Cognac ABK6 – 2005-2015 : Le syle Estate, en dix ans

24 novembre 2015

Le style Estate (domaine) ou esthète, pour le goût de la maison pour les arts ? Un peu les deux. En dix ans – ils viennent de fêter l’anniversaire de la maison – les Cognacs Francis Abécassis se sont frayés un chemin bien à eux dans l’univers du Cognac. Partant d’un beau potentiel – le Domaine Leyrat à Claix – la société a trouvé sa gamme, ses marchés, ses clients. Et son assise charentaise.

« A travers cette maison de Cognac et ce style “Estate”, j’ai fusionné le paysan que j’aime et le commerçant que je dois être ». Qui parle ainsi ? Francis Abécassis. Avec sa fille Elodie, il dirige la maison de Cognac dont il a racheté le domaine et le stock il y a une douzaine d’années. Un patrimoine exceptionnel qu’ils ont su, ensemble, père et fille, cultiver et faire progresser. Dans cette démarche de qualité et d’attention, un homme les a rejoints voilà quelques années : Christian Guérin. OEnologue puis maître de chai, Christian Guérin incarne aujourd’hui la maison, comme Francis et Elodie Abécassis. Les valeurs de la marque, il les a faites siennes. Tout début septembre, les Cognacs ABK6 ont fêté leur dixième anniversaire. Certes, à l’aune des bi ou tricentenaires, le pas de temps semble bien court. Mais que de choses ont été mises en place au cours de cette période. Sur le domaine de Chez Maillard, les importateurs et distributeurs anglais, finlandais, américains, estoniens, bulgares ont découvert la distillerie, les chais de vieillissement, le chai de filtration, la ligne d’embouteillage, l’accueil. Bref, tout ce qui constitue une maison de Cognac. Sur les barriques, ils ont humé ces eaux-de-vie dont la plus vieille date de 1918. Christian Guérin leur a proposé un parcours olfactif entre VS, VSOP, XO. La gamme ABK6, le maître de chai la décrit comme quelque chose de très rond, facile à appréhender, tout en présentant une palette aromatique très complexe. « Nous sommes sur les fruits, fruits secs, fruits rouges. » La particularité de la maison, c’est de ne vendre que les Cognacs issus des propriétés appartenant à la famille Abécassis (Maine Drilhon plus trois autres domaines). D’où cette notion de « Cognac de propriétaire » qui sert d’identité marketing à la marque. Aujourd’hui, les Cognacs sont vendus en bouteilles dans 28 pays. Au détour d’un concours organisé à Londres l’an dernier, le VSOP ABK6 a même été élu « World best Cognac » par un groupe de dégustateurs étrangers. Une distinction toujours sympathique. Pour son dixième anniversaire, la maison a offert à ses amis et clients – outre cette promenade découverte dans les arcanes de l’entreprise – un excellent dîner (Thierry Verrat, chef de La Ribaudière, en cuisine) ainsi qu’un concert exceptionnel avec trois artistes virtuoses, Marie-Claude Papadopoulos (violon), Dimitri Papadopoulos (piano) et Hervé N’Kaoua (piano). Le programme (Schubert, Brahms, Debussy, Liszt…) était proposé par Festi-Classique, un festival qu’Élodie Abécassis et sa famille soutiennent depuis le début. Au cours de la soirée, Francis Abécassis a rendu hommage aux producteurs, distillateurs, maître de chai. « Vous m’avez tout appris ou presque. » Il a remercié son équipe commerciale, ses partenaires financiers, sa famille et enfin ses clients. « C’est grâce à vous que nous avons trouvé nos consommateurs. » A tous, il a assuré de sa volonté « de pérenniser les marques de domaines ». « Je souhaite que notre Single Estate soit toujours là dans 30, 50, 100 ans. » « Au début, la famille Abécassis fut une famille qui créa une entreprise. J’espère que nous sommes devenus aujourd’hui une entreprise familiale. »

A lire aussi

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Du 15 au 30 juin, ce sont les journées de lutte contre les ambroisies

Le Ministère du Travail , le Ministère de la Santé et des Solidarités et l’Observatoire des Ambroisies - FREDON France rappellent l’importance des conséquences néfastes de ces espèces envahissantes et allergisantes. Pour rappel, l’Ambroisie à feuilles d’armoise...

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

BA 709 : 90 ans d’Armée de l’Air et pas une ride

C’est en 1938 que, sous l’impulsion du maire de Cognac Paul Firino Martell, le terrain d’aviation militaire de Châteaubernard voit le jour. Une idée novatrice pour l’époque : l’aviation militaire, bien que déjà développée depuis la première guerre mondiale, n’était...

error: Ce contenu est protégé