider de façon comparable les tests de répartition de la pulvérisation de chaque appareil. Les essais ont été effectués en utilisant toujours avec les mêmes tracteurs (mis à disposition par les Ets Ballanger), un Claas Nectis 227 VL 2 RM (pour les mesures statiques) et un Claas Nexos 250 VL 4 RM pour la pulvérisation. Les organisateurs ont demandé à tous les constructeurs d’adapter les réglages des matériels à une vitesse d’utilisation dans les vignes de 6 km/h.

 

Un délai d’une journée et demi pour tester un appareil

 

            Le déroulement complet de l’essai de chaque appareil a mobilisé l’équipement durant une journée et demie. La première demi-journée était consacrée à la fois aux mesures statiques (de puissances absorbées, de consommation, de rayon de braquage, de débits des buses, des niveaux de pressions et des pressions exercées au sol par les pulvérisateurs) et à la présentation par le constructeur des caractéristiques de chaque appareil à un jury de 5 viticulteurs encadré par le technicien de la MSA. Les tests d’utilisation et de pulvérisation aux champs ont demandé une demi-journée pour chaque mode de conduite, soit au final, une journée entière. Cela permet de laisser le temps aux constructeurs d’optimiser les réglages des matériels dans les deux parcelles ou se sont déroulées par la suite, les mesures de débit/ha, de vitesse d’avancement et les tests de répartition de bouillie sur le feuillage et les grappes. Cette année, les techniciens ne cachent pas que la présence de vent fort a été gênante pour l’appareil Caffini dans les vignes palissées. Les résultats de répartition de bouillie dans cette modalité s’en sont trouvés affectés et cela est mentionné dans la présentation des résultats. C’est un aléa climatique ponctuel auquel les viticulteurs sont souvent confrontés quand, ils effectuent leurs traitements.

 

 

            Les principales caractéristiques des tunnels confinés testés en 2017 :

 

 

            – Tunnel Caffini Drift Stopper Evo : (photo 6583)

 

  • Principe de pulvérisation : Jets Portés 2 rangs complets

  • Châssis & autonomie : Tracté, essieu tandem (avec relevage hydraulique en bout de rang de la paire de petites roues), flèche d’attelage articulée, cuve de 1 000 l

  • Fonctionnement de l’unité de pulvérisation : indépendant de l’avancement du tracteur grâce à une centrale hydraulique embarquée sur le pulvérisateur

  •  

  • Type de ventilateur : 4 ventilateurs positionnés au niveau de chaque panneau ayant un entraînement hydraulique

  • Diffusion d’air et Rampe de pulvérisation : 2 rampes de production d’air verticale à l’avant des panneaux avec des buses positionnées dans le flux d’air. Rideaux d’air vertical) secondaire à l’arrière des panneaux destiné à limiter les effets de dérives

  • Type de panneau : Panneaux de confinement fermés avec lamelles verticales de récupération de produit

  • Type de récupération : Une pompe indépendante (fonctionnement hydraulique) aspirant les volumes récupérés à la base de chaque panneau

  • Régulation et boîtier de commande : Régulation de type DPAE de série, ouverture et fermeture de la rampe et de la pulvérisation automatisée de série, Commande du régime des ventilateurs depuis la cabine de série.

  • Prix du modèle testés lors du Forum Pulvé 2017 : 48 000 €

     

                            – Tunnel Dhugues Koléôs :

     

  • Principe de pulvérisation : Jets Portés 2 rangs complets

  • Châssis & autonomie : Semi-porté sur le trois points avec attelage articulé du module tracté à l’arrière de la turbine, essieu boggies, cuve de 1 000 1

  • Fonctionnement de l’unité de pulvérisation : directement corrélée au régime de la prise de force du tracteur, extension des modules de pulvérisation avec l’hydraulique des tracteurs

    Type de ventilateur : 1 ventilateur centrifuge central alimentant en air par des tuyauteries souples les 4 panneaux

  • Diffusion d’air et Rampe de pulvérisation : 2 rampes de production d’air verticale situées en opposition l’avant et à l’arrière des 2 panneaux encadrant chaque rang. Diffusion d’air vers le centre des rangs, des buses positionnées à côté du flux d’air.

  • Type de panneau : Panneaux de confinement fermés

  • Type de récupération : Une pompe péristaltique aspire les volumes récupérés à la base de chaque panneau

  • Régulation et boîtier de commande : Régulation avec 2 contrôleurs de débit de série, visualisation différenciée et permanente des débits sur chaque rang, ouverture et fermeture de la rampe et de la pulvérisation automatisée en option.

  • Prix du modèle testés lors du Forum Pulvé 2017 : 36 840 €

     

     

                            – Tunnel Friuli Drift Recovery :

     

  • Principe de pulvérisation : Jets Portés 2 rangs complets

  • Châssis & autonomie : Tracté, essieu tandem (avec relevage hydraulique en bout de rang de la paire de petites roues), flèche d’attelage articulée, cuve de 1 000 l

  • Fonctionnement de l’unité de pulvérisation : indépendant de l’avancement du tracteur grâce à une centrale hydraulique embarquée sur le pulvérisateur

  •  

  • Type de ventilateur : 4 ventilateurs positionnés au niveau de chaque panneau ayant un entraînement hydraulique

  • Diffusion d’air et Rampe de pulvérisation : 2 rampes de production d’air verticales situées en opposition l’avant et à l’arrière des 2 panneaux encadrant chaque rang. Diffusion d’air vers le centre des rangs, des buses positionnées dans le flux d’air.

  • Type de panneau : Panneaux de confinement perméables à l’air équipés de lamelles de récupération de produits verticales

  • Type de récupération : Une pompe indépendante (fonctionnement hydraulique) aspirant les volumes récupérés à la base de chaque panneau

  • Régulation et boîtier de commande : Régulation de type DPAE de série, ouverture et fermeture de la rampe et de la pulvérisation automatisée de série

  • Prix du modèle testés lors du Forum Pulvé 2017 : 45 000 €

     

                                       – Tunnel Idéal Drop Save :

     

  • Principe de pulvérisation : Pneumatique 2 rangs complets

  • Châssis & autonomie : Semi-porté sur le trois points avec attelage articulé du module tracté à l’arrière de la turbine, essieu boggies, cuve de 1 000 1

  • Fonctionnement de l’unité de pulvérisation : directement corrélée au régime de la prise de force du tracteur, extension des modules de pulvérisation avec l’hydraulique des tracteurs

    Type de ventilateur : 1 ventilateur centrifuge central alimentant en air par des tuyauteries souples les 4 panneaux

  • Diffusion d’air et Rampe de pulvérisation : 2 rampes de production d’air verticale situées à l’arrière des 2 panneaux encadrant chaque rang, diffusion d’air vers le centre des rangs, diffuseurs de bouillie positionnés dans le flux d’air.

  • Type de panneau : Panneaux de confinement perméables à l’air équipés de lamelles de récupération de produits verticales

  • Type de récupération : Des hydro-injecteurs aspirent les volumes récupérés à la base de chaque panneau

  • Régulation et boîtier de commande : Régulation de type DPAE de série, ouverture et fermeture de la rampe et de la pulvérisation automatisée de série

  • Prix du modèle testés lors du Forum Pulvé 2017 : 54 000 €

     

     

                                       – Tunnel S 21 à Jets Portés :

     

  • Principe de pulvérisation : Jets Portés 2 rangs complets

  • Châssis & autonomie : Semi-porté sur le trois points avec attelage articulé du module tracté à l’arrière de la turbine, essieu boggies, cuve de 1 500 1

  • Fonctionnement de l’unité de pulvérisation : directement corrélée au régime de la prise de force du tracteur, extension des modules de pulvérisation avec l’hydraulique des tracteurs

    Type de ventilateur : 1 ventilateur centrifuge central alimentant en air par des tuyauteries souples les 4 panneaux

  • Diffusion d’air et Rampe de pulvérisation : 2 rampes de production d’air verticale situées à l’avant des 2 panneaux, diffusion d’air vers le centre des rangs, des buses positionnées à côté du flux d’air.

  • Type de panneau : Panneaux de confinement fermés

  • Type de récupération : Des pompes électriques aspirent les volumes récupérés à la base de chaque panneau

  • Régulation et boîtier de commande : Régulation avec 1 contrôleur de débit de série, ouverture et fermeture de la rampe et de la pulvérisation automatisée en option.

          Prix du modèle testés lors du Forum Pulvé 2017 : 25 000 €

 

Un diagnostic global concret et pointu


            Lors de la présentation des résultats du Forum au début du mois de septembre dernier, le public venu en nombre (plus de 400 personnes) a pris la juste mesure de l’importance de l’expertise mise en œuvre pour la réalisation de l’essai des cinq pulvérisateurs. Au fil des années, le protocole de tests est devenu de plus en plus complet et permet de disposer d’une analyse à la fois pratique et très pointue des performances des équipements. La spécificité du Forum Pulvé par rapport à d’autres procédures d’essais est d’apporter un diagnostic global réellement en phase avec les attentes des viticulteurs. Le fait que beaucoup de mesures très techniques soient effectuées en situations de plein champ a fait le succès de cette manifestation et lui confère une identité et une crédibilité uniques.

 

Des mesures en statique pertinentes et innovantes

 

La mise en œuvre des mesures en statique apporte des informations pertinentes sur des critères essentiels comme la puissance absorbée, les niveaux de consommation de carburant, les rayons de braquage, la justesse des jauges de cuve. Cette année une mesure de la pression exercée sur le sol par des appareils a été rajoutée au protocole suite aux remarques de certains viticulteurs qui s’inquiétaient des effets de tassement liés à de passages répétés de pulvérisateurs lourds. Aucune autre procédure d’essais de pulvérisateurs viticoles ne s’était intéressée à cet aspect des choses jusqu’à présent. Un test a été mis en place pour mesurer la pression exercée sur un sol dur par les pneumatiques des pulvérisateurs. À l’aide de pesons, les roues, gonflées à la pression conseillée par le constructeur ont été pesées, levées puis peintes. Une fois le pulvérisateur reposé, la surface de contact pneu-sol a été mesurée ce qui permet d’en déduire la pression exercée par la roue sur le sol exprimé en kg/cm².

 

Une méthodologie classique pour le contrôle des volumes de bouillie

 

Le contrôle des volumes de bouillie épandus pulvérisateurs a été également mesuré après que les constructeurs aient effectué leurs réglages. Les pressions et les débits au niveau des buses (à différents niveaux de la section des rampes) se sont déroulés à poste fixe pour contrôler la fiabilité du système de régulation. Ensuite, des passages dans les parcelles ont permis de contrôler la vitesse d’avancement (imposée autour de 6 km/h) et ensuite de calculer les volumes de bouillie épandus à l’hectare. La procédure choisie pour réaliser l’ensemble de ces tests a été conforme à tous les protocoles habituels.

 

Un dispositif d’évaluation de la qualité de la pulvérisation lourd, sérieux et indispensable

 

            La qualité de la pulvérisation de chaque appareil a été appréciée en mettant en œuvre la technique des mesures de dépôts de pulvérisation développée et parfaitement maîtrisée par l’IFV. Le dispositif permet de comparer les quantités de produit déposées dans différentes zones de la végétation, en haut, en bas, au milieu, à l’intérieur du volume foliaire, sur les deux faces des feuilles et au sein des grappes. Une solution d’eau contenant un colorant alimentaire (la tartrazine) est pulvérisée sur des capteurs répartis au sein de la végétation selon un agencement bien précis. Ensuite, l’analyse des dépôts sur chaque capteur permet même de quantifier de façon très précise la répartition des impacts de pulvérisation au sein de toute la végétation. Pour chaque mode de conduite et pour chaque appareil, il est nécessaire de poser, de relever et d’analyser 480 bandelettes et 80 modules de grappes synthétiques. Cela représente un travail colossal et limite forcément l’échelle d’un essai de plein champs mais c’est aussi la caution du sérieux du Forum Pulvé.

 

La quantification des pertes aux sols et dans l’atmosphère mesurée et calculée

 

            La quantification des pertes de produits par les phénomènes de dérive au niveau du sol est également mesurée avec précision grâce à un dispositif innovant. Des bâches d’une surface connue sont posées sur le sol (sous les rangs et au niveau des interlignes, 5 bâches par appareil) au moment du passage de chaque pulvérisateur. Elles permettent de recueillir les dépôts de bouillie qui sont ensuite dosés et ainsi, les pertes de produit au niveau du sol sont quantifiées avec précision. Le cumul des concentrations, de produits appliquées sur la végétation, lié aux phénomènes de dérive au niveau du sol et au taux de récupération est comparé à la concentration d’origine de Tartrazine mise en œuvre dans les cuves des pulvérisateurs. La différence entre ces deux résultats permet de calculer la quantité de produits pas captée qui est diffusée dans l’atmosphère. Elle correspond à une perte globale de produit qui est assimilée aux phénomènes de dérive dans l’atmosphère.

 

Les résultats des Forum Pulvé depuis 4 à 5 ans ont cautionné les performances des tunnels

 

            Les résultats des tests qualitatifs de pulvérisation du Forum Pulvé 2 017 démontrent l’intérêt de la technologie des tunnels de pulvérisation confinés quand les matériels sont bien réglés et utilisés correctement. Les différences de fonctionnement entre les matériels testés sont souvent liées à des choix de réglages des constructeurs et parfois aussi des viticulteurs.

Alexandre Davy l’expert pulvérisation de l’IFV qui a réalisé depuis dix ans tous les tests de qualité de pulvérisation du Forum tient un discours étayé sur la juste utilisation des tunnels confinés : « En termes de qualité de pulvérisation, des appareils pneumatiques et à jets portés bien réglés permettent d’obtenir de bons résultats mais leur principe de fonctionnement génère des phénomènes de dérivés incontrôlés. Le véritable plus des tunnels confinés actuels se situe au niveau des pertes minimes au niveau du sol et réduites dans l’atmosphère dans des proportions variables selon le volume de végétation. En moyenne, il ressort de tous nos essais que la récupération de bouillie permet de réaliser 35 % d’économie de produits par an. La technologie des jets portés nous paraît plus adaptée au fonctionnement des tunnels confinés que celle des pneumatiques. En effet, les débits d’air en début de végétation plus modulables et la taille des gouttelettes plus grosses permettent d’optimiser les niveaux de récupération. Les tests des différents équipements dans le cadre du forum ont contribué à optimiser les réglages, les choix de buses, les débits appliqués et aujourd’hui, on peut considérer que la plupart des tunnels confinés sont en mesure de réaliser une bonne qualité de pulvérisation. Leur utilisation nécessite de la part des viticulteurs des repères différents sur le plan des réglages et de l’organisation des chantiers de travaux. Par exemple, on ne connaît jamais à l’avance le taux de récupération et donc, il est difficile d’anticiper quelle quantité de bouillie, il faut préparer ».

 

En Charentes, un véritable intérêt et aussi toujours du scepticisme

 

            Les tunnels de pulvérisation confinés connaissent en Charentes depuis 4 ans un véritable succès commercial et leurs représentent en moyenne 80 % du marché annuel. Les raisons de cet intérêt pour ces matériels sont étroitement liées aux structures du vignoble de Cognac. L’utilisation de ces appareils généralement plus encombrants est facilitée par la forte proportion de vignes larges, un parcellaire regroupé et important, des tournières larges, des situations de coteaux rarement très pentues, un contexte économique porteur et une sensibilité des viticulteurs à la recherche de coûts de protection minimum. Les retours d’expériences de divers utilisateurs confirment d’une part, des niveaux d’économie de produit de 30 à 35 % par an et d’autre part, des capacités maximum de couverture de 20 à 25 ha dans une journée. La capacité de couverture plus réduite des tunnels confinés est toujours un sujet d’interrogation pour les responsables de grosses structures viticoles. Très souvent, les chefs d’exploitation qui ont l’habitude de protéger plus de 30 ha dans la journée avec des pulvérisateurs pneumatiques 6 faces de rangs, considèrent encore souvent le débit de chantier des tunnels confinés insuffisants et ils hésitent à franchir le pas.

 

Les vignobles étroits moins réceptifs à cette technologie

 

             A Davy observe que l’accueil des tunnels de pulvérisation confinés varie fortement d’une région à l’autre : « D’un point technique, les tunnels de confinement sont aujourd’hui opérationnels et attractifs en matière d’économie de produit. Par contre, le principe du confinement rend forcément les équipements plus encombrants et plus complexes. Dans les régions ou, à la fois, la proportion de vignes larges est importante et où la topographie des parcelles est peu pentue, l’utilisation des tunnels confinés a été en général bien accueillie. Le développement des ventes en Charentes et dans le Gers en est la meilleure illustration. À l’inverse, dans les vignobles étroits (de 2 m et moins), le parcellaire souvent dispersé et les tournières courtes pénalisent les débits de chantier et les propriétés de petites et moyennes surfaces sont beaucoup moins réceptives à cette  technologie. Le montage de modules de confinement 3 et 4 rangs sur des tracteurs enjambeurs ou sur des châssis polyvalents de MAV peut-être une alternative pour les propriétés de grande surface, mais, pour l’instant, ce concept s’est encore peu développé ».

 

 

Friuli remporte le Coup de Coeur  du  forum Pulvé 2017.

 

 

 

            Les viticulteurs de la Section Viticole des Groupements du Cognac jouent un rôle dans l’organisation et la mise en œuvre des essais du Forum Pulvé. Leur implication depuis plusieurs éditions s’est concrétisée par la constitution d’un jury de 5 viticulteurs qui a en charge l’appréciation de la fonctionnalité des appareils (l’ergonomie, la facilité d’utilisation, le confort d’accès, le nettoyage, l’entretien, la mise en œuvre des réglages, les aspects de sécurité). Les constructeurs présentent l’ensemble des caractéristiques des pulvérisateurs soumis aux essais à un groupe d’utilisateurs aguerris en respectant une procédure. Le fruit de ce dialogue entre concepteurs et applicateurs (en statique et avec la prise en main des matériels) débouche sur la publication de commentaires sous la forme de la rubrique « L’avis des utilisateurs » qui est présenté sur les fiches de résultats de chaque matériel.

 

 

 

Le Coup de Coeur récompense l’équipement le plus adapté aux attentes de pulvérisation Charentaises

 

 

 

             Le souhait de la Section Viticole des Groupements du Cognac a été d’imaginer un concept supplémentaire de récompense pour les fabrications jugées les plus technologiques sous la forme de l’attribution d’un Coup de Cœur. À l’issue des essais, le jury de 5 viticulteurs a pris en compte l’ensemble des résultats, les mesures en statique, les tests de répartition de la pulvérisation, les commentaires des techniciens et les avis des utilisateurs. Cette année, les délibérations ont été « ardues », et Jean-Pierre Fillioux, le président de la Section Viticole, ne cache pas que cela s’est joué dans un mouchoir de poche : « Notre objectif est de récompenser l’équipement répondant le mieux aux attentes de pulvérisation Charentaises. Il faut avouer, que cette année, l’analyse des performances globales entre trois appareils, le Caffini Drift Stopper, le Dhugues Koléôs et le Friuli Drift Recovery a été compliquée compte tenue de la qualité des résultats.  Le critère qui a fait pencher la balance a été le plus au niveau de l’appréciation de la robustesse d’un équipement, le pulvérisateur Friuli. Nous lui avons donc décerné notre coup de cœur du Forum Pulvé 2 017».

 


 

                                                                

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé