Dans la région, chais d’oeuvre modernes et terres bordelaises

2 mars 2017

Pour croiser, sur moins de cinquante kilomètres des œuvres de Christian de Portzamparc, Mario Botta, Ricardo Bofill et Jean Nouvel, inutile de s’envoler pour New-York, Shanghai ou Dubaï…Il suffit d’une promenade dans le vignoble bordelais.

Poussé par l’exemple du Nouveau Monde mais aussi par la mondialisation croissante du monde viticole, influencé par les grands domaines californiens pionniers en matière d’œnotourisme, le Bordelais a depuis quelques années entamé une vraie révolution. Les châteaux, surtout les plus prestigieux, qui pendant longtemps sont restés fermés au public – en particulier le chai à barriques, avec sa part de mystère et son atmosphère confinée- ont eux aussi compris qu’ils avaient tout à gagner d’une théâtralisation de leur outil de production. Facilités par la prospérité du marché, les projets souvent signés par de grands noms de l’architecture mondiale, se sont multipliés en ce début de XXIème..

 

Pour des domaines viticoles qui sont devenus des marques de luxe, les nouveaux chais sont des outils de communication redoutables. Le développement d’internet et des réseaux sociaux donne aux propriétés de nouveaux espaces de communication et le recours à des stars de l’architecture est l’un des éléments de cette stratégie. Mais l’image n’est pas la seule préoccupation des constructeurs de ces nouvelles cathédrales viticoles, car les exigences technologiques et environnementales ont forcé les architectes à créer des typologies de bâtiments novatrices, comme la vinification par gravité, sans aucun pompage du jus, pour intervenir le moins possible et de laisser faire le vin…Voici trois exemples, parmi de nombreux autres, pour vous donner envie de découvrir ces nouveaux « chais d’œuvre »…

 

La Dominique

 

Au Château la Dominique, Grand Cru Classé de Saint-Emilion, un chai contemporain créé par Jean Nouvel réveille depuis 2014 l’architecture classique de la maison de maître et de son chai traditionnel, dans un contraste réussi entre authenticité et modernité. Jean Nouvel a imaginé un bâtiment aux volumes purs, prenant appui sur le bâti en pierre de taille et s’élançant d’un trait horizontal dans le vignoble. Au-delà de la réponse précise à la commande d’un bâtiment technique, pour accompagner l’accroissement de la surface de production viticole et perfectionner les outils de vinification, l’architecte propose un ouvrage mettant en lumière la position exceptionnelle du domaine et donne l’interprétation à la fois personnelle et universelle de sa vision du vin et du plaisir de la dégustation. Habillé de lames d’inox rouge à l’effet miroir et de six nuances différentes, le chai joue avec notre perception comme la robe d’un vin. D’une surface de 600 m², l’intérieur en béton brut est composé d’un cuvier sobre et lumineux, le mur nord est une immense baie vitrée, apportant une belle lumière dans tout le chai. Le toit a été imaginé comme une terrasse panoramique. Couverte de galets de verre rouge, tels une multitude de raisins symboliques, elle offre un point de vue fabuleux sur les paysages viticoles alentours.

La Conseillante

Dans sa recherche d’installations modernes et performantes, le château La Conseillante a confié à Bernard Mazières, reconnu pour son savoir-faire dans de nombreuses propriétés viticoles, la conception du nouveau cuvier qui a servi pour la première fois pour les vendanges 2012. Le style du nouveau bâtiment associe simplicité et sobriété et noblesse des matériaux : pierre, bois, métal brossé…Lumineux, orienté vers la vigne, de larges ouvertures horizontales permettent de profiter de la vue sur le vignoble tant du cuvier lui-même que des pièces aménagées à l’étage qui accueillent bureaux, salle de réunion et de dégustation. Ovoïde, le cuvier privilégie l’espace et permet d’organiser au mieux le travail autour des 22 cuves en béton revêtues de résine époxy. Plus basses et plus trapues ces dernières augmentent naturellement la surface de contact entre le marc et le jus. Leur nombre et leur volume ont été définis pour respecter du mieux possible les surfaces des parcelles de la propriété. Chacune d’entre elles se voit ainsi attribuer une cuve correspondante. Les trappes d’accès au-dessus des cuves sont larges et centrées pour permettre un arrosage optimal des marcs. La construction du cuvier a également permis d’optimiser les accès et la logistique.

 

La Fleur de Bouard

 

« Un chai unique au monde », c’est ce qu’a construit l’architecte Arnaud Boulain pour le Château La Fleur de Boüard, autour d’un principe révolutionnaire imaginé par son propriétaire pour extraire la quintessence du terroir. Le bâtiment de verre et de bois, parfaitement intégré au paysage du domaine, renferme entre ses murs, 28 cuves tronconiques inversées, qui semblent flotter dans l’air et utilisent de façon ingénieuse le travail par gravité. À La Fleur de Boüard, la vendange, une fois triée, est montée jusqu’aux cuves par un système gravitaire et tous les transferts de vin (délestage, sous-tirage des barriques…) se font par ascenseur, le premier de la rive droite. Ce système de gravitation naturelle sur l’ensemble des installations permet l’extraction la plus douce possible, évite l’utilisation de pompe tout en optimisant le volume du vin de goutte. Ces innovations permettent de nombreux autres procédés d’excellence : chambre froide pour conserver et baisser de température de la vendange, tri optique de dernière génération, possibilité d’inertage des cuves…


 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé