Cognac Meukow : Une lieu d’accueil, en plein Cognac

27 janvier 2012

Dans l’enceinte de la maison, rue Pascal-Combeau, la Compagnie de Guyenne et la marque Meukow sont en train de mettre la dernière main à un beau lieu multi-fonctions. Hall d’accueil de la société, il recevra aussi les visiteurs du futur circuit de visite et comportera un possible espace réceptif.

p45.jpgA J – quelques mois, Céline Viard, jeune sœur de Philippe Coste et responsable marketing/communication de la Compagnie de Guyenne, ne veut pas vendre la peau de la panthère… (1) Elle hésite à parler de ce beau projet qui devrait se finaliser – si tout se passe bien – en juin prochain. Elle s’y résout pourtant, en racontant combien ce bâtiment qui vient d’être réhabilité « collait à la peau » de la maison. « Manifestement, l’immeuble faisait partie de l’enceinte architecturale de notre site. Il avait appartenu à une miroiterie puis à la mairie. Nous l’avons racheté il y a quelques années. » Charpente métallique, toiture en éverit… tout fut déposé pour ne conserver que les matériaux nobles, témoins des chais anciens. Et quand ces matériaux n’existaient plus, Michel Coste (2), concepteur du gros œuvre, les a redessinés. Il a notamment imaginé une belle ossature en bois, charpente comme l’on n’en fait plus. Le bâtiment doit représenter une surface au sol d’un peu plus de 500 m2. Autant dire qu’il est vaste. Sa première vocation – Céline Viard insiste là-dessus – est d’offrir à la Compagnie de Guyenne et donc à Meukow un hall d’accueil « de belle facture ». « Nous pourrons y recevoir nos clients, nos fournisseurs, nos partenaires. » Ce sera aussi le pôle d’accueil du circuit de visite que la société s’apprête à lancer. Une boutique et un hall de dégustation des Cognacs Meukow sont en phase d’installation, alors que le circuit de visite se peaufine avec les scénographes.

La société de Cognac travaille sur le projet depuis plus d’un an. Une initiative qui a du panache, dans un contexte où le grand export représente plus que jamais le moteur du Cognac. Mais Philippe Coste, pilier de la commission communication du BNIC, veut « faire briller les yeux des Français ». « C’est paradoxal, dit-il, mais nos compatriotes connaissent dix fois mieux les whiskies que les Cognacs. » Une nouvelle offre œnotouristique a-t-elle sa place dans le monde du Cognac ? « Bien sûr répond une “concurrente”, en l’occurrence Pascale Rousseau, de la maison Rémy Martin. « Je crois dans le dynamisme collectif. C’est une excellente nouvelle d’apprendre que Meukov va développer ses visites. Une voix de plus fera du bien. »

La date d’ouverture pressentie – et du bâtiment et du circuit de visite – tourne autour de juin 2012. « Espace Guyenne » pourrait bien être son nom, une belle dénomination qui fait voyager dans l’histoire. Et pourquoi pas « Espace Coste », en clin d’œil à l’hôtel Coste relooké par Philippe Starck ! Un « office traiteur » complétera la proposition. Par « office traiteur », il faut entendre toutes les commodités qu’un traiteur peut souhaiter pour travailler (point chaud, point froid, accès…). Reconfiguré en lieu réceptif, l’endroit pourra accueillir 300 personnes pour un dîner assis et bien davantage pour un cocktail. On pense à des mariages, séminaires d’entreprises… Une architecte, Pascale de Redon, a suivi le projet, un projet avant tout porté par la famille Coste. Il ne saurait en aller autrement à la Compagnie de Guyenne.

 

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé