Journée de l’emploi viticole

8 novembre 2013

p1050962.jpg

Valérie Daunas, de Pôle emploi et les représentantes du CIO et de la Chambre d’agriculture 16

 

Depuis 2008, Pôle emploi et ses partenaires du bassin viticole Charentais (Chambre d’agriculture, Syndicat viticole, MSA, Pépiniéristes…) organisent une journée spécialement dédiée à l’emploi viticole. La prochaine édition aura lieu le jeudi 14 novembre 2013 à Cognac, à l’Espace 3000. Vont se cotoyer durant une matinée employeurs viticoles et candidats à l’emploi.

Cette mise en relation directe – préparée en amont par Pôle emploi – joue comme un accélérateur de particules. L’an dernier les 167 propositions d’emploi furent pourvues à hauteur de 80 %.

La plupart du temps, il s’agit d’emplois saisonniers (très rarement des CDI). Par contre, ce sont des contrats à temps plein qui peuvent s’étaler sur plusieurs mois (de quatre mois à huit mois pour certains). « La grande tendance va à des emplois qualifiés, indique Valérie Daunas, directeur Pôle emploi Cognac-Barbezieux. En viticulture aujourd’hui, la maîtrise de la taille de la vigne représente la clé d’entrée. » A titre indicatif, Pôle emploi va financer cet hiver la formation de 22 tailleurs de vigne au Lycée agricole de l’Oisellerie.

Si l’objet d’un « job dating » est de planifier les rencontres, un employeur peut-il se présenter le 14 novembre sans rendez-vous ? Oui, sans problème. Il pourra conduire des entretiens d’embauche.

Au delà du recrutement, une vingtaine de partenaires seront présents (APECITA, ADIE, FNSEA, Charentes Alliance, UGVC…). Par ailleurs, plusieurs ateliers émailleront la matinée du 14 novembre. Ils seront animés par des entreprises et structures régionales : la société Grégoire autour du thème de la mécanique agricole, le Centre international des spiritueux (CDIS) sur la distillation. La société Anjemes parlera de la tonnellerie, les pépiniéristes du greffage de la vigne, le BNIC des chiffres du Cognac.

Un après-midi tourné vers les scolaires

Ces mêmes ateliers fonctionneront l’après-midi mais, cette fois, à l’attention exclusive des scolaires. Car, depuis 2011, les organisateurs des Rencontres de l’emploi viticole proposent au jeune public un regard sur le monde viticole, histoire de changer l’image des métiers de l’agriculture.

Et ça marche ! Cette année, 130 élèves issus des classes de 3 ème de cinq collèges de la région (les collèges Louis Delage, Claude Boucher et Félix Gaillard de Cognac, ceux de Segonzac et de Barbezieux) vont fouler les allées de l’Espace 3000, de 13 h 30 à 16 h (salon réservé aux scolaires l’A.M). En amont, la sortie aura été préparée en classe.

Cette année, c’est le CIO (Centre d’information et d’orientation) qui s’est chargé de la mise en place de cette initiative.
Pour ce qui est de l’orientation scolaire proprement dite, rendez-vous au FOFE 2014, le Salon des métiers et des formations qui se tiendra à Angoulême, espace Carat, les 7 et 8 février prochains.

Les dernières Rencontres pour l’emploi viticole de Cognac avait attiré 420 demandeurs d’emploi et visiteurs. Cette année, les organisateurs espèrent une fréquantetion au moins aussi soutenue. Quand aux offres d’emploi, Valérie Daunas estime que le chiffre de 500 propositions de postes ne serait pas aberrant, compte tenu des besoins exprimés par le marché de l’emploi viticole.

Les Rencontres directes…un outil de recrutement efficace, qui ne demande qu’à être davantage exploité par les employeurs.

Rencontres directes pour l’emploi viticole
Jeudi 14 novembe 2013, de 9 h30 à 12 h 30 – Espace 3000 à Cognac – Entrée libre

A lire aussi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Collectif 30 000 Martell – Objectif 0 herbi

Le projet du groupe est le maintien de la réduction significative des intrants phytosanitaires, fongicides et insecticides, d’au moins 50% par rapport à la référence et l’arrêt total du désherbage chimique, tout en maintenant la productivité. Cette viticulture...

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Optimiser la qualité de pulvérisation de son appareil

Guillaume Chaubenit adhére au Collectif 30 000 Martell. Il a choisi de tester le programme LUMA, un programme phytosanitaire sans DSR, avec des produits 5m pour les ZNT. Changement de pratiques, année à pression forte pour le mildiou, ce jeune viticulteur, confiant...

error: Ce contenu est protégé